23 Sep 2022 · 2 min read

L’ancien président de la CFTC pense qu'il n'est pas nécessaire de voter de nouvelles lois pour réglementer les monnaies stables.

L'ancien président du CFTC s'exprime sur la régulation des stablecoins

Depuis l’effondrement de l’écosystème de Terra (LUNA), le débat s’est axé sur la réglementation des stablecoins aux États-Unis. Une partie de l’opinion souhaite une nouvelle législation pour les pièces stables. Ce n’est pas l’avis de Timothy Massad sur la question. L’ancien président de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) pense qu’’il y a largement de quoi faire avec les lois existantes.

Timothy Massad n’est pas en faveur du vote de nouvelles lois

Pour l’ancien président du CFTC, les lois existantes sur les finances sont suffisantes pour réguler le secteur des pièces stables. Le secret selon lui serait d’établir une bonne coopération entre les organismes de régulation existants. Ces derniers pourraient se servir des lois bancaires actuelles pour réguler les pièces stables. Ces déclarations ont été faites dans le cadre d’un entretien pour Bloomberg le 22 septembre dernier.

D’après Massad, les régulateurs disposent d’un point de départ suffisant pour créer un cadre normatif convenable qui renvoie les pièces stables au secteur bancaire. Il est pessimiste sur la capacité d’une nouvelle loi à établir un cadre complet pour encadrer les pièces stables bien que ce ne soit pas une mauvaise idée.

Cependant, l’ancien président de la CFTC est conscient de la difficulté qu’il y a à créer un environnement de travail optimal entre les régulateurs bancaires américains. Ceux-ci n’ont pas l’habitude de travailler en commun, ce qui pourrait faire capoter le projet. Pour remédier à ce problème, une solution pourrait consister à mettre en place une banque nationale dotée d’une agence de paiement dont le rôle sera la réglementation des pièces stables. De ce fait, cet organe ne pourra pas fonctionner de la même manière qu’une banque classique.

Quelle agence pour réguler la crypto ?

Le sujet sur la réglementation des crypto-monnaies pourrait permettre de régler définitivement la question de l’agence la mieux nantie pour réguler le secteur. À ce propos, deux organes sont en compétition : la SEC et la CFTC.

Un projet de loi permettant d’éclaircir le rôle des différentes agences de régulation a été déposé au Congrès par la sénatrice Cynthia Lummis. S’il est adopté, on saura qui devra faire quoi.