Interview avec Oleg Fomenko, CEO de Sweat Economy

Romaric Saint-aubert
| 7 min de lecture

Oleg Fomenko a bien voulu nous accorder une interview pour discuter de Sweat Economy. Le projet Move to Earn parvient en effet à se distinguer des autres grâce à un fonctionnement tout à fait différent et à un véritable rôle de la part de la communauté.

Sweat Economy : Un Move to Earn pas comme les autres

Sweat Economy est un projet initialement né sur le web2. Véritable précurseur du genre Move to Earn, celui-ci voyait déjà le mouvement arriver en 2015 avec le lancement de Sweatcoin. Il s’agissait alors d’une crypto basée sur le mouvement de ses utilisateurs. Sweatcoin possédait déjà plus de 140 millions d’utilisateurs enregistrés et plus de 10 millions de détenteurs du token natif de la plateforme, le SWEAT.

Sweat Economy bénéficie donc d’une certaine expérience, mais pas seulement, comme l’explique Oleg Fomenko :

« Sweat Economy se distingue de ses pairs du secteur en ce sens qu’il s’agit d’un projet free-to-join. Tout le monde peut télécharger Sweatcoin et Sweat Wallet et commencer à gagner des cryptos en quelques étapes sans avoir besoin de réaliser d’investissement majeur. »

En comparaison d’autres projets qui requièrent habituellement l’achat d’un NFT avant toute chose, Sweat Economy mise sur une autre approche. Selon Le CEO du projet, il s’agit de l’une des raisons principales pour lesquels le projet possède une économie durable :

« Nos applications sont gratuites, il n’y a pas besoin de « ticket d’entrée » et notre modèle économique est durable grâce à cela. »

Une communauté forte mise au premier plan de Sweat Economy

Sweat Economy permet donc à ses utilisateurs de convertir leurs efforts en tokens. En ce sens, il s’agit d’un fonctionnement efficace afin de créer une économie basée sur l’effort et la récompense. Toutefois, il faut également prendre en compte l’aspect communautaire important de Sweat Economy.

« Notre projet est fondé sur un principe robuste qui met la communauté au premier plan au travers d’un système de gouvernance. »

Le projet a effectivement réalisé un vote très important dans sa communauté. Celui-ci a permis à plus de 380,000 utilisateurs de décider du burn des tokens. C’est ainsi la communauté qui a décidé de l’aspect déflationniste du SWEAT. Le token du projet a ainsi intégré la notion de « buy and burn » à ses tokenomics sous l’impulsion de ses utilisateurs.

Des possibilités au-delà du web3

L’idée finale derrière Sweat Economy va bien au-delà du web3 ou de la blockchain. Si le projet tire ses origines du Move to Earn afin d’encourager ses utilisateurs à bouger, la finalité de la plateforme est bien plus ambitieuse.

La possibilité de l’intégration du SWEAT comme une véritable valeur de référence n’est pas à écarter. En effet, puisque le Sweat est basé sur la quantité d’efforts fournis par ses utilisateurs, Oleg Fomenko imagine plusieurs scénarios :

«  C’est le but du SWEAT : devenir une unité par défaut de valeur d’activité physique et être utilisé pour alimenter des cas d’utilisation qui ne peuvent être discutés pour le moment. Par exemple, en faisant payer vos frais de mutuelle en SWEAT parce que vous représentez un meilleur risque pour votre assurance santé. Votre employeur pourrait acheter vos Sweat à un prix élevé parce que cela réduit votre absentéisme et améliore votre productivité. Même le système de santé pourrait utiliser le Sweat comme preuve que vous prenez soin de vous et que, en fin de compte, vous exercez une pression moindre sur le système de santé de votre pays. »

La tokenisation de l’effort physique prend alors tout son sens dès lors que l’actif en question peut être utilisé en dehors de son propre écosystème.

Un M2E simple, gratuit et diversifié

Le projet est né d’une idée simple, soit le fait d’encourager les utilisateurs à bouger en leur offrant une récompense gratuite sous forme de revenu passif. Néanmoins, avec le temps, Sweat Economy s’est développé afin de proposer bien plus. Les utilisateurs peuvent ainsi participer à des jeux concours, jouer à des jeux NFT, en apprendre plus sur le web3 mais également remporter des lots uniques comme des voyages à l’autre bout du monde.

Il s’agit en ce sens d’une véritable passerelle entre le web2 et le web3. Oleg Fomenko insiste sur l’idée que Sweat Economy suit l’idée du « walk into crypto », soit la gratuité et la simplicité avec laquelle le projet permet d’entrer dans l’univers vaste de la crypto-monnaie. Cela permet alors de simplifier la démarche autour du web3. En effet, il s’agit là d’un univers encore très difficile d’accès pour le néophyte :

« Nous avons réalisé que l’idée du « walk into crypto » était irrésistible pour les personnes curieuses par rapport aux cryptos qui avait eu une expérience négative en essayant d’installer un crypto wallet. Il faut créer un mot de passe à 24 mots, lequel ne peut pas être copié ou photographié, et qui doit être écrit à la main puis mis en sécurité. Le processus est alors trop difficile pour le grand public. »

Le projet Sweat Economy permet donc, du fait de sa nature, de résoudre plusieurs problématiques, à commencer par l’expérience utilisateur. Celle-ci est simplifiée et rendue plus agréable grâce à l’application Sweatcoin.

Dans un second temps, le point le plus original du projet, sa gratuité, font de lui un projet réellement unique :

« Nous ne demandons pas à nos utilisateurs d’injecter de cash avant de commencer à gagner des cryptos et d’interagir avec le web3. Au lieu de cela, ils peuvent littéralement « walk into crypto» (ndlr : « marcher vers la crypto »), gagner leurs premiers tokens, le mettre en staking, gagner des récompenses, participer à des jeux, et participer aux votes. »

Game Sweat Hero : Un Free to Play dans un Move to Earn

Comme l’explique le cofondateur du projet, le jeu Game Sweat Hero est en train de bénéficier d’une cure de jouvence. « Notre roadmap actuelle est vraiment séduisante ! » , explique Oleg Fomenko. En effet, en plus d’un jeu NFT gratuit, Sweat Economy compte introduire de nouvelles fonctions à sa plateforme.

La mise à niveau du matchmaking devrait effectivement permettre aux joueurs d’être mis en relation avec un adversaire d’un niveau au moins équivalent. Les matchs seront ainsi plus équilibrés. Par ailleurs, la plateforme de crypto trading du projet est déjà en phase de test et devrait arriver très prochainement. Enfin, la « Growth Jar », soit la formule de staking du projet, devrait bientôt être régulée par un smart contract afin d‘écarter le besoin de tiers de confiance.

La monétisation des données relatives aux efforts des utilisateurs devrait également arriver sous peu. Toutefois, le CEO rappelle que Sweatcoin et Sweat Economy n’ont jamais partagé, ne partagent pas, et ne partageront jamais les données de leurs utilisateurs avec des tiers.

Enfin, le tracking d’un plus grand nombre d’activités devrait faire son apparition avec la possibilité de tracker le cyclisme, la natation, le HIIT et le Cross Fit.

En bonus, l’arrivée de nouveaux types de NFT devrait faire rêver certains des utilisateurs du projet :

« Nous sommes en train de développer des NFT de jambes dynamiques qui évolueront en apparence et attributs en fonction du gameplay et des habitudes des utilisateurs dans le jeu Sweat Hero Game. »