Accueil ExclusifOpinions

Adoption des cryptos: on est tous des évangélistes

Adoption des cryptos: on est tous des évangélistes 0001

Photo: iStock / RapidEye

Ceux qui sont dans la cryptosphère depuis un moment le savent déjà, la fameuse adoption des cryptomonnaies par le grand public est malheureusement encore loin. Et le moment où l’on pourra utiliser de façon quotidienne des cryptos pour régler nos achats n’est pas arrivé. Qu’est-ce qu’il va falloir pour que ça arrive?

Il est bien difficile de répondre de façon catégorique à cette question. Il y a beaucoup de paramètres qui entrent en jeu et de nombreuses nouvelles comme l’arrivée imminente de Bakkt, celle d’un premier ETF Bitcoin ou encore le lancement de l’infrastructure crypto du géant Fidelity Digital Assets pourraient notamment jouer un rôle en faveur de l’adoption.

Mais l’adoption globale passera aussi par ce que j’appellerais “l’évangélisation au quotidien”. Pour le moment, très peu de gens savent ce que sont les cryptomonnaies. Le peu de gens qui ont entendu parler du Bitcoin ont pour la plupart lu des articles généralistes relatant la “bulle crypto” ou une affaire de fraude comme la récente et énigmatique affaire QuadrigaCX. Il reste donc la très vaste majorité du monde à informer. Il y a évidemment des sites comme le nôtre et ceux de nos concurrents pour ça, mais ça ne suffit pas. Quelqu’un qui ne connaît pas l’existence des cryptomonnaies n’ira pas sur un site qui parle de cryptomonnaies… ça tombe sous le sens. C’est pourquoi, chacun d’entre nous a un rôle à jouer. Avant d'arriver à l'étape où on va payer son épicerie en cryptos, il faut passer par celle où une majorité de gens savent ce que sont les cryptos, logique.

Et il n’est pas nécessaire d’être un expert pour expliquer simplement les principes de base de Bitcoin, des cryptomonnaies. Pas besoin d’avoir le niveau de connaissance d’Andreas Antonopoulos, le célèbre évangéliste, pour soi-même devenir un vulgarisateur. À partir du moment où l’on a compris que Bitcoin reposait sur une blockchain, ce grand registre distribué, transparent et immuable et que les échanges se faisaient sans tiers de confiance, de pair à pair, on a déjà assez de connaissances pour expliquer à son tour ces principes à quelqu’un qui s’interrogerait sur la question. L’idée n’est pas de se lancer dans une conférence TED sur l’impact des cryptomonnaies sur l’économie mondiale, mais juste d’éclairer un peu de notre lumière, fût-elle une petite flammèche, ceux qui n’y connaissent rien.

Souvent, il va falloir lutter contre des clichés, le plus courant étant celui qui consiste à dire que Bitcoin est un schéma de Ponzi, une structure pyramidale. Il suffit de répondre, mais surtout d’expliquer que Bitcoin n’appartient à personne, que personne ne bénéficie de l’arrivée de nouveaux investisseurs. Les premiers arrivés ne touchent pas un pourcentage des sommes investies par ceux qui viennent d’acheter des bitcoins, comme je l’ai parfois entendu. Le schéma de Ponzi ne tient donc pas la route. Ce qui est vrai, c’est qu’une arrivée massive de gens intéressés par Bitcoin et une augmentation de la demande va avoir une influence sur le prix du Bitcoin qui va augmenter. En ce sens, ça va effectivement bénéficier à ceux qui ont investi en premier quand le prix était bas. Mais ce n’est en aucun cas un schéma pyramidal, juste le principe de base de l’offre et de la demande.

Je tiens à préciser que l’évangélisation au quotidien devrait se limiter au partage des connaissances globales sur la technologie, sur le fonctionnement des cryptos, de la blockchain et ne pas aller sur le terrain de l’investissement, du trading. Évangéliser et partager ses connaissance est une chose, donner des conseils de trading et d’investissement en est une autre, beaucoup plus dangereuse. Informer les gens oui, mais laissons-les ensuite faire leur recherche et prendre eux-mêmes leurs décisions en ce qui concerne l’investissement et l’achat de Bitcoin par exemple.

Selon son niveau de connaissance, on peut aller sur des sujets plus complexes comme celui du Venezuela, un pays en pleine crise politique et sociale qui a de plus en plus recours au Bitcoin, sa devise nationale ne valant plus rien. On peut expliquer aussi qu’un adulte sur quatre dans le monde n’a pas accès aux banques et comment un protocole comme Bitcoin pourrait jouer en faveur de l’inclusion financière.

Bref, ce sont autant de petits pas vers l’information, la vulgarisation au quotidien qui peuvent au fur et à mesure favoriser l’adoption des cryptos. Êtes-vous prêt à faire sortir l’évangéliste qui est en vous ?

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles