Accueil ExclusifOpinions

Hydro-Québec revient discrètement vers les cryptos

Par François Rémy
Hydro-Québec revient discrètement vers les cryptos 0001

Photo: Hydro-Québec (droits réservés)

L’arrivée des caquistes au gouvernement aurait déjà des retombées sur le dossier polémique des tarifs d’électricité pour l’industrie des cryptomonnaies. Pourtant, la Régie de l’énergie, interpellée sur le sujet par le gouvernement précédent, n’a toujours pas rendu son verdict. À quand la transparence sur ces maladresses politiciennes qui gâchent un avantage compétitif du Québec ?

Depuis les élections générales, Hydro-Québec aurait renoué contact avec certains acteurs impliqués dans le minage de cryptomonnaies.

« Certains de mes clients me disent avoir obtenu des réactions d’HQ », nous indique sur le ton de la confidence un entrepreneur blockchain en vue à Montréal.

« Nous avons réentamé les discussions avec Hydro. Ils semblent confiants à l’idée d’enfin pouvoir aller de l’avant », confirme un autre meneur de projet de mining dans la province.

C’est à se demander si la division d’Hydro-Québec en charge de développer de nouveaux marchés n’aurait pas discrètement repris les tâches qui l’occupaient avant l’intervention du gouvernement sortant, à savoir attirer des industriels des cryptomonnaies.

Pour rappel, l’équipe Couillard avait été accusée plus tôt cette année de forcer sa société d’État à refuser de nouveaux clients en lien avec la production de bitcoins et autres jetons numériques. Alors que, depuis des mois, Hydro-Québec ciblait commercialement des entreprises traitant d’énormes volumes de données, centres de calculs blockchain inclus.

Le syndrome de la girouette ?

Le distributeur québécois avait inscrit dans son plan d’approvisionnement 2017-2026...

Lisez la suite de cet article sur le site de François Remy.

Avertissement : cet article reflète l'opinion de son auteur et n'est pas nécessairement celle de Cryptonews, il ne constitue en aucun cas des conseils à l’investissement ni des consignes de trading.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles