09 août 2021 · 14 min read

Les 4 plus gros mythes sur le Bitcoin utilisés par les banques centrales démontés

Nous sommes en août 2021 et les banques centrales ne savent toujours pas quoi faire avec le Bitcoin (BTC). Beaucoup d'entre elles ont rejeté l'actif, l’ayant longtemps considéré comme une bulle hautement spéculative dans le passé. Ce n’est pas la première fois que les banquiers centraux critiqueront le Bitcoin et ça ne sera pas la dernière.

Source: Adobe/zhenya

Examinons ici de plus près certains des arguments fallacieux avancés par les banquiers centraux.

1. "Le Bitcoin est trop volatil et n'est pas une réserve de valeur".

Une critique clé lancée au Bitcoin par un large éventail de sceptiques (pas seulement les banquiers centraux) est que l'actif est beaucoup trop volatil pour servir de réserve de valeur.

"Les crypto-actifs sont très volatils par conséquent, ils ne sont pas vraiment utiles en tant que réserve de valeur", a déclaré le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell lors d'un événement organisé par la Banque des règlements internationaux (BRI) en mars dernier.

Pour ce qui est de l'inutilité de la réserve de valeur, de nombreux détenteurs de bitcoins sur le long terme (Hodlers) contesteraient cette affirmation. Bien que le prix du Bitcoin à court terme puisse être assez volatil, ceux qui détiennent du Bitcoin depuis plus d’un cycle de halving (environ quatre ans) n'ont jamais perdu d'argent. Il est incontestable que le prix du Bitcoin peut être hautement spéculatif et volatil à court terme, mais de nombreux possesseurs de BTC se moquent de cet état de fait car ils souhaitent utiliser leurs crypto-actifs comme une forme d'épargne à long terme.

Certes, le Bitcoin a chuté de plus de 60 000 USD à environ 30 000 USD il y a quelques semaines (ce n’est plus vrai au moment de la traduction de ces lignes), puis est remonté à 40 000 USD au cours des derniers mois, mais il est toujours en hausse d'environ 250 % sur l'année écoulée et de plus de 6 000 % sur les cinq dernières années au moment de la rédaction de cet article (chiffres avant la hausse de prix du 9 août 2021).

Il peut y avoir beaucoup d'action en ce qui concerne le prix du Bitcoin à court terme car le marché ne sait toujours pas comment évaluer ce type d'actif totalement nouveau qui n'existait pas auparavant. De plus, les cinq dernières années d'évolution du cours du Bitcoin ont été empiriquement moins volatils que les cinq premières. L'idée qu'un tout nouveau type d'actif puisse passer de zéro à des dizaines de milliers de dollars sans volatilité n'a tout simplement aucun fondement dans la réalité.

Volatilité sur 60 jours BTC/USD. Source: buybitcoinworldwide.com

Il convient de noter que Robert Kaplan, qui est le président de la Banque de la Réserve fédérale de Dallas, semble être en désaccord avec l'évaluation de Powell sur le Bitcoin.

"Il est clair que c'est une réserve de valeur", a déclaré Kaplan lors d'un événement sur le Bitcoin organisé par Texas A&M plus tôt cette année. "Évidemment, sa valeur bouge beaucoup, ce qui peut l'empêcher d’assoir rapidement sa fonction de moyen d'échange et d'être largement adopté. Mais cela peut changer, et cela va évoluer."

2. "Le Bitcoin n'est soutenu par rien et n'a aucune valeur intrinsèque"

Une autre critique sur le Bitcoin, étroitement liée à son incapacité supposée à agir comme une réserve de valeur, est l'affirmation selon laquelle le crypto-actif n'a pas de valeur intrinsèque. "Le Bitcoin n'est soutenu par rien", a déclaré Powell lors de l'événement de la BRI mentionné plus haut.

Selon lui, les stablecoins constituent une amélioration par rapport aux crypto-actifs purs comme le Bitcoin, car ils sont adossés à des monnaies souveraines de grandes nations comme le dollar. De ce point de vue, Powell considère que le Bitcoin est plus similaire à l'or qu'au dollar américain. Le président de la Federal Reserve Bank of St. Louis, James Bullard, est également d'accord avec cette comparaison. "Ils le caractérisent comme un rival de l'or, et cela pourrait être une bonne façon de l'envisager", a déclaré Bullard dans une interview accordée à CNBC plus tôt cette année.

L'absence de valeur fondamentale du Bitcoin est également un argument partagé par d'autres banquiers centraux dans le monde. En mai, un rapport de la Banque centrale européenne (BCE) a comparé le Bitcoin à la tristement célèbre bulle de la Compagnie de la mer du Sud. Le vice-président de la BCE, Luis de Guindos, a déclaré à Bloomberg TV que les crypto-actifs ne sont pas de véritables investissements car leurs fondamentaux sont très faibles. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Bailey, a également utilisé cet argument. Lors d'une conférence de presse en mai, il a déclaré :

"Les cryptomonnaies n'ont pas de valeur intrinsèque. Cela ne veut pas dire que les gens ne leur attribuent pas de valeur, car elles peuvent avoir une valeur extrinsèque. Mais elles n'ont pas de valeur intrinsèque."

Cette critique du Bitcoin est en grande partie correcte. Le Bitcoin n'a en effet pas de valeur intrinsèque, et sa valeur dépend entièrement du fait que les gens le considèrent comme précieux (bien que cela soit basé sur ses propriétés intrinsèques). Cependant, le problème de l'absence de valeur intrinsèque du Bitcoin comme argument contre ce crypto-actif est qu'il s'applique également à des options comme l'or et le dollar américain. Le dollar américain a de la valeur parce que le gouvernement fédéral dit qu'il a de la valeur et que les gens le croient. Si davantage de personnes décident de détenir de la valeur en Bitcoin au lieu du dollar américain, il n'y a rien d'"intrinsèque" dans le dollar qui le protège de ce type d'attaque spéculative. Au lieu de cela, le gouvernement fédéral ne peut qu'utiliser son monopole sur la violence pour essayer de surpasser le Bitcoin par l'usage de la force.

De toute évidence, il existe encore des raisons fondamentales pour que le Bitcoin et le dollar américain soient à leur valeur actuelle. On dit souvent que le dollar américain est soutenu par la foi et le crédit du gouvernement américain ou l'obligation de payer des impôts avec cette monnaie, ce qui est très bien.

Mais le Bitcoin a également ses propres propositions de valeur fondamentales sous la forme d'une politique monétaire incorruptible, des difficultés associées à la saisie du Bitcoin de quelqu'un d'autre et des paiements en ligne résistant à la censure.

Pour conclure sur ce sujet, la remarque de Powell concernant le manque de soutien du Bitcoin ne doit pas être considérée comme négative, car c'est là tout l'intérêt du système de monnaie numérique. Toute forme d'adossement du BTC à des actifs réels ou à un émetteur centralisé réintroduirait le risque de contrepartie (comme c'est le cas avec les stablecoins), qui est le problème que le Bitcoin est censé résoudre en premier lieu.

3. "Le Bitcoin consomme trop d'énergie”

Une autre critique faite au Bitcoin et formulée par Powell lors de l'événement de la BRI en mars était que le système Bitcoin était trop gourmand en énergie. Un porte-parole de la Banque mondiale, qui investit elle-même des milliards dans les combustibles fossiles, malgré les appels des responsables européens à cesser de financer des projets de cette nature, a également déclaré à Reuters que les préoccupations environnementales étaient l'une des deux raisons pour lesquelles l'institution financière internationale ne pouvait pas aider le Salvador à adopter le Bitcoin comme monnaie légale. Par ailleurs, Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a écrit en mai :

"L'énorme consommation d'énergie et les émissions de CO2 associées au minage BTC pourraient compromettre les efforts de développement durable au niveau mondial. À lui seul, le Bitcoin consomme déjà plus d'électricité que les Pays-Bas. Le contrôle et la limitation de l'impact environnemental des crypto-actifs, notamment par le biais de la réglementation et de la fiscalité, devraient faire partie du débat mondial."

Plus récemment, la BCE a déclaré que la consommation d'énergie de sa monnaie numérique serait négligeable par rapport au Bitcoin. Cet été également, un rapport de la BRI a souligné : "Le Bitcoin, en particulier, a peu d'attributs d'intérêt public rédhibitoires si l'on considère également son empreinte énergétique coûteuse."

Cette déclaration du rapport de la BRI est l'illustration parfaite du problème clé des arguments environnementaux contre le Bitcoin. Ces arguments ne sont valables que pour les personnes qui pensent que l'existence de Bitcoin n'a aucune valeur.

Si vous ne comprenez pas la proposition de valeur de Bitcoin, alors bien sûr vous avancerez l'argument que toute énergie utilisée dans le minage de bitcoins est un gaspillage. Ce n'est pas différent de quelqu'un qui n'aime pas Noël et qui pense que toute l'énergie dépensée pour les lumières de Noël chaque année est un gaspillage.

En d'autres termes, il s'agit d'un argument subjectif. De toute évidence, les détenteurs de bitcoins considèrent que les coûts de l'établissement d'un système monétaire mondial et apolitique valent les coûts énergétiques associés.

Le discours des médias selon lequel le Bitcoin est horrible pour l'environnement est également largement exagéré. De nombreuses estimations sur la future consommation d'énergie du Bitcoin font des erreurs techniques extrêmement basiques, comme le fait d'ignorer les systèmes de couche deux comme le Lightning Network et de supposer que toutes les futures transactions se feront sur la couche de base de la blockchain du BTC. Il y a de nombreuses raisons de croire que l'impact environnemental d'une norme monétaire Bitcoin largement adoptée serait inférieur à l'impact du système financier actuel ou d'un retour à un étalon-or. ARK Invest et Square Crypto ont également cosigné un article qui explore si le minage de bitcoins peut réellement améliorer l'économie des sources d'énergie renouvelables.

4. "Le Bitcoin manque de transparence et est trop utile aux criminels"

Le même porte-parole de la Banque mondiale qui a évoqué les préoccupations environnementales dans le contexte de l'adoption du Bitcoin comme monnaie légale au Salvador a également déclaré que la transparence était un problème potentiel avec le célèbre crypto-actif, et le rapport de la BRI mentionné dans la section précédente a également abordé l'utilisation du Bitcoin pour le blanchiment d'argent et les attaques de ransomware. Mais les remarques les plus critiques sur l'utilisation des cryptomonnaies par les criminels cette année sont peut-être venues de la présidente de la BCE, Christine Lagarde.

"Le Bitcoin est un actif hautement spéculatif, qui a donné lieu à de drôles d'affaires et à des activités de blanchiment d'argent intéressantes et totalement répréhensibles", a déclaré Mme Lagarde lors de la conférence Reuters Next en janvier.

Mme Lagarde, qui est elle-même une personne condamnée, a ajouté qu'une réglementation mondiale était nécessaire pour le Bitcoin et les autres monnaies numériques afin d'empêcher les gens de trouver des failles juridiques dans le monde entier qui peuvent être utilisées pour contourner les exigences en matière de rapports financiers.

En février, Mme Lagarde avait également déclaré : " Le Bitcoin est un crypto-actif qui a été créé en 2009 par des libertaires et l'espoir d'un univers complètement décentralisé qui sera complètement anonyme. "

Ce commentaire indique une compréhension des fondements politiques du réseau Bitcoin. Cependant, un système financier numérique qui n'est ni décentralisé ni potentiellement anonyme a également ses propres implications sociales. Ces implications ont peut-être été le mieux décrites par le directeur général de la BRI, Agustin Carstens, lors d'un événement du FMI en octobre 2020, où il a fait une déclaration concernant les différences entre l'argent physique d'aujourd'hui et les CBDC potentielles du futur.

"L'une des principales différences avec une CBDC est que la banque centrale aura un contrôle absolu sur les règles et règlements qui détermineront l'utilisation de cette monnaie de banque centrale, et nous disposerons également de la technologie nécessaire pour les faire respecter", a déclaré M. Carstens.

Le Bitcoin est considéré depuis longtemps comme une protection potentielle contre une société dystopique où la confidentialité financière et la propriété réelle de l'épargne n'existeraient pas (j'ai écrit à ce sujet pour NASDAQ il y a cinq ans).

Avec un contrôle gouvernemental total sur le système financier numérique, il devient plus facile de mettre en œuvre des politiques monétaires inflationnistes, de saisir les actifs de la population et de censurer certains types de transactions, tout cela au nom de la protection des enfants contre les quatre cavaliers de l'"infocalypse".

Diverses évolutions réglementaires liées aux cryptomonnaies ont lieu actuellement dans le monde entier, de sorte que cette année pourrait donner à chacun un aperçu de jusqu'où les gouvernements sont prêts à aller pour protéger leur "contrôle absolu" sur le système financier numérique.
________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant:

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Si vous voulez en apprendre plus sur le Bitcoin et l’investissement dans les cryptomonnaies, voici deux livres parfaits: “Comprendre Bitcoin en 2h" et “Investir dans Bitcoin".

Regardez la dernière vidéo “Les 5 actus cryptos de la semaine”:

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:
Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR
Notre podcast audio: https://www.buzzsprout.com/1111262
Notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCEu7E2wqP3t3QzAWTWF9weg
Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR
Instagram: https://www.instagram.com/fr_cryptonews
Facebook: https://www.facebook.com/cryptonewsFR
Telegram: https://t.me/cryptonews_FR

_________