26 mai 2022 · 9 min read

L'inflation devrait être considérée comme l'ennemie publique numéro 1

Source: Adobe/SERSOLL

Jannie Rossouw, professeur invité à la Business School de l'Université de Witwatersrand.
_____ 

L'inflation est un processus d'augmentation soutenue du niveau général des prix sur une période de temps, généralement 12 mois.

L'inflation peut être calculée pour un pays, pour des régions spécifiques dans un pays et pour différents groupes de revenus et démographiques, par exemple les retraités.

Ces différents calculs sont importants car les habitudes de dépenses des régions et des groupes diffèrent. Cela signifie que leurs taux d'inflation diffèrent également. Il est donc important que chaque ménage ait une idée claire de son propre taux d'inflation.

Un certain nombre de pays permettent de développer cette meilleure compréhension. Par exemple, les ménages sud-africains peuvent utiliser un outil Internet tel que le calculateur d'inflation personnel de Statistics SA. Un calculateur d'inflation personnel, basé sur les habitudes de dépenses des ménages, est également disponible pour la zone euro, le Canada et la Nouvelle-Zélande.

 Le calculateur d'inflation personnel de Statistics SA

La phrase décrivant l'inflation comme "l'ennemi numéro un" est empruntée aux recherches menées par l'homme d'affaires sud-africain Anton Rupert sur le problème mondial de l'inflation dans les années 1970.

Il décrivait ainsi l'inflation en raison de son effet de distorsion sur les économies des pays et sur la richesse et le bien-être financier des ménages.

Mais le mot "inflation" a une origine beaucoup plus ancienne. Il a été utilisé pour la première fois aux États-Unis entre 1830 et 1860, lorsque le dollar américain a commencé à perdre de la valeur.

En résumé, les gens ressentent l'inflation comme une augmentation soutenue des prix. Les prix continuent d'augmenter et la même somme d'argent permet d'acheter moins de biens et de services au fil du temps.

Pourquoi est-ce si grave ?

L'inflation est néfaste parce que les personnes à revenu fixe, comme les retraités, s'appauvrissent au fil du temps. Le pouvoir d'achat de leur argent est érodé.

Un autre problème est que les emprunteurs bénéficient d'un avantage sur les épargnants. Avec une inflation élevée, la valeur en capital de l'épargne s'érode, tandis que la charge réelle de l'emprunt diminue. Il devient plus facile de rembourser une dette. Bien que les taux d'intérêt augmentent avec l'inflation, la valeur réelle du montant emprunté qui doit être remboursé diminue en pourcentage des salaires ajustés à l'inflation.

Les gouvernements sont les plus gros emprunteurs au monde. Ils sont donc les principaux bénéficiaires de l'inflation, car la valeur réelle de leur dette s'érode aux dépens des contribuables de leur pays. Les recettes fiscales augmentent avec l'inflation et la dette publique devient un pourcentage plus faible des recettes publiques provenant des impôts.

Qui gère l'inflation et quels instruments peuvent-ils utiliser ?

Les banques centrales sont chargées de contenir l'inflation. Elles utilisent le niveau des taux d'intérêt pour contenir l'inflation.

Cette responsabilité est plus évidente dans les pays qui utilisent le ciblage de l'inflation. Dans ces pays, les banques centrales ajustent les taux d'intérêt en fonction du taux d'inflation et de son niveau futur attendu afin de le contenir dans la fourchette cible.

Pour contenir l'inflation, les banques centrales doivent maintenir les taux d'intérêt au-dessus du taux d'inflation. Cette différence entre le taux d'inflation et le taux d'intérêt est appelée taux réel). Lorsque le taux d'inflation s'accélère et que l'on s'attend à ce que cette tendance se poursuive, la réponse de la banque centrale consiste à augmenter le niveau des taux d'intérêt (tant nominaux que réels), en fonction de la modification de la trajectoire de l'inflation.

Qu'est-ce qui peut mal tourner ?

Les banques centrales peuvent faire de mauvaises hypothèses et utiliser de mauvaises projections dans leur évaluation de l'inflation future. Cela peut les amener à fixer les taux d'intérêt à un niveau inapproprié.

L'accélération récente du taux d'inflation aux États-Unis, qui a atteint un niveau supérieur à 8 %, en est un exemple. Avec une moyenne d'environ 3 % par an, le taux d'inflation américain était à un niveau très bas au cours des quatre dernières décennies.) Récemment, le taux s'est accéléré pour dépasser les 8 %, sans que la Réserve fédérale américaine ne réagisse de manière appropriée.

Par conséquent, l'inflation américaine pourrait devenir un problème persistant.

Cette accélération inattendue des prix a pris les ménages américains par surprise. De nombreux ménages (par exemple les retraités), qui pensaient que l'inflation resterait sous contrôle, sont maintenant confrontés à des dépenses beaucoup plus élevées sans augmentation proportionnelle de leurs revenus.

Il est donc important que les banques centrales soient constamment vigilantes et réagissent à l'accélération de l'inflation. Inévitablement, cela implique de fixer les taux d'intérêt à un niveau réel approprié, supérieur au taux d'inflation.

Le taux réel des taux d'intérêt peut être calculé de plusieurs manières. La manière la plus simple et la plus facile à calculer consiste à déduire le taux d'inflation du taux d'intérêt nominal.

Certains pays africains souffrent de problèmes d'inflation persistants, avec des taux bien plus élevés que dans les économies développées. Le taux d'inflation du Zimbabwe pour la période allant jusqu'à avril 2022 s'est accéléré pour atteindre 96,4 %, tandis que le taux d'inflation du Ghana était de 19,4 % pour la même période.

Les pays souffrant d'une forte inflation subissent une pression sur le taux de change, avec une baisse de la valeur de la monnaie. Le taux de change de la monnaie restera sous pression à la baisse tant que l'inflation élevée persiste. En raison de l'inflation élevée, les investissements dans le pays deviennent peu attrayants. La demande de la monnaie diminue donc, ce qui met le taux de change du pays à forte inflation sous pression.

La monnaie ghanéenne s'est déjà dépréciée de 18 % par rapport au dollar américain cette année. Une nouvelle baisse de valeur est attendue plus tard cette année.

Au cours de l'année écoulée, le dollar zimbabwéen RTGS a perdu plus de la moitié de sa valeur par rapport au dollar américain).

En raison de la forte dépréciation de la monnaie, les prix intérieurs des biens et services importés dans des pays comme le Ghana et le Zimbabwe ont fortement augmenté et continuent d'augmenter chaque fois que la monnaie se déprécie.

Les consommateurs de ces pays qui gagnent leur vie en monnaie locale ont de plus en plus de mal à s'offrir des biens et des services importés.

Un déficit de confiance

Un problème dans un environnement d'inflation soutenue est que les gens ne font pas confiance au taux d'inflation officiel publié. Les taux d'inflation suscitent la méfiance pour plusieurs raisons. La première est une méfiance générale à l'égard de la gestion par le gouvernement. Il en résulte une opinion selon laquelle les taux d'inflation sont manipulés par les agences gouvernementales responsables de leur publication afin d'indiquer des augmentations de prix plus faibles qu'elles ne le sont en réalité.

Deuxièmement, l'augmentation des prix de biens tels que le carburant, qui fait l'objet d'une publicité considérable, donne l'impression d'une augmentation générale des prix. Ce problème est lié au fait que les hausses de prix sont beaucoup plus visibles pour les consommateurs et attirent davantage l'attention que les baisses de prix.

Enfin, l'inflation mesure les augmentations de prix sur une base cumulative, en utilisant le niveau de prix de chaque année précédente comme base de calcul. Cela implique que le niveau de prix gonflé de chaque année précédente est utilisé pour mesurer le taux d'inflation de l'année suivante. Au fil du temps, l'effet cumulatif d'une inflation soutenue devient assez important.

Cela peut s'expliquer d'une autre manière. Avec un taux d'inflation soutenu constant de 5 % par an, la perception intuitive est que les prix vont doubler tous les 20 ans. En pratique, cependant, dans ces conditions, les prix doublent tous les 14,4 ans. Les augmentations de prix dépassent donc les perceptions des consommateurs.

Étant donné l'impact négatif de l'inflation, il est dans l'intérêt de tous les consommateurs que les autorités appliquent toujours des politiques qui empêchent les augmentations de prix ou les maintiennent à un niveau minimum.

L'inflation ne rend pas les gens riches, même si les gouvernements et les emprunteurs profitent de l'inflation. C'est pourquoi la description selon laquelle l'inflation est l'ennemi public numéro 1 est si juste.

Cet article a été publié en premier sur The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l'article original ici.

Suivez nos liens d'affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy
  • Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage de cryptomonnaies ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuite et à nos réseaux sociaux: