L’unité de cybercriminalité du Vietnam enquête sur Pi network

Thomas Renault
| 3 min de lecture
L'unité de cybercriminalité du Vietnam enquête sur Pi network

Les autorités vietnamiennes ont lancé une enquête sur le réseau Pi Network et la cryptomonnaie associée. Ce réseau de crypto-monnaie basé sur l’incitation à l’extraction minière a gagné en popularité dans le pays en offrant une « méthode facile » pour extraire et générer des tokens, mais les autorités ne sont pas convaincues.

Enquête sur Pi Network : Transparence insuffisante et risques

Le Département de la cybersécurité et de la prévention des crimes liés aux hautes technologies du Vietnam a lancé son enquête sur Pi le 30 juin.

Le chef du département, Le Xuan Minh, a exprimé des préoccupations selon lesquelles le modèle du réseau Pi est “extrêmement complexe et peu réglementé récemment”. Il a ajouté que, selon les médias locaux, “aucune autre activité commerciale ne peut générer des revenus en ligne aussi élevés”.

Il a également mis en garde contre les promoteurs de cryptomonnaies qui ont attiré les gens avec des “modèles d’affaires ressemblant à des schémas de marketing multi-niveaux”.

Selon VN Express, le réseau de cryptomonnaie manque d’un niveau de transparence nécessaire pour un projet de blockchain. De plus, il pourrait être “utilisé à des fins malveillantes telles que la fraude ou la collecte de données”.

Le Pi Network a été lancé en mars 2019 et a gagné en popularité au Vietnam et en Inde pendant le marché haussier de 2021. Cela s’explique par le fait que les jetons PI peuvent être “extraits” sur un téléphone portable, ce qui permet d’éviter les coûts liés à l’achat de matériel coûteux pour l’extraction et le minage de cryptomonnaies. Cependant, le réseau ne semble pas avoir d’autre objectif que de servir de moyen d’échange pour les jetons PI.

Aperçu graphique de Pi Network sur CoinMarketCap actuellement au prix de $22,80.

Le Pi Network compte parmi ses co-fondateurs le Dr Nicolas Kokkalis, titulaire d’un doctorat de l’Université de Stanford et chargé de cours dans le domaine des applications décentralisées. L’autre co-fondateur, le Dr Chengdiao Fan, est professeur à Stanford et détient un doctorat en sciences anthropologiques.

Selon son site web, le Pi Network compte 47 millions de “membres actifs”. De plus, il revendique une équipe de 35 membres principaux dans son siège de la Silicon Valley et à travers le monde.

Les cryptomonnaies sont très populaires au Vietnam, où elles ont été classées en tête des pays adoptant le plus les cryptomonnaies en 2022 selon Chainalysis. Cependant, les actifs cryptographiques ne sont pas considérés comme une monnaie légale dans le pays.

Le scandale du listing des PI Tokens

À la fin de 2022, les partisans du Pi Network ont été enthousiasmés par l’annonce selon laquelle Huobi avait listé le PI, et le prix a rapidement atteint 230 dollars. Cependant, il s’est avéré que cette inscription était une tromperie, et l’équipe du Pi Network a dû clarifier qu’elle n’était pas autorisée.

À ce jour, aucun échange n’a répertorié le PI. L’équipe a même publié un avis, indiquant aux utilisateurs :

“Pi est actuellement dans le réseau fermé et n’est pas approuvé par Pi Network pour être répertorié sur un échange ou pour être échangé.”

Nous pouvons également consulter le message suivant sur CoinMarketCap :

Selon VnExpress, le ministère vietnamien de la Cybersécurité et de la Prévention des Crimes High-Tech a lancé une enquête sur le Pi Network. Veuillez noter que le mainnet n’a pas encore été lancé et le prix affiché ci-dessous pour certains échanges reflète la valeur des IOUs et il peut ne pas être transférable entre les échanges.

Il est important d’être prudent et de se renseigner attentivement avant de s’engager dans des projets de cryptomonnaies, en particulier ceux qui paraissent trop beaux pour être vrais.

Source : Beincrypto