Une start-up d’intelligence artificielle créée par d’anciens chercheurs de Meta et de Google lève 113 millions de dollars

La start-up française d’intelligence artificielle Mistral a réalisé un tour de table impressionnant. La jeune entreprise a levé 113 millions de dollars pour financer son lancement, seulement 2 mois après sa création. 

Une équipe solide derrière un projet ambitieux 

Mistral est un projet d’IA générative  qui devrait venir concurrencer les IA les plus performantes du marché. Il s’agit d’un projet open-source qui adopte une approche alternative dans la conception de son IA. La start-up a notamment choisi de n’utiliser que des données accessibles au public pour l’entraînement de ses modèles. Mistral permettra également aux utilisateurs de l’IA de lui soumettre leurs propres données

L’open source est une partie essentielle de notre ADN“, Arthur Mensch, cofondateur de Mistral

La société met l’accent sur la transparence. Le choix d’utiliser des données publiques ainsi que le choix de l’open source distinguent le projet de ses concurrents comme OpenAI et son ChatGPT.

Il faut remarquer que les cofondateurs du projet ne sont pas des débutants en la matière. Avant de se lancer avec Mistral, Arthur Mensch (CEO) était chercheur chez Google Deep Mind. Les deux autres cofondateurs, Timothée Lacroix (CTO) et Guillaume Lample (CSO), ont travaillé pour Facebook AI, le premier en tant qu’ingénieur, le second en tant que chercheur. 

Un levée de fond impressionnante

Le trio a réalisé une levée de fonds de 113 millions de dollars, (105 millions d’euros). Cette somme porte d’ailleurs la valorisation de Mistral à 260 millions de dollars (237 millions d’euros).

Organisée par la société de capital-risque Lightspeed Venture Partners, le tour de table réunissait Xavier Niel, JCDecaux Holding, Rodolphe Saadé et Motier Ventures en France, la Famiglia et Headline en Allemagne, ou Exor Ventures en Italie. L’ex-PDG de Google Eric Schmidt ainsi que Bpifrance, banque publique d’investissement française, étaient également de la partie. 

Quel avenir pour Mistral ? 

La start-up basée à Paris va très certainement rentrer dans une période de recrutement d’ampleur. L’entreprise est à la recherche de chercheurs en IA, d’ingénieurs software et des développeurs; l’objectif est de constituer une équipe de “classe mondiale”

Tout reste encore à faire chez Mistral. Par exemple, si un nom de domaine existe bel et bien, leur site n’est pas actif. Idem pour tous les réseaux sociaux, la start-up n’y est pas encore présente. 

Si, pour reprendre les mots du CEO, la levée de fonds permet à l’entreprise de “disposer des ressources et du réseau nécessaires pour commencer à déployer un nouveau modèle d’intelligence artificielle générative”, du chemin reste à parcourir. 

Les investisseurs ont été séduits par le vent de fraîcheur qu’apporte Mistral au domaine de l’IA générative, notamment par son approche basée sur la transparence. Avec un tel montant récolté, Mistral a pour objectif de réaliser les “les meilleurs modèles open source” d’IA générative d’ici à 2024

Source : Cointelegraph , pandIA