Cette ville de Corée du Sud va saisir les cryptomonnaies de milliers d’évadés fiscaux

Thomas Renault
| 3 min de lecture
Cette ville de Corée du Sud va saisir les cryptomonnaies de milliers d'évadés fiscaux

À Cheongju, une ville de Corée du Sud, les autorités locales passent à l’offensive contre l’évasion fiscale en ciblant les détenteurs de cryptomonnaies. Selon des rapports officiels, la ville envisage de saisir les actifs numériques des personnes qui doivent au moins 750 dollars en impôts sur les cryptomonnaies au gouvernement. Cette décision pourrait marquer un tournant dans la manière dont l’évasion fiscale liée aux cryptomonnaies est traitée au niveau municipal.

Collaboration avec les plateformes d’échanges locales

Dans un mouvement qui pourrait être qualifié de précurseur, les autorités de Cheongju ont collaboré étroitement avec sept plateformes d’échanges de cryptomonnaies, dont Upbit et Bithumb. L’objectif : identifier les avoirs en cryptomonnaies de 8 520 utilisateurs redevables d’au moins 1 million de wons (environ 750 dollars) en impôts locaux

Suite à cette enquête, la ville prévoit de procéder à la confiscation des actifs numériques des individus concernés. Cette démarche s’inscrit dans un contexte où les cryptomonnaies sont de plus en plus utilisées pour dissimuler des biens en Corée du Sud.

Augmentation des saisies liées à l’évasion fiscale en Corée du Sud

Ce n’est pas la première fois que les autorités de Cheongju prennent des mesures contre les évasions fiscales liées aux cryptomonnaies. En 2022, elles ont déjà recouvré des impôts en retard auprès de 17 particuliers, en utilisant les informations relatives aux avoirs en cryptomonnaies de près de 16 000 investisseurs. Au total, 68 millions de wons (environ 51 000 dollars) ont été collectés. 

D’après des données récentes, la tendance à la confiscation d’actifs numériques liée aux impayés fiscaux a considérablement augmenté en Corée du Sud. Sur les années 2021 et 2022, le gouvernement sud-coréen a saisi près de 260 milliards de wons (180 millions de dollars) en cryptomonnaies, une action qui suit la mise en place de nouvelles lois en 2021 permettant de telles saisies.

La Corée du Sud n’est pas le seul pays à prendre des mesures fiscales strictes en matière de cryptomonnaies. En Argentine, plus de 1 000 portefeuilles numériques liés à des évasions fiscales ont été saisis l’année dernière, tandis qu’aux États-Unis, l’Internal Revenue Service (IRS) a également commencé à confisquer les cryptomonnaies des évadés fiscaux.

Évolutions récentes et questions de sécurité en Corée du Sud

Dans le contexte de ces mesures anti-évasion fiscale, il est crucial de noter que la sécurité des plateformes d’échange en Corée du Sud est également sous les feux de la rampe. Récemment, un coup de théâtre a secoué l’industrie de la crypto-monnaie du pays : l’arrestation du PDG de Bitsonic pour un vol présumé de 7,5 millions de dollars appartenant à ses utilisateurs. Le vice-président de la plateforme fait également l’objet d’une enquête, sans pour autant être en détention préliminaire.

Hacks et Piratages en 2022

L’année 2022 a été marquée par une vague de piratages dans l’industrie des cryptomonnaies, avec un montant total de 3,8 milliards de dollars en actifs numériques volés. Il est particulièrement inquiétant de noter que les groupes associés à la Corée du Nord ont été parmi les plus actifs, entraînant des pertes estimées à 1,7 milliard de dollars en cryptomonnaies.

Malgré les sanctions internationales et les mesures restrictives contre les entités liées à ces pirates, leurs activités ne montrent aucun signe de ralentissement

Source : Cointelegraph