26 janv. 2022 · 7 min read

Bitcoin (BTC) dans un environnement de hausse des taux d'intérêt

James Butterfill est stratège en investissement chez CoinShares, une importante société européenne d'investissement en actifs numériques.

Les investisseurs ont passé les dix dernières années, suite à des niveaux sans précédent d'assouplissement quantitatif (QE), à s'attendre à une augmentation de l'inflation, mais cela ne s'est pas produit. L'une des explications les plus plausibles est que les mécanismes de transmission n'ont pas fonctionné comme prévu : l'assouplissement quantitatif a souvent été utilisé de manière improductive et les entreprises ont profité des faibles rendements obligataires pour racheter des actions plutôt que pour lancer des initiatives de croissance. Il a fallu une crise sanitaire mondiale (COVID) pour mettre à nu le réseau logistique mondial défectueux, en soulignant les importants goulets d'étranglement qui ont contribué à pousser l'inflation à des niveaux jamais vus aux États-Unis depuis juin 1982.

Source: Adobe/fesenko

____

La sensibilité du Bitcoin aux actions de la FED

La FED envisage de mettre fin à la réduction progressive de l'assouplissement quantitatif plus tôt que prévu, tout en envisageant 4 hausses des taux d'intérêt en 2022, au lieu des 2 prévues il y a environ 6 mois. Qu'adviendra-t-il du Bitcoin (BTC) dans un contexte de hausse des taux ? Le Bitcoin a augmenté de 51 % 6 mois après la première hausse des taux en 2015, mais nous pensons que le crypto-actif a considérablement mûri depuis lors et qu'il est donc susceptible de se comporter différemment, et probablement en ligne avec d'autres actifs réels (inflationnistes). Par conséquent, l'analyse de la façon dont les autres actifs réels se sont comportés lors des précédents cycles de hausse des taux est susceptible de nous donner une idée de la façon dont le Bitcoin pourrait se comporter.

L'anatomie des hausses de taux d'intérêt

Bien que chaque cycle historique de hausse des taux soit différent d'une manière ou d'une autre, il existe des similitudes. Pour représenter au mieux le scénario d'aujourd'hui, nous avons identifié cinq des neuf périodes potentielles des cycles de resserrement post-Bretton Woods. Les périodes de décembre 1976, décembre 1986, février 1994 et juin 2004 et 2015 représentent des périodes où les taux étaient soit en baisse soit relativement bas. Nous sommes encouragés par le fait que l'analyse met en évidence une cohérence surprenante dans chacune des cinq périodes observées.

L'or et les matières premières industrielles ont tendance à s'apprécier pendant les hausses de taux

Les performances de l'or n'ont pas été constantes : en 1976, 1986 et 2004, les prix ont augmenté de 22 %, 25 % et 11 % respectivement, tandis qu'en 1994, les prix ont chuté de 2,6 % un an après la première hausse. L'inflation est probablement à l'origine des hausses de 1976 et 1986, mais pas de celle de 2004, où elle était mieux maîtrisée. L'un des principaux facteurs de différenciation en 1994 est que les taux d'intérêt réels ont augmenté de 3 %, alors que dans les autres périodes, ils sont restés stables ou négatifs, ce qui confirme que la hausse des taux d'intérêt réels a tendance à être négative pour l'or. Les matières premières industrielles ont tendance à se comporter de manière similaire pendant les cycles de hausse des taux. Le S&P 500 est techniquement un actif réel et a tendance à se redresser dans un premier temps, mais commence ensuite à se vendre, probablement en raison du resserrement des conditions de crédit qui pèse sur la rentabilité des entreprises.

Contrairement à ce que l'on croit, le dollar se replie généralement

Avant une hausse des taux, le dollar a tendance à rester stable ou à augmenter, mais dans tous les cas, il a été volatil et a chuté de 7 % en moyenne en un an. Ce fait peut sembler contre-intuitif, car la contraction de la masse monétaire entraîne une diminution du nombre de dollars en circulation. Nous pensons que l'explication la plus probable est que les marchés ont tendance à évaluer la perspective d'une économie plus forte et d'une amélioration du marché de l'emploi avant que l'événement ne se produise. Depuis novembre 2021, le dollar s'est renforcé par rapport à un large éventail de devises, tandis que le Bitcoin, qui se négocie en sens inverse du dollar, s'est vendu.

La FED est en retard sur la courbe - ce qui augmente le risque d'une erreur de politique

La politique monétaire doit être proactive et comme l'inflation est un indicateur tardif de l'état de l'économie, on pourrait dire que la FED est déjà en retard alors que les hausses de taux d'intérêt d’aujourd'hui n'auront probablement pas d'impact immédiat.

Les liquidités créées par l'assouplissement quantitatif et les taux d'intérêt exceptionnellement bas ont créé un dilemme à haut risque pour la FED. Le retrait progressif de l'assouplissement quantitatif et la remontée des taux d'intérêt augmentent le risque d'une correction désordonnée des marchés des actions et des obligations, qui sont devenus si dépendants de ce stimulus et ont été poussés à des niveaux record. D'une part, la FED a pour mandat de contrôler l'inflation, mais elle a également pour mandat de garantir la stabilité des prix ; il est donc très difficile de voir comment la FED peut contrôler les deux à l'heure actuelle.

Le montant auquel les taux d'intérêt peuvent être augmentés doit également être pris en considération et, à première vue, les ratios de service de la dette des ménages semblent sains, avec une moyenne de 9,1 %. Les entreprises semblent également en bonne santé, avec un ratio dette nette/EBITDA (bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) de 1,3 an contre une moyenne à long terme de 1,7 an.

Cependant, dans certains secteurs de l'économie, le ratio dette nette/EBITDA ne semble pas aussi sain, en particulier dans les secteurs des services publics, de l'énergie et des soins de santé, qui sont dans une situation pire qu'avant la crise financière de 2008. L'une des conséquences involontaires d'une hausse trop agressive des taux d'intérêt pourrait être une augmentation des défauts de paiement et du chômage dans ces secteurs cruciaux de l'économie, entraînant des troubles sociaux et une plus grande instabilité politique.

Les actifs réels devraient en profiter

Nous pensons que le Bitcoin est susceptible de se comporter de la même manière que l'or et d'autres actifs réels, étant donné que son prix est fixé en dollars américains et que son offre est fixe. Nous avons déjà constaté en décembre 2021 et en janvier jusqu'à présent cette année que le Bitcoin est extrêmement sensible à la menace de hausses des taux d'intérêt, ayant vendu près de 30 % de ses sommets dans ce que nous pensons être une réaction à l'inflation et à la probabilité croissante d'un plus grand nombre de hausses de taux en 2022. À plus long terme, nous constatons qu'il existe un risque élevé d'erreur de politique de la FED, entraînant une vente du dollar, ce qui est susceptible de soutenir le Bitcoin et d'autres actifs réels.
_____

Cet article est tiré du CoinShares 2022 Digital Asset Outlook

_______________________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage ou les masternodes :

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:

Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR

Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR

Telegram: https://t.me/cryptonews_FR

LinkedIn: https://www.linkedin.com/company/11745115