BTC -0.88%
$64,661.11
ETH -2.20%
$3,503.90
SOL -4.56%
$132.61
PEPE -5.99%
$0.000010
SHIB -2.83%
$0.000017
DOGE -1.27%
$0.12
XRP -1.12%
$0.49

La Namibie signe un projet de loi sur la réglementation des exchanges crypto

Thomas Renault
| 3 min de lecture
La Namibie signe un projet de loi sur la réglementation des exchanges crypto

Dans une avancée significative pour l’économie numérique en Afrique, la Namibie a franchi une étape vers l’intégration des cryptomonnaies dans son système financier national. Le gouvernement namibien a récemment signé un projet de loi visant à réguler les exchanges de cryptomonnaies dans le pays.

La Namibie réglemente les exchanges de cryptomonnaies

Le gouvernement namibien a officiellement signé la semaine dernière une loi pour réguler les fournisseurs de services d’actifs virtuels (VASP) opérant dans le pays, faisant un revirement par rapport à sa décision originale de 2017 d’interdire les exchanges de cryptomonnaies.

La loi régissant les VASP a été insérée dans la Gazette de la République de Namibie le 21 juillet, après avoir été approuvée par l’Assemblée Nationale de Namibie le 6 juillet et signée par le président Hage Geingob le 14 juillet. La loi entrera officiellement en vigueur à une date déterminée par le ministère des Finances de Namibie.

La loi, intitulée “Namibia Virtual Assets Act 2023“, vise à désigner une autorité régulatrice pour superviser les exchanges de cryptomonnaies dans le pays. Il s’agit de la première loi qui précise comment le pays doit réguler les activités liées aux cryptomonnaies.

En entrant en vigueur à une date fixée par le ministère des Finances de Namibie, cette loi établit un précédent en matière de régulation des actifs numériques. La “Namibia Virtual Assets Act 2023” est une étape clé dans l’histoire de la réglementation financière du pays, car elle offre un cadre de régulation pour les fournisseurs de services d’actifs virtuels.

Loi Crypto Gouvernement Namibie
Source : Gouvernement de la Namibie

Parmi les principaux objectifs de la loi, on trouve l’assurance de la protection des consommateurs, la prévention des abus de marché et la réduction des risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

Les fournisseurs non conformes pourraient faire face à des pénalités allant jusqu’à 10 millions de dollars namibiens (671 000 dollars américains) et 10 ans de prison. La Banque centrale de Namibie maintient sa position selon laquelle les cryptomonnaies n’auront pas le statut de monnaie légale dans le pays.

Vers une régulation stricte des cryptomonnaies

Le revirement juridique de la Namibie a commencé en mai 2018 lorsque la Banque de Namibie a révisé sa décision originale d’interdire les exchanges de cryptomonnaies. Ce changement a mis en évidence la nécessité d’une réglementation appropriée pour permettre aux entreprises de cryptomonnaies de fonctionner de manière sécurisée et transparente.

Le “Namibia Virtual Assets Act 2023” a été conçu pour répondre à ces défis en établissant des normes de conformité strictes pour les fournisseurs de services d’actifs virtuels. Les opérateurs d’exchange devront satisfaire à des exigences rigoureuses en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, et assurer une protection adéquate pour leurs clients.

Les implications pour l’Afrique et au-delà

Plus tôt ce mois-ci, le régulateur financier de l’Afrique du Sud a annoncé que tous les exchanges de cryptomonnaies dans le pays devront obtenir des licences d’ici la fin de 2023 pour continuer leurs opérations.

D’autres nations africaines ayant adopté des lois sur les cryptomonnaies incluent le Botswana, le Kenya, Maurice et les Seychelles. La République centrafricaine a fait du Bitcoin une monnaie légale en avril 2022, mais cette législation a été abrogée moins de 12 mois plus tard.

Selon le Fonds Monétaire International, le Cameroun, l’Éthiopie, le Lesotho, le Libéria, la République du Congo, la Sierra Leone, la Tanzanie et le Zimbabwe figurent parmi les pays africains ayant imposé une interdiction sur les cryptomonnaies.

Source : Cointelegraph