Accueil ExclusifOpinions

Hard fork Bitcoin, quand le consensus est impossible

Par Coinhouse
Hard fork Bitcoin, quand le consensus est impossible 0001

Source: iStock/Inkout

Soft fork, hard fork, séparation de la chaîne de blocs… autant de termes incompréhensibles pour les nouveaux arrivants dans les cryptoactifs. Coinhouse revient sur les forks en expliquant qu’il en existe plusieurs types aux conséquences différentes pour les détenteurs de Bitcoin et autres cryptoactifs.

Que veut dire ‘’fork’’ ? Ce mot anglais qu’on peut traduire par fourche ou bifurcation appliqué à l’univers des cryptoactifs correspond à un phénomène de séparation d’une chaîne de blocs (blockchain) en deux.

Les forks naturels : un phénomène fréquent sur les blockchains

Le protocole de minage décentralisé, par exemple sur Bitcoin, est construit de telle façon que deux machines peuvent trouver un bloc valide à quelques secondes d’intervalle, puisque la propagation du nouveau bloc sur le réseau n’est pas instantanée. Il faut environ quatre secondes pour que la version “à jour” de la blockchain Bitcoin atteigne 50% du réseau, et douze secondes pour qu’elle atteigne 95% du réseau.

Comment se produit le fork naturel ?

Il existe alors momentanément deux versions de la blockchain différentes, de par leur dernier bloc. Il s’est donc produit un “fork”: deux versions valables de la chaîne coexistent. Alors qui a raison ?

Ce type de situation se déroule plusieurs fois par semaine sur la blockchain Bitcoin, et plus fréquemment encore sur celle d’Ethereum. Pour autant, les mécanismes de résolution de ces phénomènes font de ces cryptoactifs des actifs intéressants.

Comment se résout le fork naturel ?

L’un des principes fondamentaux du minage par preuve de travail (PoW) est que “la chaîne la plus longue est valide”, car c’est celle qui a accumulé le plus de travail, autrement dit celle sur laquelle il y a le plus de puissance de calcul.

Pour résoudre le paradoxe de deux chaînes différentes et valides, les mineurs vont repartir plus ou moins aléatoirement de l’une ou de l’autre version pour chercher le bloc suivant.

Au bout de quelques minutes pour le Bitcoin, quelques secondes pour l’Ethereum, un mineur va trouver un nouveau bloc qui fait référence à l’une des deux chaînes. Le problème est alors résolu: cette chaîne étant plus longue, elle devient officiellement la chaîne valide.

Les mineurs qui travaillaient sur l’autre version vont se rapatrier sur la chaîne la plus longue, puisque continuer à miner sur l’autre version ne leur rapporterait plus rien et ils dépenseraient donc de l’électricité pour rien.

Lisez la suite de cet article sur Coinhouse Insights.

Avertissement : cet article vous est présenté par l’équipe de Coinhouse, ne reflète pas nécessairement l’opinion de CryptonewsFR et ne constitue en aucun cas des conseils à l’investissement ni des consignes de trading.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles