Le PDG de Gala Games accuse son cofondateur d’avoir volé 130 millions de dollars

Thomas Julia
| 3 min read

C’est une histoire qui pourrait faire sourire mais qui ne va certainement pas redorer le blason du monde des cryptos. Le PDG de Gala Games (une plateforme de jeux Web3 très axée RPG), Eric Schiermeyer, a porté plainte contre son cofondateur Wright Thurston, l’accusant d’avoir volé 8,6 milliards de jetons GALA début 2021 pour les revendre et se faire un pactole de 130 millions de dollars. Un cofondateur qui, quant à lui, vient également de porter plainte contre son ancien associé, lui reprochant d’avoir utilisé les fonds de l’entreprise pour des achats personnels, notamment un jet privé. Ambiance… 

Une société fondée en 2019 

La valeur du token GALA a chuté de 13% depuis l’annonce de ces poursuites judiciaires. Une conséquence assez courante des affaires de fraude comme celle-ci. Gala Games a été cofondée par Thurston et Schiermeyer début 2019, chacun recevant une participation de 50 %. Michael McCarthy, qui est répertorié par certaines publications comme le troisième co-fondateur de la société, n’est mentionné dans aucun des 2 procès. La société, outre l’édition de RPG, a également des activités dans la musique, les films et les objets de collection numériques basés sur la blockchain.

Les accusations de Eric Schiermeyer… 

Schiermeyer accuse donc Thurston d’avoir volé 8,6 milliards de jetons GALA en février 2021, soit plus de 100 % des tokens en circulation à l’époque, comme le rapportent les agrégateurs de marché. Pour lui, cela consistait à prendre l’entreprise en otage, car révéler le vol de jetons l’amènerait à liquider ses avoirs, faisant ainsi s’effondrer l’écosystème GALA. En mai 2023, en guise de solution partielle, la société a émis des jetons Gala v2 qui ont été annoncés comme apportant “une multitude d’améliorations”. Schiermeyer affirme que le véritable objectif des nouveaux jetons était de rendre obsolètes les jetons GALA dans les portefeuilles contrôlés par Thurston tout en laissant le reste de l’écosystème inchangé.

Enfin, dans sa plainte, Schiermeyer affirme également que Thurston “a fondé de nombreuses sociétés, dont la plupart se sont retrouvées en litige, insolvables, en faillite et/ou poursuivies par la SEC”, et affirme que Gala Games est la seule entreprise légitime dans laquelle Thurston a un intérêt. Ce dernier, qui ne compte pas se laisser faire, a également porté plainte contre son ancien associé. 

… Et celles de Wright Thurston

S’il reconnaît dans sa plainte qu’il n’a pas réellement dirigé l’entreprise, Wright Thurston accuse Schiermeyer d’avoir “fait fonctionner Gala sans sa contribution, l’empêchant ainsi d’aider l’entreprise à engranger des bénéfices”. Il affirme également que “les malversations, la mauvaise gestion et les transactions intéressées de Schiermeyer ont entraîné des centaines de millions de dollars de dommages à la réputation de Gala et aux actifs de l’entreprise et des actionnaires”. Des actifs qui auraient notamment financé l’achat d’un jet privé. 

La justice n’a pour l’instant pas communiqué de calendrier concernant ces 2 plaintes mutuelles. Notons que Thurston a également été poursuivi par la SEC cette année concernant une autre société qu’il a fondée, Green United LLC, qui, selon le gendarme financier américain, a induit les investisseurs en erreur en investissant 18 millions de dollars dans une entreprise frauduleuse de crypto verte. Pas la meilleure des publicités en attendant le règlement de ce litige. 

Sources: Theblock, Cointelegraph, Beincrypto