MoneyTap, le système de paiement basé sur Ripple, adopté par trois banques japonaises

Rose Bidzogo
| 4 min de lecture
Logo MoneyTap. Source : Twitter/MoneyTap

MoneyTap continue son intégration au marché japonais. Le système de paiement de paie-à-paie (P2P) basé sur le Ripple vient en effet d’être accepté par plusieurs banques japonaises. Désormais, les clients japonais auront accès à l’application MoneyTap.

Une intégration pour favoriser les transferts de fonds mobiles au Japon

Le 17 avril, SBI Remit a annoncé avoir procédé à l’ajout de son support de son application mobile MoneyTap à trois banques japonaises. Parmi ces banques, nous retrouvons la Yamaguchi Bank, la Momiji Bank et la Kitakyushu Bank. Pour rappel, SBI Remit est la branche de SBI Holdings, un conglomérat financier dont la spécialité est le transfert de fonds.

Parmi ces trois banques japonaises, Yamaguchi Bank est certainement l’une des plus grandes banques régionales du pays. Elle compte près de 156 succursales et bureaux au Japon, ainsi que quatre sites à l’étranger. La Kitakyushu Bank fait partie du groupe Yamaguchi Financial Group et compte en son sein 24 succursales.

Grâce à l’intégration de MoneyTap, les banques régionales du Japon permettront à leurs clients de procéder à des transferts de fonds de P2P via une application mobile. Avec MoneyTap, les Japonais pourront effectuer les transferts de fonds avec non seulement leurs comptes bancaires, mais aussi avec un numéro de téléphone mobile.

Les clients de banques Yamaguchi, Momiji et Kitakyushu sont l’assurance que leurs transactions bénéficieront d’une grande sécurité. Pour ce faire, l’application met en place un système de vérification d’identité en ligne, ainsi qu’une authentification biométrique.

MoneyTap, une application de transferts P2P et de transferts entre les banques

MoneyTap repose sur RippleNet, une solution de blockchain de Ripple. Ce système de paiement a été mis en place pour favoriser les transferts nationaux instantanés d’une banque à une autre et les transferts P2P entre les clients. Le système de paiement prenait initialement en charge trois banques au Japon, à savoir la SBI Sumishin Net Bank, la Suruga Bank et la Resona Bank.

Depuis 2029, en collaboration avec la blockchain Ripple, SBI Remit a été en mesure d’intégrer MoneyTap. Cette intégration a été effective peu après que le conglomérat ait lancé le système de paiement P2P.

Toutefois, l’entreprise SBI Remit a rappelé que la fusion avec MoneyTap n’a été effective qu’en septembre 2022. L’objectif de cette opération était de se doter d’une infrastructure financière de nouvelle génération, capable d’apporter une fonctionnalité élevée tout en garantissant un faible seuil.

SBI Remit et Ripple sont devenus des partenaires incontournables et SBI Remit a d’ailleurs soutenu XRP dans son procès contre la SEC aux États-Unis. En 2021, ce soutien s’est davantage manifesté lorsque Morningstar qui est une filiale de données financières de SBI Remit, a annoncé poursuivre son programme au profit des actionnaires de Ripple, en dépit des défis juridiques de ce dernier. 

De même, Yoshitaka Kitao, le PDG de SBI Remit a fait savoir en 2021 que le Japon serait très heureux d’accueillir XRP dans l’éventualité où la plateforme viendrait à s’exiler des USA.

Les plateformes d’échange de pair-à-pair sont confrontées à des défis juridiques importants

Avec le paysage juridique qui est constamment en mouvement, les plateformes d’échange de pair-à-pair ont du mal à suivre la cadence. C’est ainsi que plusieurs plateformes ont dû fermer depuis le début de l’année.

C’est le cas de LocalBitcoins, une plateforme d’échange P2P finlandaise. Ainsi, après dix ans de service, la plateforme a cessé ses activités en février 2023. En plus de l’hiver des crypto-monnaies qui a laissé des séquelles, la plateforme accusait la pression réglementaire croissante comme raisons de sa fermeture.

Il faut noter que cette fermeture est intervenue quelques semaines après les autorités de régulation américaines aient annoncé que LocalBitcoins avait des liens étroits avec Bitzlato, une plateforme basée en Russie. 

Pour les autorités américaines, Bitzlato était la plateforme à abattre, elle était accusée de violer les règles de lutte contre le blanchiment d’argent. De plus, elle était soupçonnée d’avoir aidé les Russes à contourner les sanctions américaines imposées depuis l’invasion de l’Ukraine.

Paxful est une autre plateforme de P2P qui à subir le gourou des sanctions américaines. Fondée en 2015, la plateforme a annoncé la suspension de ses activités le 4 avril 2023. Les raisons de cette décision sont connues, à savoir un environnement réglementaire trop répressif.