Accueil ExclusifArticles

Les banques et le secteur crypto: vers un partenariat nécessaire ?

Par Corinne R.
Les banques et le secteur crypto: vers un partenariat nécessaire ? 101
Source : Adobe

En 2017, lorsque Bitcoin (BTC) commençait à attirer l’attention des acteurs du secteur de la finance traditionnelle et des grands médias économiques, les opinions sur la cryptomonnaie étaient généralement négatives. Le PDG de JP Morgan, Jamie Dimon, par exemple, n’avait pas mâché ses mots et qualifié Bitcoin d’escroquerie.

Quatre ans plus tard, les institutions historiques de Wall Street ont radicalement changé de position : Goldman Sachs proposera des véhicules d’investissements en Bitcoin à ses clients au second trimestre de cette année. De son côté, Bank of New York Mellon a annoncé ses plans de détenir des crypto-actifs au nom de ses clients alors que JP Morgan a récemment émis des remarques très positives sur Ethereum (ETH).

Ce mouvement a été initié par les géants du paiement tels que PayPal, Visa ou Master Card qui ont chacun développé des offres et des infrastructures autour des cryptomonnaies.

Une situation contrastée

De l’autre côté de l'Atlantique, les banques semblent traîner les pieds. Dans l’Hexagone, la Fédération Française des Banques aurait refusé de s’associer aux conclusions d’un rapport d’un groupe de travail qui comprenait des représentants des banques, des régulateurs et des entreprises crypto. Si l’on en croit ce tweet de Claire Balva, responsable blockchain et crypto chez KPMG France, les entreprises crypto françaises rencontrent de nombreuses difficultés liées à l’ouverture de comptes en banque.

La situation semble similaire au Royaume-Uni : de nombreuses banques commerciales ont choisi de refuser l’accès aux comptes bancaires aux clients institutionnels engagés dans des activités liées à Bitcoin et aux crypto-actifs, comme certains PSAN (Prestataires de Services en Actifs Numériques).

Les difficultés réglementaires

Pourquoi cette frilosité ? Les banques considèrent que les risques associés aux crypto-actifs sont beaucoup trop élevés. En effet, les transactions frauduleuses en cryptomonnaies sont difficiles à repérer et impossibles à renverser. Les mesures à prendre pour le respect de la conformité représentent des charges financières supplémentaires importantes pour les banques. Dans ces circonstances, plutôt que de s’engager avec des entreprises et des particuliers traitant avec ces actifs, les banques choisissent de limiter leurs interactions avec ce secteur.

Opter pour le non-engagement

Pourtant, les bénéfices liés à l’utilisation de la blockchain sont trop importants pour être ignorés. De nombreuses banques ont commencé à concevoir leurs propres programmes autour de la blockchain. Société Générale collabore par exemple avec Tezos pour son premier produit structuré sous la forme d’un security token.

Il est utile de souligner le récent exemple de la Corée du Sud. Le pays fait régulièrement les gros titres alors que ses régulateurs sont à l’origine d’un des efforts de répression les plus sévères menés contre l’industrie. Les nouvelles réglementations imposent aux utilisateurs d'ouvrir des comptes liés à leurs noms et vérifiés par leurs numéros de sécurité sociale au sein de banques commerciales associées contractuellement à des exchanges sur une période glissante de six mois. Cette mesure a eu des répercussions positives sur les banques : au cours des derniers mois, les ouvertures de comptes auprès des banques commerciales ont explosé.

L'acceptation de Bitcoin par les banques représenterait un énorme coup de pouce pour l’adoption à grande échelle des cryptomonnaies. Mais certains s’inquiètent des nouveaux risques que la participation des banques à l’industrie pourrait engendrer : il y a par exemple la possibilité d’une nouvelle forme de centralisation liée à la création de services de garde de crypto-actifs par les banques. D'autres, comme Campbell Adams, le fondateur de Pure Digital Markets, estiment que ces inquiétudes n'ont pas lieu d'être : Campbell souligne qu’il s’agit d’un risque lointain et affirme que,

“Une infrastructure de qualité bancaire et conforme à la réglementation garantirait des niveaux de stabilité et de sécurité bien supérieurs à ceux qui sont actuellement utilisés”

La coopération des banques est cruciale pour la création de rampes d'accès entre les monnaies fiat et les cryptomonnaies. Sans leur implication, le grand public continuera à considérer le secteur crypto comme un élément insolite (et douteux) de l’industrie financière. Et cette implication aura également des retombées positives pour les banques commerciales traditionnelles en générant des bénéfices plus élevés grâce à l'intégration de nouveaux modèles de revenus basés sur la technologie blockchain.

________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour investir dans le minage ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant:

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Si vous voulez en apprendre plus sur le Bitcoin et l’investissement dans les cryptomonnaies, voici deux livres parfaits: “Comprendre Bitcoin en 2h" et “Investir dans Bitcoin".

Regardez la dernière vidéo “Les 5 actus cryptos de la semaine”:

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:
Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR
Notre podcast audio: https://www.buzzsprout.com/1111262
Notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCEu7E2wqP3t3QzAWTWF9weg
Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR
Instagram: https://www.instagram.com/fr_cryptonews
Facebook: https://www.facebook.com/cryptonewsFR
Telegram: https://t.me/cryptonews_FR

_________

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles