Accueil ExclusifArticles

Mainframe combat la censure et recherche une « Preuve du Cœur »

Par Sead Fadilpašić
Mainframe combat la censure et recherche une « Preuve du Cœur » 101
A painting by a Mainframe's community member.

Alors que nous continuons de présenter des projets basés sur la blockchain à nos lecteurs, en voici un qui peut être particulièrement intéressant dans cette époque moderne où notre confiance dans les organismes décroît (spécialement à la suite du scandale Facebook sur les données privées).

Mainframe est un réseau de messagerie décentralisé basé sur la blockchain qui est résistant à la censure, à la surveillance, et aux perturbations. Additionnons à cela un routage dissimulé, ce qui devrait protéger votre contenu afin qu’il ne puisse être traqué ; de l’incitation, ce qui assure que le réseau ne vas pas s’éteindre ; une architecture de pair-à-pair, ce qui garantit que le réseau ne fermera pas ; et une interopérabilité, pour que le réseau puisse fonctionner de partout. En somme, un mixte de tout ce dont vous pourriez avoir besoin.

Cependant, plusieurs projets sont déjà sensibilisés au besoin de protéger la vie privée et de contrôler nos propres données. L’approche de Telegram, par exemple, ressemble beaucoup à celle de Mainframe ; les deux prennent en considération l’importance de l’encryptage. En fait, Telegram est même réputé pour avoir refusé l’accès au gouvernement russe aux conversations de ses utilisateurs, ceci malgré un ordre de la cour de justice.

La jeune compagnie a déjà bâti sa première application sur la plateforme Mainframe. Elle se nomme Onyx, et consiste en un outil de messagerie décentralisé destiné à un environnement de travail. Selon la compagnie, les autres cas d’utilisation de la plateforme incluent :

- Outil de communication en interne pour des compagnies qui gèrent des informations sensibles pouvant engendrer une grande responsabilité telles que dans les domaines des soins de santé, de la finance et du gouvernement.
- L’accumulation et la conservation de données anonymes aux fins de recherches universitaires ou pour des sondages.
- La communication entre robots, pour relayer des informations aux utilisateurs depuis des sources diverses.
- Organisations ou startups désirant déployer des applications intégrales et imparables.

De plus, en préparant son chemin vers le marché, Mainframe a développé sa propre approche afin de bâtir une relation avec sa communauté. Dans la première phase de sa campagne, appelée « Proof of Being » (Preuve d’être), ils ont organisé des Airdrops (parachutage) de leurs tokens dans le sens authentique du terme, en les laissant littéralement tomber du ciel dans des ballons.

La deuxième phase s’est terminée au milieu du mois d’avril. Celle-ci s’intitulait « Proof of Freedom » (Preuve de liberté), et consistait à demander aux fans la réponse à la question « Pourquoi Mainframe et sa mission sont-ils importants pour vous ? ». Réponse qui devait être fournie de façon originale, soit par une peinture, une photo, de la musique, une fresque, ou même des gâteaux.

Mainframe combat la censure et recherche une « Preuve du Cœur » 102

_

Mainframe combat la censure et recherche une « Preuve du Cœur » 103

Mises à part les photos, les gens ont aussi soumis des gifs, des chansons (même du country), des vidéos incluant des dessins animés, des gâteaux, et au moins trois jeux vidéos fonctionnels.

Mainframe combat la censure et recherche une « Preuve du Cœur » 104

La troisième phase, appelée « Proof of Heart » (Preuve du cœur) est probablement la plus ambitieuse de toutes : « Nous octroierons tout près de 1 million de dollars US en MFT en fonction de qui donnera le plus à des organisations à but non lucratif dont les valeurs sont alignées avec les nôtres ». En bref, vous versez des Ether vers une adresse de portefeuille électronique (donation qui sera partagée parmi plusieurs organisations de charité), et les 600 plus gros donneurs recevront gracieusement de la cryptomonnaie MFT.

« Avec cette phase finale, nous voulions voir si l’industrie avait du cœur. Y a-t-il toujours un battement ? Est-ce que les gens pensent aux autres et pas seulement à eux-mêmes ? Nous l’espérons », a écrit dans une entrée de blog Mick Hagen, le fondateur de la compagnie.

En attendant, le marché espère que non seulement une preuve du cœur sera fournie par l’industrie, mais également que seront livrées les promesses de solutions tant attendues et basées sur la blockchain.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles