Accueil ExclusifOpinions

La rumeur la plus fake de l’année crypto « saisie record d’asics en Iran »

Par Sébastien Gouspillou
La rumeur la plus fake de l’année crypto « saisie record d’asics en Iran » 0001

Photo: iStock / stevanovicigor

Bitcoin est un habitué des fakes, à commencer par celle, récurrente, de l’identité enfin révélée de Satoshi Nakamoto. Rien que cette année, on nous a annoncé que Bitmain, 1er fabricant mondial d’asics ne passerait pas l’hiver ; puis on nous a affirmé que la Chine chassait bitcoin et interdisait le mining, et même que c’était pour le 07 Mai. On a même eu des rigolos qui voyaient très sérieusement bitcoin dans une « spirale de la mort » qui devait le tuer sans faillir. Mais ce coup-là c’est pire, des chiffres sont donnés, et pas des moindres : accrochez-vous, bitcoin, catastrophe écologique annoncée.

Ça ne vous aura pas échappé, les autorités Iraniennes ont saisi 1000 « machines de minage » en Iran. Cette nouvelle semble si importante qu’elle aura fait le tour de la planète en quelques heures, d’innombrables titres de presse y ayant consacré un article.

C’est tellement à la une, que pour jeuxvideo.com, c’est carrément la raison de la récente chute du prix du bitcoin. LOL.

C’est pourtant, dans le monde du mining, un micro événement. Plus de cent fermes ont été saisies en quelques mois en 2018 en Ukraine, nombre d’autres ont été démantelées en Russie, en Chine, etc. A chaque, fois, ce sont des fermes « illégales », voire des unités qui volent l’électricité publique. Alors, pourquoi, d’un coup, la saisie de 1000 malheureux asics a-t-elle un tel retentissement ?

Pour répondre à cette question, un petit retour en arrière s’impose.

Les mines en question étant à Yazd, le responsable local de la compagnie d’électricité a été interviewé à la TV et a confirmé la saisie. Puis un porte-parole du ministère, également interviewé, a évoqué une augmentation due au mining de 7% de la consommation totale ; évoquait-il une consommation régionale ou nationale, évoquait-il la seule consommation de ces 1000 machines, ça n’est pas précisé.

Pourtant, on pourra lire dans le Figaro : « Un millier de machines… étaient entreposées dans deux fermes abandonnées dans la région de Yazd, au centre du pays selon l’agence Reuters. Elles sont accusées d’être à l’origine d’une augmentation de 7% de l’ensemble de la consommation électrique du pays par les autorités iraniennes. »

Oui, le Figaro cite Reuters, va même jusqu’à lui emprunter son illustration, mais ajoute son grain de sel et l’augmentation de la consommation devient nationale ; on comprend dès lors que 1000 machines à elles seules sont responsables d’une croissance de 7% de la consommation d’un immense pays comme l’Iran… quand on vous dit que c’est un problème énergétique majeur ce sacré bitecogne !

En réalité, 1000 asics c’est 1,4MW ; la consommation totale de l’Iran est de l’ordre de 280 TWh. Donc, ces 1000 bécanes, c’est quelque 0,00000005% de la conso du pays, pas 7%. Pour que le mining la fasse augmenter de quelques 7%, il faudrait que l’Iran ait 25 à 35% du hashrate mondial… donc, plus d’un million d’asics, surréaliste.

Personne*, dans les salles de rédaction toujours enclines à prêter du vice à bitcoin n’a relevé l’aberration de ces affirmations ; l’info de départ s’est déformée et amplifiée, le chiffre réel a été multiplié par des millions jusqu’à la conclusion, catastrophique : bitcoin décidément est une aberration écologique. Voilà, avec des chiffres ayant un facteur d’erreur de 1 à 100 000 000 cette histoire des 7%, c’est la fake de l’année… pour l’instant !

*Mes recherches m’ont conduit à lire un article de Hellmouth Banner, dans le journal du coin, publié quelques heures avant que je ne conclue ce post ; lui avait vu l’énorme bourde relayée partout, merci à lui !

Cet article a été écrit par Sébastien Gouspillou, CEO de BigBlock Data Center (spécialiste du calcul blockchain) et membre du Cercle du Coin.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles