Les dernières news crypto, blockchain et DeFi

«Jamais dans ma carrière je n'ai vu un échec aussi complet des contrôles d'entreprise et une absence aussi complète d'informations financières fiables que ce que j'ai vu ici». Voilà des mots lourds de sens partagés par le nouveau PDG de FTX, l'expert en restructuration John J. Ray III, lui qui avait tenu le même rôle dans la saga d’Enron en 2001. «De l'intégrité compromise des systèmes et de la surveillance réglementaire défectueuse à l'étranger, à la concentration du contrôle entre les mains d'un très petit groupe d'individus inexpérimentés, peu avertis et potentiellement compromis, cette situation est sans précédent».

Source : Adobe

Sans surprise, c’est cette saga entourant la faillite de l’échange FTX qui a continué de faire couler l’encre et dirigé les marchés au cours de la dernière semaine. Selon des documents déposés samedi au tribunal des faillites du Delaware, l’entreprise a déclaré devoir 3,1 milliards de dollars à ses 50 principaux créanciers. Les dix principaux créanciers de FTX détiennent à eux seuls plus de 100 millions de dollars chacun en créances non garanties, selon les documents déposés, soit plus de 1,45 milliard de dollars au total. Sous ce contexte, hormis les pertes d’innombrables investisseurs qui utilisaient la plateforme pour échanger et stocker leurs cryptomonnaies, c’est l’effet domino que cette crise peut toujours avoir qui suscite l’incertitude et par le fait même une pression baissière sur les marchés.
 
Parmi ceux-ci, c’est possiblement Genesis qui retient principalement l’attention. En effet, toujours ce même rapport, le troisième créancier le plus important est cité dans le classement avec 174 millions de dollars qu’on lui doit. Bien qu’il n’ait pas été officiellement nommé, ce chiffre correspond à ce que le prêteur de cryptomonnaies Genesis a révélé il y a 10 jours, à savoir que 175 millions de dollars de fonds étaient bloqués sur son compte FTX. Genesis a lancé le premier bureau de négociation de bitcoins de gré à gré en 2013, avant de devenir l'un des principaux acteurs du secteur. Or, ce dernier a fortement été touché par la faillite de Three Arrows Capital plus tôt cette année. La semaine dernière, après avoir suspendu ses services de prêt et consacré la fin de semaine à des efforts de collecte de fonds infructueux, Genesis Global Capital a engagé la banque d'investissement Moelis & Company pour explorer les options possibles, y compris une éventuelle faillite. C’est du moins ce que rapporte le New York Times, Genesis affirmant toujours publiquement ne pas avoir de tels plans.
 
Pour bien expliquer l’effet domino craint, il faut mentionner que Genesis Global Capital est une branche de Digital Currency Group, entreprise propriétaire de Grayscale Investments, qui gère le Grayscale Bitcoin Trust. Ce produit financier a 10.2 milliards de dollars sous gestion. Censé permettre une exposition passive au prix du bitcoin, ce dernier a au contraire découplé du prix du BTC au cours de la dernière année. Du coup, l’escompte d’achat d’une action dans GBTC a atteint un niveau record de 43% relativement à la valeur nette du fonds et des bitcoins détenus. À cet effet, le fondateur et PDG de Digital Currency Group, Barry Silbert, a révélé dans une note aux actionnaires que DCG avait une dette d'environ 575 millions de dollars envers Genesis Global Capital, qui est due en mai 2023. Ce dernier se veut toutefois rassurant sur la structure des entreprises et le risque de cascade : «Genesis Global Capital n'est pas une contrepartie ou un fournisseur de services pour tout produit Grayscale. […] Les produits Grayscale continuent à fonctionner comme d'habitude, et les événements récents n'ont eu aucun impact sur les opérations des produits». Néanmoins, le risque perçu est limpide. Est-ce que DCG a les capitaux suffisants pour recapitaliser Genesis? Dans la négative, la crainte est que l’entreprise doive liquider son produit GBTC, ce qui créerait une nouvelle vague de défis pour toute une série d'acteurs du marché liés à l'utilisation du GBTC comme garantie.
 
Les principaux acteurs affirment toutefois que ces craintes ne sont pas justifiées. Vendredi, le service de garde de Coinbase Global Inc. s'est porté garant de la sécurité des actifs numériques de Grayscale qu'il détient. Dans une lettre publiée hier par Silbert, on apprend que DCG prévoit un chiffre d'affaires de 800 millions de dollars en 2022, soit une baisse d'environ 20 % par rapport à l'année dernière. Il ajoute à l’égard actionnaires que «nous vous ferons savoir si nous décidons de procéder à un tour de table. » «Laissez-moi être clair comme de l'eau de roche : DCG continuera d'être un constructeur de premier plan de l'industrie et nous sommes engagés dans notre mission à long terme d'accélérer le développement d'un meilleur système financier», a-t-il écrit. «Nous avons traversé les précédents hivers crypto et si celui-ci peut sembler plus sévère, nous en sortirons collectivement plus forts.»
 
C’est dans ces périodes d’incertitude que se dessinent toujours les meilleures opportunités. Le problème est que cette évidence ne se dresse qu’en rétrospective. Néanmoins, certains acteurs tentent sans contredit ce pari. C’est notamment le cas de Cathie Wood d’Ark Invest qui a ajouté pour 1.4M$ de GBTC à son fonds spéculatif. Il faut dire que le ratio risque-récompense est alléchant. Non seulement le prix du bitcoin est-il dans un creux de vague évident, mais cette exposition permet d’effectuer un profit potentiel additionnel de plus de 40% de par l’escompte du GBTC versus la valeur nette du fonds. Il s'agit du deuxième achat important de GBTC par l'entreprise en autant de semaines. Ark détient désormais près de 6,357 millions d'actions GBTC représentant 0,4% des investissements totaux de la firme.
 
Cet hiver crypto ne refroidit pas non plus le Président du Salvador Nayib Bukele. Le pays fait enfin un pas décisif vers la réalisation de son ambitieux projet « d’obligations Bitcoin ». La ministre de l'Économie Maria Luisa Hayem Brevé a présenté un projet de loi confirmant le projet du gouvernement de lever un milliard de dollars et de les investir dans la construction d'une «ville bitcoin».  Au cours des douze derniers mois, le projet a été retardé à plusieurs reprises. On s’attend maintenant à ce que le projet soit entériné d’ici Noël. Reste à voir si les investisseurs seront au rendez-vous.
 
Si vous aviez des fonds sur la plateforme Celsius, prenez note qu’une date butoir est désormais en place pour déposer votre requête en tant que créditeur. Les investisseurs floués ont ainsi jusqu’au 3 janvier prochain afin de soumettre les preuves de leurs fonds gelés sur la défunte entreprise de prêts crypto.
 
Malgré un rebond ces 24 dernières heures, le marché des cryptomonnaies enregistre une nouvelle semaine baissière. Le positionnement défensif de fonds Rivemont crypto, avec plus de 50% des actifs en encaisse, auront mitigé l’effet de ce recul. Techniquement, on espère que le rebond rapide après que le bitcoin soit passé sous 16 000 $ puisse continuer de former un « double bottom ». Il faudrait fermer une journée au-dessus de 17 300 $ pour que toute l’impulsion de ce signal haussier puisse être réalisée.
 
Dans tous les cas, alors que la mort du bitcoin recommence à être annoncée par certains médias, il importe de se rappeler que ce n’est pas la 1re crise de l’industrie. Chaque fois, le bitcoin s’est relevé plus fort. Personne ne doute à ce stade que 2022 sera une année désastreuse pour la mère des cryptomonnaies. Toutefois, quand vous regardez ces données, à quel moment passé a-t-il semblé judicieux d’investir dans l’actif? Comme nous disions précédemment, cette évidence ne se dresse toutefois qu’en rétrospective.


Cet article vous est présenté par Fonds Rivemont. Le fonds Rivemont crypto est le premier et seul fonds activement géré de cryptomonnaies au Canada. Éligible REER et CELI. Les investisseurs qualifiés peuvent en apprendre plus ici.

Avertissement : Cette chronique ne reflète pas nécessairement l’opinion de CryptonewsFR et ne constitue en aucun cas des conseils à l’investissement ni des consignes de trading.

Suivez nos liens d'affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada visitez Bitbuy
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuite et à nos réseaux sociaux: