28 Aug 2022 · 8 min read

Est-ce le moment d'évoquer l'émission résiduelle de Bitcoin (BTC) ?

Le principal argument de vente du Bitcoin (BTC), à savoir son plafond d'approvisionnement qui limite sa circulation totale possible à 21 millions, est presque un truisme à l’heure actuelle. Cependant, il semble qu'un nombre croissant de personnes s'inquiètent du fait qu'une limite stricte n'est pas sans poser de problèmes et que le Bitcoin rencontrera des difficultés lorsque ses récompenses par blocs deviendront trop faibles (pour s'arrêter complètement par la suite).

Source: AdobeStock / miomio13

Le développeur Peter Todd, qui a publié en juillet un article intitulé "Surprisingly, Tail Emission Is Not Inflationary", est à l'origine du regain des discussions sur cette question. Todd a noté qu'"aucune monnaie basée sur la preuve de travail (PoW) n'a jamais pu subsister uniquement grâce aux frais de transaction", et que le manque de récompenses pourrait rendre la production de blocs instable à l'avenir.

Étant donné le respect dont jouit Peter Todd dans le milieu crypto, de nombreux commentateurs ont pris ses arguments comme point de départ d'une étude visant à déterminer si la politique monétaire du Bitcoin doit être modifiée dans un avenir assez proche. Et il semble y avoir un soutien pour l'introduction de ce qu'on appelle les émissions résiduelle (tail emission), même si ce soutien n'est pas unanime.

Soutien mitigé aux émissions résiduelles du Bitcoin

Il n'est pas très difficile de trouver des personnalités qui soutiendraient l'introduction des émissions résiduelles, ce qui signifie en pratique que les récompenses de blocs se poursuivraient indéfiniment. En d'autres termes, le fameux hard cap de 21 millions de Bitcoin serait effectivement aboli, même s'il est probable que toute récompense perpétuelle serait faible.

"Cela fait déjà deux ans que j'insiste sur la nécessité d'introduire les émissions résiduelles à un moment donné pour le Bitcoin. Elles ne seront nécessaires qu'après quatre ou cinq halving, c'est-à-dire dans environ 15 à 20 ans", a déclaré le Dr Julian Hosp, PDG et fondateur de Cake DeFi.

Hosp affirme que la plupart des partisans du Bitcoin ne comprennent pas la nécessité des émissions résiduelles, ou font l'autruche afin de maintenir l'argument simple - et attrayant - du plafonnement de l'offre.

Pour Josef Tetek, ambassadeur de la marque Trezor, toute tentative de modifier la limite d'émission de 21 millions de BTC "échouera", en grande partie parce qu'il s'agit d'un "élément crucial de l'ADN du Bitcoin". Pour d'autres, chercher à changer le plafond n'est pas nécessairement voué à l'échec, mais ce serait certainement un processus long et litigieux.

"De manière générale, j'accueille favorablement la discussion autour de la viabilité à long terme de Bitcoin. Mais je pense que la subvention des blocs sera suffisante pour les deux prochaines périodes de halving (donc jusque dans les années 2030), après quoi des idées telles que la modification de la politique monétaire de Bitcoin pourraient être plus pressantes qu'aujourd'hui", a déclaré Tetek.

"Un tel changement de protocole, qui modifierait l'économie fondamentale du Bitcoin et ne peut être mis en œuvre que par un hard fork, sera un processus long et difficile", a déclaré Nishant Sharma, fondateur de BlocksBridge, une société de conseil et de consultation pour l'industrie de minage du Bitcoin.

En fait, le point fondamental est que le Bitcoin et ses défenseurs ont longtemps utilisé l’argument du plafond de l’offre de la cryptomonnaie et un revirement impliquerait un changement de paradigme.

"Je pense qu'il sera difficile de présenter un argument efficace en faveur des émissions résiduelles de Bitcoin. Une grande partie de l'adoption du Bitcoin s'est faite à partir de l'argument selon lequel il existe un calendrier prédéfini autour de l'approvisionnement", déclare le développeur Bryan Bishop.

D'autres personnalités refusent tout simplement d'entrer dans le débat, un développeur qui souhaite rester anonyme a déclaré à Cryptonews.com que ces questions sont toutes "assez spéculatives" et que "personne ne sait à ce stade" où en est la politique monétaire. 

Frais de transaction 

Au cœur des arguments selon lesquels l’émission résiduelle est nécessaire se trouve le sous-argument selon lequel les frais de transaction seuls ne suffiront pas à soutenir Bitcoin et le minage dont il dépend.

"Les frais de transaction peuvent être suffisants, mais cela signifierait qu'ils augmenteraient considérablement au fil du temps. Je préférerais que l'inflation soit minime et que les frais de transaction soient faibles, plutôt que de devoir payer uniquement les frais pour la sécurité fournie par les mineurs", suggère Julian Hosp.

Les observateurs occasionnels peuvent supposer que les développeurs de Bitcoin seraient strictement opposés aux émissions de queue. Cependant, Bryan Bishop, contributeur de Bitcoin Core, travaille également sur sa propre monnaie numérique expérimentale, Webcash, et dans le cas de cette dernière, il admet qu'il envisage d'ajouter de l'inflation à la fin de son calendrier d'approvisionnement.

Selon Bishop, cette inflation est destinée à "(1) permettre aux gens de continuer à miner, et (2) à payer les dépenses de serveur ou d'autres coûts opérationnels."

Cela dit, Webcash n'est pas une analogie directe avec le Bitcoin, puisque "le minage ne sécurise pas le réseau, donc il y a beaucoup moins de danger pour ce type d'architecture alternative", ajoute Bishop.

D'autres commentateurs affirment que les frais de transaction suffiraient à sécuriser le Bitcoin, et que les frais de la couche de base seraient compensés par l'adoption croissante des réseaux de couche 2 tels que Lightning.

"À mesure que l'adoption du Bitcoin se répand dans le monde, les transactions on chain deviendront probablement très demandées et les frais de transaction augmenteront en conséquence. Il est plus probable que la majeure partie de l'activité économique de Bitcoin se déroulera sur des couches supplémentaires telles que le réseau Lightning, la couche de base de Bitcoin (blockchain) jouant le rôle de règlement final", explique Josef Tetek.

C'est également le point de vue adopté par Nishant Sharma, qui soutient essentiellement qu'une hausse du prix du BTC rendra les frais de transaction plus viables.

"À mesure que l'utilisation du Bitcoin continue d'augmenter, les frais de transaction perçus par les mineurs vont probablement croître de manière inversement proportionnelle à la diminution des récompenses de bloc. De plus, si le sentiment du marché continue à faire monter le prix du Bitcoin, cela augmentera les deux flux de revenus des mineurs", explique-t-il à Cryptonews.com.

Gravé dans la pierre ?

Si le réseau Bitcoin devient relativement peu sûr ou instable en raison de l'assèchement des récompenses par blocs, davantage de personnes se rallieront à l'idée des émissions résiduelles. Si ce n'est pas le cas, et si les frais de transaction s'avèrent suffisants, alors le poids derrière un changement de politique monétaire sera probablement négligeable.

Pour certains, la possibilité d’un changement n’est pas envisageable pour le moment.

"Je pense que la politique monétaire de Bitcoin est vraiment immuable à ce stade et que toute tentative de la modifier se heurtera à une opposition plus forte que le conflit autour des blocs de 2017. Je serai certainement parmi ceux qui exécutent un nœud complet faisant respecter la limite de 21 millions", déclare Josef Tetek.

D'un autre côté, les mineurs disposent d'une grande influence sur le Bitcoin, et si une majorité suffisamment importante soutient un changement, alors ce dernier se produira et provoquera un nouveau fork.

Comme le conclut Nishant Sharma, 

"Le Bitcoin et le minage de Bitcoin s'institutionnalisent peu à peu, le discours autour de telles propositions évoluera et nous pourrions voir des changements de protocole qui étaient impensables par le passé."

Suivez nos liens d'affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy
  • Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage de cryptomonnaies ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuite et à nos réseaux sociaux: