21 sept. 2022 · 3 min read

L'Indonésie veut empêcher aux échanges cryptographiques de réinvestir les fonds des utilisateurs

L’Indonésie pense à stopper les échanges cryptographiques qui réinvestissent les fonds des utilisateurs. Pour cela, le pays voudrait changer la réglementation pour supprimer la propriété étrangère des plateformes d’échange.

La décision devrait être publiée par la Commodity Futures Trading Regulatory Agency (Bappetbi) dans les prochains jours.

Une nouvelle règle qui change tout

L’Indonésie étudie la possibilité d’introduire une nouvelle règle selon laquelle le conseil d’administration des sociétés crypto doit être constitué à 66% des membres et administrateurs vivant dans le pays. L’annonce a été faite par le vice-ministre du commerce d’Indonésie, Jerry Sambuaga face aux journalistes alors qu’il sortait d’une audition parlementaire.

Il ressort de ses propos que son ministère a entrepris de ne pas distribuer des permis au hasard aux échanges de crypto. Seules les plateformes que le ministère considère comme crédibles se verront délivrer un permis. Ainsi, le département ministériel va se rassurer que ces plateformes remplissent toutes les conditions nécessaires.

D’autres conditions vont accompagner la suppression du réinvestissement des fonds des utilisateurs. Si l’Indonésie compte interdire aux plateformes d’échange de réinvestir les actifs stockés, le pays veut aussi obliger les plateformes d’échange à utiliser les services d'un tiers pour sauvegarder les fonds des clients.

Aucune date n’a été fixée pour la publication des nouvelles règles ni pour l’application des exigences pour les plateformes d’échange.

L’Indonésie est un pays ayant une forte culture crypto

L’Indonésie possède l’image d’un pays ayant une culture fortement ancrée dans la crypto-monnaie. La régulation des actifs numériques constitue un défi pour les autorités qui multiplient les mesures pour réglementer le marché. Dans cette optique, les autorités n’hésitent pas à sanctionner les acteurs qui ne respectent pas les règles.

Par exemple, des marchands de crypto et des processeurs de paiement ont été sanctionnés l’année dernière car ils ne possédaient pas de licence d’exploitation. Les efforts de réglementation de l’Indonésie sont logiques car l’archipel représente l’un des plus des grands utilisateurs de cryptos dans le monde. YouGov a évalué l’activité des transactions cryptographiques au double de la moyenne mondiale au mois d’avril 2022.

En 2018, le pays asiatique a rendu officiel le commerce de la crypto-monnaie en le considérant comme une classe d’actifs à part entière. Les actifs numériques peuvent donc officiellement être échangés comme des marchandises sur les bourses centralisées. Malgré cette légalisation, on ne retrouve que 229 actifs cryptographiques approuvés pour la négociation par l’autorité agréée Bappetbi.

L’annonce d’une nouvelle régulation intervient dans un contexte difficile qui a vu plusieurs projets crypto d’envergure s’effondrer. Par exemple, le projet Terra (LUNA) et l’échange Zipmex appartenant respectivement à Do Kwon et Marcus Lim ont connu un destin sombre. Le promoteur de la crypto Terra a pris la fuite après l’échec de son projet et un mandat d’arrêt a été lancé contre lui en Corée du Sud.

C’est ce genre de problème que les autorités veulent éviter en Indonésie en prenant des mesures de régulation strictes. Il sera impossible pour un promoteur de crypto de quitter le pays en cas de soucis.