Accueil ExclusifOpinions

Identité auto-souveraine et blockchain : défis et enjeux

Par Florian Bourguin
Identité auto-souveraine et blockchain : défis et enjeux 101
Source : Adobe

Nous proposons aujourd’hui un entretien avec Jan Stormann.

Ce jeune expert dans le domaine du Cyber a effectué ces études à Cornell (une Université Ivy League américaine), à la London School of Economics et à SciencesPo. Passionné par la question du droit des nouvelles technologies, nous l’avons rencontré à Paris dans le cadre d’un groupe de travail sur la Blockchain. Il développe actuellement une réflexion sur l’identité auto-souveraine et l’impact de la Blockchain dans ce domaine. Il revient pour nous sur les dernières évolutions en matière d’identité auto-souveraine.

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser à la Blockchain ?

J’ai été membre de plusieurs associations étudiantes en France et Angleterre sur ce sujet, mais j’ai vite réalisé que ça n’allait pas très loin. J’ai ensuite commencé à écouter des conférences de professionnels et d’experts. À ce titre je salue notamment vos propos dans cette revue sur Yorick de Mombynes ou Maël Rolland. En 2018, à SciencesPo, j’ai pris des cours avec Marc-Olivier Boisset en Data Mining et Big Data et il est revenu à plusieurs reprises sur les enjeux de la Blockchain.

Pouvez-vous nous expliquer concrètement ce qui caractérise l’évolution actuelle en matière de gestion des données numériques personnelles ?

La meilleure manière de comprendre les enjeux est de prendre un exemple concret. Prenons donc le cas de la France. L’une des actions prioritaires de la Direction interministérielle du numérique (DINUM) est relative à l’inclusion numérique. À ce titre, elle ambitionne de « mettre en œuvre une stratégie d’accès étendu aux services publics grâce au numérique ». Cette feuille de route prévoit que sera mis en place un dossier numérique citoyen qui permettra aux utilisateurs de « consulter la liste des informations dont les administrations disposent sur les citoyens ; suivre les échanges de données que les administrations effectuent entre elles pour faciliter les démarches ; développer une fonction de notifications permettant d’informer les citoyens de l’avancement du traitement de leurs dossiers ». L’objectif explicite du directeur interministériel du numérique est de permettre que les citoyens aient une plus complète possession de leurs données. Un tableau de bord pourrait ainsi leur permettre de voir la façon dont les données sont susceptibles d’être transférées d’une administration vers une autre.
Il convient d'ajouter que la France n'est bien sûr pas la seule à prendre de telles initiatives : La Commission européenne, par exemple, est en train de développer le European Self-Sovereign Identity Framework (ESSIF) dans le contexte de l’infrastructure européenne des services de la Blockchain (EBSI), un projet comparable alors.

La Blockchain présenterait une nouveauté dans ce domaine ?

Comme vous l’avez écrit très justement dans plusieurs de vos articles, la Blockchain n’est pas une nouveauté. Encore moins pour des gens de ma génération. Il est plus juste de dire que la Blockchain pourrait être un outil utile pour la réflexion sur l’identité numérique auto-souveraine (qui elle-même est un enjeu largement abordé par les experts depuis au moins 2016).

Pourriez-vous nous expliquer en quoi la Blockhain pourrait être justement utile à l’identité auto-souveraine (IAS) ?

Les technologies de la Blockchain peuvent être envisagées comme compléments et alternative à une identité numérique sécurisée.
Le rapport parlementaire (Assemblée Nationale) du 12 décembre définit ces technologies comme « des technologies de stockage et de transmission d’informations, permettant la constitution de registres répliqués et distribués (distributed ledgers), sans organe central de contrôle, sécurisées grâce à la cryptographie, et structurées par des blocs liés les uns aux autres, à intervalles de temps réguliers ». À ce titre, on pense en effet que la Blockchain pourrait donner accès aux citoyens à un protocole décentralisé qui proposerait à la fois un accès direct à leurs données et une vision globale de la façon dont elles font l’objet de partages ou de réutilisations.

Cela signifie donc que la Blockchain offrirait un réseau stable et sécurisé sans intervention de l’État ?

En effet. L’État n’aura pas, ainsi, à s’occuper de la gestion d’une telle base de données centralisée.

On parle souvent d’une potentielle association Blockchain et « zero knowledge proof ». Pouvez-vous nous expliquer ?

Si on associe à la Blockchain la preuve à divulgation nulle de connaissance, il devient possible d’effectuer un partage de données entre plusieurs parties sans avoir à transmettre les informations associées à la transaction. L’identité numérique auto-souveraine repose sur cette technologie. Selon le rapport de l’Assemblée Nationale sur l’identité numérique du 8 juillet 2020, elle permet au citoyen de sélectionner « certains attributs, tout en choisissant les entités de certification qu’il souhaite. Le Gemalto Trust ID Network, qui permet à l’utilisateur de bénéficier d’un contrôle total des accès à ses données personnelles, constitue une application industrielle intéressante de ce concept. »

Ce texte est signé Florian Bourguin, jeune spécialiste en cyber-sécurité et intelligence économique de l’Association de l’École de Guerre Economique (AEGE) et ne reflète pas nécessairement l'opinion de la rédaction.

________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour investir dans le minage ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant:

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Si vous voulez en apprendre plus sur le Bitcoin et l’investissement dans les cryptomonnaies, voici deux livres parfaits: “Comprendre Bitcoin en 2h" et “Investir dans Bitcoin".

Regardez la dernière vidéo “Les 5 actus cryptos de la semaine”:

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:
Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR
Notre podcast audio: https://www.buzzsprout.com/1111262
Notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCEu7E2wqP3t3QzAWTWF9weg
Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR
Instagram: https://www.instagram.com/fr_cryptonews
Facebook: https://www.facebook.com/cryptonewsFR
Telegram: https://t.me/cryptonews_FR

_________

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles