20 sept. 2022 · 10 min read

L'abandon du modèle play-to-earn par les studios de jeux vidéos est positif pour la crypto

Les principaux studios de jeux vidéo revoient leurs projets de développement de titres “play-to-earn” basés sur la blockchain, dans le contexte d'un ralentissement continu des secteurs GameFi et crypto dans son ensemble. Selon des sources citées par Bloomberg, les NFT et les cryptomonnaies introduisent dans le jeu un élément spéculatif et lucratif qu'au moins certains grands éditeurs préféreraient éviter.

Cependant, si certains studios ont effectivement abandonné le développement de ces titres, d'autres semblent adopter une approche attentiste, refusant de se retirer complètement de l'espace en attendant une amélioration des conditions du marché.

Dans le même temps, le retrait de certains grands développeurs serait sans doute bénéfique pour l'espace "play-to-earn". En effet, cela permettrait aux studios natifs des cryptomonnaies de développer leurs titres de manière plus organique et conforme à l'esprit de l’industrie crypto elle-même, sans être soumis aux pressions externes des multinationales.

Les grands studios de jeux se désintéressent de l'approche "Play-to-Earn"

Du point de vue des studios traditionnels et du joueur moyen, il existe quelques bonnes raisons pour lesquelles la plupart des développeurs de jeu devraient rester à l'écart du play-to-earn, de la GameFi et des cryptomonnaies, du moins pour l'instant.

Premièrement, les jetons non fongibles peuvent potentiellement créer un clivage et une inégalité entre les joueurs, en séparant ceux qui peuvent se permettre d’acquérir des NFT à prix élevé de ceux qui ne le peuvent pas. C'est un argument avancé par le développeur de Minecraft, Mojang, qui a résumé son sentiment dans un billet de blog oublié en juillet.

"La spéculation et la mentalité d'investissement autour des NFTs détournent l'attention du jeu et encouragent le profit, ce qui, selon nous, n'est pas compatible avec la joie et le succès à long terme de notre joueur", a-t-il écrit.

Ce point de vue est partagé par d'autres développeurs de jeux grand public. Mark Venturelli, qui a lancé une diatribe contre les jeux cryptos en juillet, a également déclaré à Bloomberg que les NFT peuvent nuire au plaisir du jeu, le transformant potentiellement d'une source de divertissement en un dispositif grossier de gain d'argent.

"Lorsque vous combinez ces deux éléments, il est facile de comprendre pourquoi ils ne voient pas l'intérêt d'une technologie gadget qui n'apporte rien d'autre qu'un système permettant de gagner de l'argent rapidement", a-t-il déclaré. 

D'autres personnalités du secteur affirment simplement que les jeux n'ont pas encore trouvé de cas d'utilisation significatifs pour les cryptos ou les NFT qui pourraient apporter une réelle valeur ajoutée aux jeux.

"Parfois, c'est un marteau qui cherche un clou lorsque ces technologies apparaissent", a déclaré Phil Spencer, de Microsoft, lors d'un entretien avec Bloomberg TV le mois dernier.

Bien que ces déclarations et opinions puissent sembler isolées, les recherches indiquent que l'industrie du jeu vidéo dans son ensemble n'est pas particulièrement enthousiasmée par le play-to-earn et le GameFi à l'heure actuelle. Une enquête menée en août auprès de 300 développeurs par la société de conseil en logiciels Perforce a révélé que 49 % d'entre eux estiment que les NFT auraient un impact " minime " sur les jeux, voire aucun impact du tout.

Même les développeurs travaillant sur les jeux basés sur la blockchain partagent dans une large mesure les préoccupations des développeurs grand public. S'exprimant lors du Tokyo Games Show 2022 la semaine dernière, le développeur Luke Sillay, qui travaille auprès de Blowfish Studios (propriété de l'éditeur d'Axie Infinity, Animoca), a déclaré que beaucoup trop de titres de type "play-to-earn" ne sont tout simplement pas à la hauteur en tant que divertissement.

Il a déclaré : " On peut voir dans beaucoup de jeux blockchain qu'ils ne sont pas vraiment amusants. Oui, vous avez la possibilité de gagner une quantité assez importante de jetons et vous obtenez un bon retour sur investissement la plupart du temps. Mais de manière générale, ils ne sont pas divertissants, n'est-ce pas ?"

Une pause dans la mise en oeuvre des plans

Traduit en décisions et actions concrètes, il semble qu'une telle ambivalence à l'égard du play-to-earn et des jeux basés blockchain ait conduit les grands studios à mettre en veilleuse leurs projets antérieurs liés à la crypto.

Take-Two Interactive a notamment acquis le développeur de jeux mobiles Zynga pour la somme de 11 milliards de dollars en janvier, l'éditeur de GTA ayant déclaré à l'époque que les ambitions de Zynga en matière de blockchain avaient pesé dans sa décision. Cependant, bien que Zynga ait annoncé en février qu'il prévoyait de lancer son premier jeu blockchain dans le courant de l'année, aucune autre annonce n'a été entendue de la part de Zynga ou de sa nouvelle société mère.

De même, Square Enix a annoncé le lancement d'une collection NFT sur le thème de Final Fantasy en juillet de cette année, après avoir annoncé en janvier qu'il poursuivait de manière agressive ses "efforts de R&D et ses investissements" dans le domaine des "jeux blockchain". 

Square Enix a également réaffirmé son engagement à développer ses produits liés à la blockchain en mai, mais après le lancement de la collection NFT en juillet, il n'y a eu aucun mot sur des jeux ou des logiciels spécifiques basés sur la blockchain. Cela dit, Square Enix s'est associé au développeur blockchain Oasys ce mois-ci, afin "d'explorer la possibilité d'exploiter les contributions des utilisateurs dans le développement de nouveaux jeux".

Une telle réticence à s’engager dans les NFT et le play-to-earn est facilement perçue comme un coup dur pour un marché dont la valeur a chuté de 69% depuis novembre de l'année dernière. Surtout lorsque ledit marché est à court de nouvelles réjouissantes, à l'exception notable de la fusion d'Ethereum, qui n'a toutefois pas réussi à déclencher un nouveau marché haussier.

Équilibre et perspective

Cependant, alors que l’article de Bloomberg semble suggérer que les principaux studios de jeux ont complètement renoncé aux jeux basés blockchain, d'autres nouvelles et développements récents suggèrent une image plus mitigée et encourageante.

Pour citer l'exemple le plus positif, des données récentes sur le financement ont révélé que le seul sous-secteur de l'industrie crypto à avoir connu une croissance du financement par capital-risque le mois dernier était celui du GameFi et NFT. En effet, il a bénéficié d'une augmentation de 66 % du financement par capital-risque entre juillet et août, passant de 507 millions de dollars à 842 millions de dollars.

En outre, certains éditeurs ont déjà commencé à s'intéresser de plus près aux NFT et à la blockchain. Il y a quelques jours à peine, Epic Games - l'éditeur de Fortnite - a lancé le tout premier jeu basé sur les NFT sur sa place de marché officielle : Blankos Block Party de Mythical Games.

Et si certains studios semblent réticents dans les circonstances actuelles, cela ne signifie pas pour autant qu'ils ont renoncé à la blockchain et au play-to-earn. Par exemple, alors que Take Two n'a pas annoncé un seul jeu impliquant des éléments cryptos, le PDG Strauss Zelnick a publiquement déclaré qu'il avait l'intention de le faire tôt ou tard, malgré le dernier article de Bloomberg qui reprend des citations sélectives d'un discours qu'il a prononcé lors de la 2022 Jefferies Virtual Global Interactive Entertainment Conference en janvier.

Si Zelnick a confirmé que Take Two n'est pas intéressé par la spéculation, il a néanmoins tenu les propos suivants :

"Cela va certainement se produire et les NFT nous y conduiront. La question est de savoir comment le faire de manière à ne pas nuire aux consommateurs. "

Cela suggère que les grands studios de jeux attendent probablement leur heure en période de ralentissement du marché, en attendant de voir ce qui va se passer avant d'aller plus loin dans leurs projets antérieurs.

Les côtés positifs

Et même si certains développeurs se détournent du play-to-earn, cela aurait quelques avantages pour le jeu blockchain et la crypto en général.

En effet, l'absence de grands studios permettrait aux développeurs indépendants d'affiner et de faire évoluer leurs produits plus lentement et plus régulièrement, en les construisant en dialogue avec leurs communautés, au lieu de se précipiter pour répondre aux pressions externes des entreprises cotées en bourse.

Sans une trop grande implication des grands studios, les petits développeurs indépendants auront plus d'espace pour se développer et produire leurs propres titres. Cela inclut des plateformes émergentes telles que Battle Infinity et Tamadoge, deux métaverses play-to-earn qui promettent de combiner les meilleurs éléments des cryptomonnaies et des jeux, sans donner trop de poids à l'un ou l'autre côté.

La décentralisation a permis aux cryptomonnaies d'évoluer vers leur état actuel. Il est difficile d'imaginer à quoi ressemblerait le Bitcoin ou toute autre cryptomonnaie s'ils avaient été lancés du haut vers le bas, avec uniquement du capital-risque pour les alimenter. Cela aurait probablement nui à la croissance précoce de la crypto et à son potentiel (sans doute) radical, et l'on pourrait dire la même chose des jeux de blockchain, qui vont maintenant bénéficier d'une combinaison de soutien majeur du haut vers le bas et d'évolution mineure du bas vers le haut.

Suivez nos liens d'affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy
  • Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage de cryptomonnaies ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuite et à nos réseaux sociaux: