Le FMI choisit de réguler le marché crypto au lieu de l’interdire

Rose Bidzogo
| 3 min de lecture

Kristalina Georgieva, la directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), veut réglementer le marché crypto au lieu d’imposer une interdiction pure et simple. Elle s’est exprimée sur le sujet en marge des concertations du G20 en Inde.

À l’occasion de la rencontre des ministres des Finances du G20 à Bengaluru, en Inde,  Kristalina Georgieva a été interrogée sur les crypto-actifs et comment l’institution qu’elle dirige les perçoit. 

Le FMI veut réguler les crypto-actifs plutôt que de les interdire

La directrice générale du FMI a été claire sur le sujet : le FMI pense qu’il faut réglementer les crypto-actifs. Une interdiction ne serait pas la solution adéquate pour ce nouveau secteur qui suscite tant de passion. 

Kristalina Georgieva a également ajouté que le FMI considère la réglementation des actifs cryptographiques comme “une priorité absolue”. La directrice du bras financier des Nations Unies semble donner un son de cloche différent de celui qu’elle a émis précédemment. 

Comment le FMI voit-il les crypto-monnaies ?

Elle a tenu à clarifier ses propos à ce sujet comme le relève un article de Bloomberg du 27 février. En effet, selon Georgieva, les crypto-actifs s’entourent encore de beaucoup de confusion. C’est pourquoi une classification serait nécessaire entre les crypto-monnaies. 

Elle ajoute que le FMI veut commencer par établir la différence entre les monnaies numériques de la banque centrale, c’est-à-dire que l’Etat soutient et les autres crypto-actifs. La directrice du FMI déclare que les monnaies numériques stables qui bénéficient du soutien des Etats établissent un espace économiquement bon. 

Tandis que les autres crypto-actifs, qui n’ont pas ce soutien, font courir de gros risques aux utilisateurs du fait de la spéculation et du fait qu’ils ne sont pas adossés sur une monnaie. Elle a encore poussé la réflexion plus loin en niant aux crypto-actifs la possibilité d’être réglementés selon les normes mondiales. Pour Georgieva, cela ne se peut pas car les crypto-actifs ne sont pas stockés comme les monnaies fiduciaires. 

Bien qu’elle pense que les actifs cryptographiques devraient être réglementés, la directrice du FMI n’exclut pas la possibilité d’interdire les crypto-monnaies. Cette option reste envisageable dans le cas où les crypto-monnaies commencent à devenir un problème pour la stabilité financière.

Le meilleur moyen de garder les crypto-monnaies en vie serait donc qu’elles s’assurent d’une bonne réglementation, de la prévisibilité et qu’elles garantissent la protection des consommateurs. Si ces trois points sont observés, il ne sera plus question d’envisager une interdiction pure et simple.

Ce qui pousserait le FMI à interdire les actifs cryptos

Le journaliste qui menait l’interview a voulu savoir ce qui pousserait le FMI à décider de l’interdiction de la cryptographie. Kristalina Georgieva a répondu que ce serait l’incapacité du secteur à assurer la protection des consommateurs. L’industrie des actifs cryptographiques est en pleine expansion et son ascension est très rapide. Il serait dommage que les consommateurs soient lésés dans ce processus d’évolution.

En tant que bras financier des Nations Unies et garant de la stabilité financière du monde, le FMI travaille sur la façon dont les crypto-actifs pourraient être régulés. Des directives sur un cadre réglementaire devraient intervenir au cours du second semestre de 2023.

Suivez nos liens d’affiliés :

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada visitez Bitbuy
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous un portefeuille Ledger
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l’application NordVPN

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à nos réseaux sociaux: