06 sept. 2021 · 9 min read

La monnaie fiduciaire est plus complexe que la cryptomonnaie, démonstration

Un refrain courant que l'on entend à propos des cryptomonnaies, du moins de la part des profanes, est qu'elles sont trop "compliquées", "difficiles à comprendre", "opaques". D'un point de vue technique, ce point de vue est compréhensible, mais il ne tient pas compte du fait que ce que les cryptos visent à remplacer/supprimer - les monnaies fiduciaires (fiat) - sont également plus qu'un peu compliquées, difficiles à comprendre et elles aussi opaques.

Source: AdobeStock / BBbirdZ

Bien sûr, tout le monde sait comment dépenser un dollar ou un euro, mais très peu de gens comprennent comment fonctionne réellement le système monétaire qui sous-tend l'argent liquide dans leur portefeuille. L'un des exemples les plus probants de ce phénomène provient d'une enquête menée en 2014 au Royaume-Uni, qui a révélé que seuls 10 % des députés savaient que la majeure partie de la monnaie est créée par les banques commerciales lorsqu'elles accordent des prêts ou des crédits, 71 % pensant que seul le gouvernement ou la banque centrale a le pouvoir d'émettre de nouvelles espèces.

Cela montre que, par rapport au système monétaire fiat, la crypto n'est pas aussi difficile à comprendre qu'on pourrait le croire (du moins pas au niveau économique). Et selon un certain nombre d'experts qui se sont entretenus avec Cryptonews.com, la monnaie fiduciaire et la cryptomonnaie sont comparables sur au moins un autre point : la monnaie fiduciaire n'a pas plus de valeur "fondamentale" que le Bitcoin (BTC) ou d'autres cryptomonnaies, la valeur des deux dépendant de la demande et de la confiance qu’on leur accorde.

Différents types de complexité

Vous avez sans doute déjà rencontré une variante de l'argument "Le Bitcoin/ les cryptos, c’est trop compliqué". Même des observateurs apparemment bienveillants, tels que Mark Cuban et feu John McAfee, l'ont avancé ces dernières années, affirmant que cette complexité excessive empêcherait la cryptomonnaie d'être largement adoptée.

Cependant, la plupart des partisans de ce point de vue confondent deux aspects différents du Bitcoin et des cryptomonnaies. Ils pensent que la complexité technique (c'est-à-dire l'aspect cryptographique) du Bitcoin et d'autres cryptomonnaies s'étend également à sa macroéconomie.

Ce point de vue est cependant erroné, comme l'explique Hanna Halaburda, professeur associé de technologie, d'opérations et de statistiques à la NYU Stern School of Business.

"Les cryptomonnaies et les monnaies fiduciaires sont complexes de différentes manières. La monnaie fiduciaire est simple à utiliser (du moins sa version moderne) car vous voyez ce que vous avez et ce que vous dépensez", explique-t-elle à Cryptonews.com.

"En revanche, les cryptomonnaies sont pour la plupart très simples dans leur politique monétaire (émission de nouvelles unités). Mais elles sont plus complexes à utiliser, par exemple, vous devez vous souvenir des mots de passe de vos portefeuilles ; si vous copiez mal l'adresse du destinataire, l'argent peut disparaître, et il n'y a personne à appeler en cas de problème", ajoute-t-elle.

En effet, le système monétaire du Bitcoin est extraordinairement facile à comprendre : de nouveaux BTC sont émis à chaque nouveau bloc (à un taux décroissant) jusqu'à ce qu'il atteigne son plafond d'approvisionnement maximal de 21 millions de bitcoins minés. C'est tout, alors que la politique monétaire aux États-Unis ou dans tout autre pays ou région est non seulement en constante évolution, mais aussi composée de multiples couches de complexité (par exemple M0, M1, M2 et autres types de monnaie).

Dans le même temps, la plupart des participants du secteur sont convaincus que les interfaces et expériences utilisateur apparemment complexes de la crypto seront rendues moins complexes au fil du temps.

"Tout comme la technologie a évolué pour rendre Internet si facile à utiliser qu'il est devenu courant, la crypto technologie évolue, en route vers une adoption générale", déclare Lou Kerner, partenaire de Blockchain Coinvestors et analyste en chef de la crypto chez Quantum Economics.

Kerner souligne également qu'en raison de l'ouverture et de l'immuabilité de la technologie blockchain, les cryptomonnaies sont extraordinairement transparentes, dans la mesure où nous savons exactement combien de bitcoins ont été minés jusqu'à présent. "Nous n'avons aucune idée de la quantité d'argent qui a été imprimée dans le passé", ajoute-t-il.

Philip Gradwell, le chef des services économiques de Chainalysis, est d'accord sur ce point.

"C'est une idée fausse très courante selon laquelle les cryptomonnaies sont opaques. En fait, elles fonctionnent sur des grands livres publics blockchain et constituent l'une des formes les plus transparentes de transfert de valeur", explique-t-il à Cryptonews.com, tout en ajoutant que c'est la transparence même des cryptomonnaies qui permet aux sociétés de recherche telles que Chainalysis d'exister.

Il convient également de souligner que ce n'est pas parce que quelque chose est difficile à comprendre (du moins sur le plan technique) que les gens ne peuvent pas ou ne veulent pas l'utiliser.

"L'ancien système monétaire est incroyablement difficile à comprendre. La plupart des gens n'ont pas la moindre idée de comment il fonctionne. Mais il n'est pas nécessaire de comprendre le fonctionnement d'une Toyota pour la conduire, et il en va de même pour le billet de dollar, le billet de yen ou la livre", explique le crypto-économiste JP Koning.

Une valeur fondamentale ?

Un autre reproche courant à l'encontre des cryptomonnaies est qu'elles manquent de valeur fondamentale. C'est peut-être vrai, mais on pourrait en dire autant des monnaies fiduciaires.

"Les monnaies fiduciaires, de par leur nom même, n'ont pas de valeur sous-jacente, fondamentale. Elle est "soutenue" par les politiques du gouvernement qui l'émet. Et cela a été une stratégie efficace pour de nombreuses monnaies fiduciaires", explique Hanna Halaburda.

Halaburda ajoute que les monnaies fiduciaires sont considérées comme ayant une valeur fondamentale parce qu'elles sont nécessaires pour payer les impôts dans un pays donné, et qu'il y aura donc toujours une demande pour ces monnaies, au moins pendant la période de paiement des impôts. Mais "à part cela, la monnaie fiduciaire n'a de valeur que parce que les gens croient que d'autres personnes croiront dans un avenir proche qu'elle a de la valeur", ajoute-t-elle.

Mme Halaburda qualifie le Bitcoin de "monnaie fiduciaire ultime (au sens littéral de l'expression)", mais elle n'est pas d'accord avec les personnes qui prétendent qu'il n'a pas de valeur fondamentale.

"Le Bitcoin et les autres cryptomonnaies offrent un service qui n'existait pas avant eux : des transactions en ligne quasi anonymes. À mon avis, c'est ça, la valeur fondamentale du Bitcoin", dit-elle.

Lou Kerner suggère également que les cryptomonnaies ont au moins autant de valeur fondamentale que les monnaies fiduciaires, ce qui, à son avis, est précisément inexistant.

"La valeur des monnaies fiduciaire, et du Bitcoin, est décidée en fonction de l'offre et de la demande. Il n'y a rien qui soutienne l'une ou l'autre", dit-il.

Cependant, dans le cas des monnaies fiduciaires, c'est l'absence d'une base fondamentale de valeur qui fera qu'au moins certaines d'entre elles perdront toute valeur.

"Parce qu'ils créent plus de fiat jusqu'à ce que les gens décident qu'elle n'a plus de valeur. C'est un problème auquel Bitcoin apporte une solution", dit Kerner.

Pour Domenico Lombardia, directeur du département de l'économie mondiale au Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale au Canada, les monnaies fiduciaires manquent de valeur intrinsèque car elles dépendent entièrement de la confiance dans la banque centrale et/ou le gouvernement qui les émet.

"Les différentes banques centrales génèrent des degrés de confiance variables. Celle-ci est la plus élevée dans les systèmes où l'état de droit et le cadre institutionnel plus large dans lequel opère une banque centrale répondent aux normes les plus strictes", explique-t-il à Cryptonews.com.

Lombardia soutient que, pour qu'une cryptomonnaie puisse rivaliser avec une monnaie fiduciaire, elle doit développer un cadre capable de générer la confiance de l'utilisateur ordinaire. "Sans une certaine forme de réglementation et de supervision, cela ne peut être réalisé", dit-il.

Mais tous les acteurs de la crypto ne sont pas d'accord pour dire que les monnaies fiduciaires manquent de valeur fondamentale, JP Koning soulignant que la banque centrale achète généralement des actifs lorsqu'elle émet de la nouvelle monnaie.

"Elle peut utiliser ces actifs pour racheter chaque unité de monnaie qu'elle a émise, renforçant ainsi la valeur de la monnaie. Et si elle a besoin d'une aide supplémentaire, la banque centrale peut demander au gouvernement national une injection de recettes fiscales pour renflouer les coffres de la banque centrale", explique-t-il.

Bien sûr, cela ne concerne que la monnaie de base (M0, ou monnaie détenue et émise par les banques centrales), la Banque d'Angleterre notant en 2014 que les dépôts bancaires constituent 97 % de la monnaie en circulation. Elle a également noté que "les dépôts bancaires sont principalement créés par les banques commerciales elles-mêmes" sous la forme de prêts, ce qui implique que la seule chose qui soutient cette monnaie est l'obligation de la rembourser.

Interfaces utilisateurs

Le fait que très peu de gens soient conscients de cela (que les banques commerciales créent la majeure partie de la masse monétaire d'une nation) devrait, espérons-le, renforcer la prise de conscience que le système monétaire traditionnel est au moins aussi mystérieux et opaque que les cryptomonnaies.

Bien sûr, les cryptos sont compliquées sur le plan technique, mais il en va de même pour les systèmes qui sous-tendent les guichets automatiques, les applications bancaires mobiles, etc. Cette complexité n'empêche pas les monnaies fiduciaires d'être utilisées, et elle n'empêchera pas non plus les cryptomonnaies d'être utilisées à leur tour, du moins dès que leurs interfaces utilisateur seront plus faciles à utiliser.

________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage ou les masternodes :

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Si vous voulez en apprendre plus sur le Bitcoin et l’investissement dans les cryptomonnaies, voici deux livres parfaits: Comprendre Bitcoin en 2h et Investir dans Bitcoin.

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:

Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR

Notre podcast audio: https://www.buzzsprout.com/1111262

Notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCEu7E2wqP3t3QzAWTWF9weg

Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR

Instagram: https://www.instagram.com/fr_cryptonews

Facebook:  https://www.facebook.com/cryptonewsFR

Telegram: https://t.me/cryptonews_FR