Accueil ExclusifArticles

Le prix du Bitcoin pourrait atteindre 1 million USD avant l'attaque d'un ordinateur quantique

Par Simon Chandler
  • Les chercheurs ne savent pas si un ordinateur quantique assez puissant émergera un jour.
  • La cryptographie résistante quantique pourrait aider à protéger les crypto-devises.
Le prix du Bitcoin pourrait atteindre 1 million USD avant l'attaque d'un ordinateur quantique 101
Le scientifique Stefan Filipp, Source: IBM Research

Google a-t-il tué la crypto? Dans un article de recherche récemment posté sur les serveurs de la NASA, puis rapidement supprimé, les scientifiques de la société de technologie et de l’Université de Californie à Santa Barbara ont expliqué comment ils avaient atteint la "suprématie quantique" à l’aide d’un processeur quantique.

Surnommé Sycamore, ce processeur consistait en 54 bits quantiques supraconducteurs, appelés "qubits". En se "mêlant" les uns aux autres, ces qubits ont pu résoudre un problème de nombre aléatoire en trois minutes et 20 secondes, alors qu'il aurait fallu à Summit, le supercalculateur le plus puissant du monde, 10 000 ans.

Et maintenant que Google a montré qu'il était possible de construire un ordinateur quantique capable de faire quelque chose qu'aucun processeur précédent ne pouvait pratiquement faire, l'avenir ne semble pas si prometteur pour la cryptographie.

Cependant, même si un ordinateur quantique suffisamment puissant serait capable de déchiffrer les mathématiques utilisées par les principales crypto-devises, les chercheurs n’ont toujours aucune certitude qu’un tel ordinateur sera un jour créé. Et si c'est le cas, la cryptographie à résistance quantique pourrait déjà être arrivée pour l'empêcher de rendre inutile Bitcoin et d'autres cryptomonnaies.

La puissance de l'informatique quantique

Théoriquement, du moins, l'informatique quantique détruit la cryptographie.

"La sécurité de la quasi-totalité des cryptomonnaies actuelles repose non pas sur le cryptage, mais sur des schémas de signature numérique, qui permettent aux utilisateurs de prouver l'authenticité des transactions en transférant leurs pièces à d'autres utilisateurs", explique David Bernardo, professeur associé à l'informatique de l'Université de Copenhague (ITU ), où il étudie la cryptographie, les chaînes de blocs et les technologies de l’information.

"Il est bien connu qu'un ordinateur quantique assez puissant serait capable de casser cette garantie de sécurité de base des systèmes de signature numérique actuellement utilisés par les cryptomonnaies, permettant à un attaquant de falsifier des transactions transférant les pièces d'un utilisateur à des comptes / adresses arbitraires", ajoute-t-il.

En fait, la menace posée par l'informatique quantique ne s'arrête pas là, car Bernardo dit également qu'un ordinateur quantique assez puissant pourrait aussi casser les bases algorithmiques des chaînes de blocs de différentes crypto-devises.

Encore des décennies de délai, au mieux

Donc, oui, la récente percée de Google semble constituer une étape supplémentaire sur la longue route des cryptomonnaies.

Par contre et heureusement, on ne sait toujours pas si un ordinateur quantique suffisamment puissant et stable pour déchiffrer les cryptomonnaies de la manière décrite ci-dessus sera un jour construit. Dans la positive, il est probable que nous devrons encore attendre plusieurs décennies avant que de tels appareils ne se manifestent.

"Même si l’un des ordinateurs quantiques existants peut résoudre certains problèmes de calcul beaucoup plus rapidement que les ordinateurs classiques, il faudrait qu’il soit beaucoup plus puissant pour casser ce schéma de signature", explique Bernardo.

"Si l'on veut rompre le schéma de signature utilisé dans Bitcoin (et dans d'autres cryptomonnaies), il faut un ordinateur quantique capable de gérer des dizaines de millions de qubits et capable de supporter le calcul pendant de nombreuses heures."

Des dizaines de millions de qubits sont bien en avance sur tout ce qui a été géré dans les expériences et les recherches actuelles, Google ayant déjà de la difficulté à maintenir 54 qubits.

Cela dit, une étude réalisée en 2018 par des chercheurs de l'Imperial College London a calculé qu'il ne faudrait «que» 1 500 qubits pour utiliser avec succès l'algorithme quantique de Shor, capable de casser l'algorithme de signature numérique à courbe elliptique (ECDSA) utilisé par les cryptomonnaies pour signer des transactions. Mais même atteindre ce nombre plus petit nécessitera probablement un effort herculéen.

"Notez que la gestion d'un nombre insuffisant de qubits n'est que l'un des principaux problèmes des ordinateurs quantiques actuels, l'autre étant que le matériel actuel est extrêmement sujet aux erreurs et qu'il ne peut supporter le calcul quantique que pendant des dizaines de secondes", ajoute Bernardo. La construction d'ordinateurs quantiques assez puissants pour déchiffrer des cryptomonnaies "nécessiterait certainement des percées dans les domaines de l'ingénierie et de la physique".

En conséquence, Bernardo est réticent à donner une date précise pour l’apparition d’ordinateurs quantiques suffisamment puissants, bien que, selon une estimation approximative, il reste "encore quelques décennies avant la construction de tels ordinateurs quantiques puissants".

Cryptomonnaie post-quantique

Nous pourrions avant cela assister à l’émergence d’une cryptographie et d’une cryptomonnaie résistantes aux quantiques. Mais tout comme le développement d’ordinateurs quantiques sera difficile, il en sera de même pour le développement de leurs homologues cryptographiques.

"Nous savons déjà comment construire des schémas cryptographiques sécurisés post-quantiques qui nous permettent théoriquement de construire des cryptomonnaies sécurisées post-quantiques", explique Bernardo.

«Cependant, la plupart (sinon la totalité) des schémas cryptographiques sécurisés post-quantiques actuels sont beaucoup moins efficaces que leurs homologues vulnérables aux attaques quantiques, nécessitant beaucoup plus de mémoire / stockage et de puissance de traitement, ce qui affecte leurs performances.»

En plus de cela, Bernardo note également que chaque composant vulnérable d'une blockchain devra être rendu résistant au quantum, et pas seulement le schéma de signature. "En fait, pour nous assurer qu'une cryptomonnaie est sécurisée post-quantique, nous devons effectuer une analyse de sécurité complète afin de prouver mathématiquement que la cryptomonnaie est une sécurité post-quantique dans son ensemble, au lieu d'analyser des composants spécifiques de manière isolée."

En d'autres termes, la course est lancée. Espérons que des cryptomonnaies post-quantiques efficaces apparaîtront avant les ordinateurs quantiques, et il y a de bonnes raisons de croire que oui, étant donné que le travail sur ces monnaies est déjà plus avancé que celui de leurs ordinateurs rivaux encore hypothétiques.

P.S. Oh, John McAfee a déclaré que le prix du bitcoin atteindra 1 million USD avant le 31 décembre 2020.

Lire aussi: Peut-on expliquer les cryptomonnaies en 10 minutes? et Est-il sécuritaire d’utiliser Bitcoin?

_________________________________

Suivez nos liens d'affiliés pour:

Acheter des cryptomonnaies

Sécuriser vos cryptomonnaies

Payer toutes vos factures ou envoyer de l'argent vers votre banque

  • Bylls (Disponible uniquement au Canada).
Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles