Accueil ExclusifArticles

Comment la blockchain va aider à envoyer des gens dans l'espace

Par Simon Chandler
Comment la blockchain va aider à envoyer des gens dans l'espace 101
L'astronaute Edward H. White II, pilote de Gemini IV, est photographié à bord du vaisseau spatial Gemini pendant la mission orbitale de quatre jours sur la Terre. Prise le 5 juin 1964. Source: NASA

La blockchain fait son entrée dans l'industrie spatiale. Sa décentralisation a pour but d'aider les organisations spatiales privées et publiques à fonctionner et à poursuivre leurs objectifs.

Des chaînes d'approvisionnement fonctionnant sur blockchain à la tokénisation des actifs et des ressources spatiales, les chiffres de l'industrie indiquent que la blockchain fournira une infrastructure qui rendra l'industrie spatiale plus efficace et plus productive.

La blockchain dans l'espace: satellites et chaînes d'approvisionnement

Selon Andrew James Murrell, responsable de l'exploration du programme Future Telecom à l'Agence spatiale européenne (ESA), c'est la décentralisation des blockchains qui les rend idéales pour l'industrie spatiale.

Étant donné que les données stockées sur des blockchains peuvent être partagées en toute confiance par de multiples acteurs dans plusieurs pays, c'est parfait pour une industrie qui repose sur la coopération internationale, ainsi que sur la coopération entre les organismes publics et privés.

"Les systèmes de communication par satellite pourraient intégrer les systèmes DLT [technologie de registre distribué]", dit-il à Cryptonews.com.

"Pour certaines applications, il peut également y avoir des avantages à utiliser des blockchains au sein de l’industrie spatial, c'est-à-dire en dehors de toute influence nationale ou politique individuelle ou pour offrir une diversité et une résilience accrues".

L'analyste de l'industrie spatiale de PwC, Aravind Ravichandran, affirme également que la blockchain aura de multiples usages pour le secteur, la logistique et la gestion de la chaîne d'approvisionnement sont des domaines majeurs, comme le sont les communications par satellite.

"La blockchain a de nombreuses applications dans la gestion de la chaîne d'approvisionnement, où la transparence/traçabilité est très importante", dit-il à Cryptonews.com. Une agence spatiale comme la NASA ou l'ESA peut assurer un suivi de bout en bout de la chaîne d'approvisionnement pour des programmes essentiels tels que le "NASA Commercial Crew"".

Lire aussi: Blockstream: nouvelle version de son réseau et kits satellitaires Bitcoin pour vous.

M. Ravichandran note par ailleurs que la Blockchain pourrait fournir une sorte de tableau de bord décentralisé, sécurisé et transparent qui permettrait à des institutions telles que la NASA d'identifier ce qui se passe dans la chaîne d'approvisionnement. Et en cas de retard ou d'échec, il leur permet également "d'évaluer efficacement où cela s'est mal passé, simplement parce que l'information est devant eux".

Andrew Murrell cite SpaceChain (SPC) comme exemple d'une entreprise travaillant déjà dans ce domaine. Basée à Singapour et au Royaume-Uni, SpaceChain "développe un réseau de blockchains par satellite qui pourrait être utilisé pour créer un système d'exploitation avec un code en open-source pour développer des applications de blockchains axées sur l'espace".

La tokénisation de l'espace

Un autre domaine clé sera la tokénisation, qui facilitera les échanges et la communication entre les différents acteurs.

"La technologie blockchain permet de mettre en place des techniques décentralisées et sûres notamment grâce à l’utilisation de jetons numériques", explique le Dr Mohamed Torky, membre du groupe de recherche scientifique en Égypte, qui a récemment publié un article sur les applications blockchain dans l'industrie spatiale.

"Les ressources spatiales telles que les satellites, les vecteurs orbitaux, les débris spatiaux, les astéroïdes, les engins spatiaux, les astronautes, etc. peuvent être traitées numériquement sous forme de jetons numériques basés sur des blockchains".

Aravind Ravichandran prédit que les “jetons spatiaux” se répartiront en trois grandes catégories.

1. Imagerie satellitaire

La première consiste à tokéniser l'imagerie satellitaire, qui est actuellement vendue soit sous forme de scène (une image), soit au kilomètre carré. "Cela finit par être très inefficace et coûteux, étant donné que la zone d'intérêt pour une majorité d'utilisateurs n'est qu'une petite partie de l'imagerie satellite", explique M. Ravichandran.

Compte tenu de ces défauts du système actuel, il envisage "un modèle commercial géospatial tokénisé qui permettait aux agences et aux entreprises spatiales de mettre en place une infrastructure basée sur la blockchain. Les 'images satellitaires seraient ainsi tokénisées (en pixels, par exemple)" et échangée via un contrat intelligent automatisé.
Lire aussi: ConsenSys Space lance TruSathttps://fr.cryptonews.com/news/consensys-space-lance-le-trusat-4647.htm

2. Biens spatiaux

Ensuite, il y a la tokénisation des biens spatiaux. "C'est énorme et cela pourrait perturber la façon dont les biens spatiaux sont détenus et construits", prédit Ravichandran.

"Le pays C1 peut contribuer à hauteur de 30% du coût d'une mission et posséder 30% de ce vaisseau spatial et le pays C2 peut apporter les 70% restants", explique-t-il. "Bien sûr, cela se produit déjà, avec plusieurs pays contribuant à une mission, mais la blockchain peut améliorer ce mécanisme de collaboration et de partenariat".

3. Ressources spatiales

Troisièmement, il y a aussi la tokénisation des ressources spatiales, comme les astéroïdes et la Lune dans le contexte de l'exploitation de l'espace.

"Avec l'acquisition de Planetary Resources par ConsenSys, une importante société blockchain, je m'attendais à ce que cela se produise plus tôt que tard", dit Ravichandran. "Cependant, cela pourrait s'accélérer dans les prochaines années, étant donné l'intérêt de la NASA pour la Lune avec la mission Artemis."

En chantier

Même si tout n'est encore qu'à un stade précoce pour la blockchain dans l'industrie spatiale, il existe déjà une poignée d'exemples de sociétés et d'agences spatiales qui l’ont néanmoins adoptée.

Andrew James Murrell révèle que le programme BASS (Business Applications and Space Solutions) de l'ESA étudie déjà les cas d'utilisation des blockchains liés aux systèmes de satellites.

Par ailleurs, le programme de préparation de l'avenir ARTES de l'ESA "cherche à identifier les cas d'utilisation des DTL qui peuvent être mieux servis par les futurs systèmes de satellites et tente de définir l'architecture de système la plus adaptée à leur mise en œuvre".

Murrell note également qu'en 2018, la NASA a accordé une subvention de 330 000 USD pour le développement d'un système de vaisseau spatial basé sur une blockchain et qui "a été remporté par le Dr Jin Wei Kocsis pour son projet intitulé 'Resilient Networking and Computing Paradigm (RNCP)'".

Quant aux entreprises privées, M. Ravichandran indique que "le premier satellite basé sur une blockchain a été lancé par SpaceChain en 2018". Pendant ce temps, ConsenSys Space construit une base de données basée sur une blockchain pour suivre les satellites, tandis que la société suisse Guardtime "se diversifie déjà dans les applications spatiales pour la cybersécurité".

En d'autres termes, l'avenir est prometteur pour les blockchains dans l'industrie spatiale, qui pourraient devenir plus efficaces grâce à la décentralisation.
_________________________________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies; Zone SEPA Europe et citoyens français:

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada:

Pour acheter des cryptomonnaies à travers le monde:

Pour investir dans le minage ou les masternodes:

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme:

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins:

Pour sécuriser vos cryptomonnaies:

Pour accumuler des cryptos en jouant:

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles