Accueil ExclusifArticles

La blockchain expliquée

La blockchain expliquée 0001

Photo: iStock-ismagilov

Si vous vous intéressez à la cryptosphère et notamment aux cryptomonnaies, vous avez sûrement déjà dû entendre parler de la blockchain. Mais concrètement, c'est quoi la blockchain ?

La blockchain (ou chaîne de blocs), est une technologie numérique qui permet de transmettre et de stocker des informations de façon transparente, sécurisée et sans organe de contrôle. Pour faire simple, c'est une sorte de grosse base de données, un registre dans lequel on va trouver tous les échanges qui ont été effectués entre les différents utilisateurs depuis sa création.

La blockchain fait appel à trois concepts principaux :

La transparence

Tous les utilisateurs de la blockchain peuvent consulter à n'importe quel moment l’information contenue dans la blockchain. C'est un système totalement ouvert.

La sécurité

La blockchain est doublement sécurisée. Tout d'abord, parce qu'elle repose sur un système de cryptographie asymétrique. Ensuite, parce qu'avant le stockage sur une page du registre (ou bloc), les transactions doivent être validées au préalable et vérifiées par la communauté de pairs. C'est le rôle des « mineurs », qui sont en fait des ordinateurs très puissants qui vont devoir résoudre une opération complexe pour valider toutes les transactions du bloc.

La décentralisation

L’information de la blockchain n’est pas stockée sur un serveur central, mais distribuée sur tous les ordinateurs du réseau.

L’un des plus grands avantages de la blockchain est son immutabilité. En effet, grâce au processus de hashage, l’ensemble des données d’un bloc sera transformé en une empreinte finale nommée Hash. Cette empreinte sera unique, et sera différente dès lors que l’on changera un élément du bloc. Grossièrement, chaque bloc débutera avec le Hash final du bloc précédent ; hash qui fera donc partie de la nouvelle empreinte à la fin du bloc en cours. Ainsi, si vous tentiez de retourner dans le temps et d’aller modifier une transaction, par exemple effacer le transfert de 100 ETH que vous avez effectué la semaine dernière, cela changerait le hash à la fin de ce bloc précis, ayant pour conséquence de changer l’intégralité des blocs suivants. Il sera donc impossible d’aller falsifier une donnée passée et validée, sans réécrire l’intégralité des blocs suivants, sur l’ensemble des ordinateurs du réseau.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles