La banque russe Sberbank prévoit de lancer une plateforme DeFi basée sur Ethereum à partir de mai

Pauline Eyebe
| 5 min de lecture
Logo Sberbank

La Sberbank, la plus grande banque de Russie, envisage de se lancer dans la finance décentralisée (DeFi) avec la création d’une plateforme basée sur Ethereum. Cette plateforme toujours en phase d’essai devrait être lancée avant le mois de mai de cette année.

La phase de “test ouvert” d’une plateforme construite par la banque russe Sberbank et basée sur le système de finance décentralisée (DeFi) d’Ethereum commencera en mars de cette année.

De plus, le média local russe Interfax a rapporté le 3 février que le déploiement de la plateforme pourrait être possible avant le mois de mai. Cette information a été fournie par Konstantin Klimenko, le directeur de produit du laboratoire Blockchain de la Sberbank.

Le vendredi 3 février, Klimenko a répondu à une question posée par un participant au VIIe Congrès économique de Perm en déclarant :

“Nous nous sommes fixé un grand objectif qui est de faire de l’écosystème russe DeFi le premier (système financier décentralisé – IF). Notre plateforme fonctionne actuellement sous la forme d’un test bêta privé. (…) À partir du 1er mars, nous passerons à la phase suivante et il ne s’agira plus de bêta-tests, mais de tests ouverts.”

Par la suite, il a ajouté :

“À la fin du mois d’avril, la plateforme sera totalement ouverte, et à ce moment-là, il sera possible d’y effectuer quelques transactions commerciales.”

La plate-forme sera compatible avec MetaMask

Selon les déclarations de Klimenko, la plateforme blockchain sera interopérable avec Ethereum. Étant donné que son développeur est ConsenSys, les utilisateurs de portefeuilles de crypto-monnaie compatibles avec MetaMask pourront notamment y accéder. Il a également déclaré que les clients seraient en mesure de déplacer leurs avoirs en crypto-monnaies des plateformes existantes vers les nouvelles.

Selon Klimenko, le système DeFi a le potentiel pour se substituer au système bancaire classique et cela devrait être possible à l’avenir. En effet,

En novembre, Sberbank a rendu publiques ses intentions de développer un lien technologique entre sa plateforme blockchain et l’écosystème financier décentralisé qui repose sur Ethereum. Toutefois, les dangers associés à la DeFi ont déjà été portés à l’attention non seulement de la Banque centrale de la Fédération de Russie, mais aussi du ministère des Finances.

Si vous n’êtes pas familier avec la DeFi, il s’agit tout simplement d’une forme d’emprunt et de prêt qui utilise des contrats intelligents et supprime le besoin d’intermédiaires.

Sberbank n’est pas à son premier coup d’essai dans la crypto-monnaie

Il faut noter que depuis peu, les institutions financières traditionnelles cherchent à faire leur entrée dans l’espace et intégrer la technologie DeFi à leurs opérations réglementées existantes.

C’est dans cette optique que la Sberbank a commencé à s’intéresser à la DeFi et à la technologie blockchain. Sberbank compte plus de 110 millions de clients, auxquels s’ajoute un million de sociétés clientes. Il s’agit donc de l’une des plus grandes banques en Russie et son implication dans la crypto-monnaie n’est pas anodin. 

En effet, ce n’est pas la première incursion de Sberbank dans la crypto-monnaie. En mars 2022, elle a reçu une licence de la banque centrale de la Fédération de Russie pour émettre et échanger des actifs numériques. La Sberbank souhaitait que l’actif numérique soit disponible pour les entreprises qui lui font confiance. 

En outre, quelques mois auparavant, elle a lancé le premier fonds négocié en bourse (ETF) basé sur la blockchain en Russie.

Cette homologation est intervenue peu de temps après que la banque centrale russe se soit prononcée en faveur d’une interdiction totale du commerce et du minage des crypto-monnaies.

Suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Sberbank, la plus grande banque commerciale du pays, a dû se retirer des marchés européens. Les sanctions liées à cette invasion ont commencé à frapper les industries exposées à la Russie et ont eu raison de son activité sur le sol européen. C’est ainsi que ses filiales européennes ont enregistré d’importants retraits de fonds depuis le début de la guerre en Ukraine.

En janvier, la Sberbank a demandé à la banque centrale russe une licence pour émettre son propre jeton numérique à l’intention des entreprises clientes. Cette demande permettrait certainement de remédier aux conséquences de ces sanctions et si possible de les contourner.

Une incursion dans la crypto-monnaie qui n’est pas forcément la bienvenue

La crypto-monnaie et la technologie DeFi possèdent de nombreux avantages, mais aussi des inconvénients. En raison de ces inconvénients, de nombreuses personnes ne voient pas d’un bon œil l’entrée des banques classiques et particulièrement de la Sberbank au sein de la crypto-monnaie.

C’est pour cette raison que les partisans de la décision de la Sberbank affirment que la DeFi pourrait réduire les coûts bancaires et même, à terme, remplacer les banques traditionnelles. 

En revanche, ses détracteurs considèrent que le système a peu d’usages dans le monde réel et qu’il souffre des mêmes inconvénients que le monde de la crypto-monnaie. Ces inconvénients sont notamment l’absence de réglementation, la vulnérabilité à la fraude et au blanchiment d’argent.

Mais il faut noter que les autorités russes ne s’accordent pas sur la régulation à adopter sur les crypto-monnaies. En effet, en février 2022, le ministère des Finances avait introduit un projet de loi réglementant le commerce et l’exploitation minière de crypto-monnaies

Ce projet avait rencontré les objections de la Banque de Russie, qui insistait sur l’interdiction totale du commerce, du minage et de la possession de crypto-monnaies.