10 août 2021 · 7 min read

Square, qui appartient au PDG de Twitter, achète cette société australienne pour 29 milliards

Texte: Lien Duong, maître de conférences à l'école de comptabilité, d'économie et de finance à l’Université Curtin, Sonny Pham, maître de conférences en informatique à Université Curtin.
___
Les 39 milliards de dollars australiens (29 milliards de dollars américains) que Square, la société de paiement numérique du fondateur de Twitter, Jack Dorsey, débourse pour acquérir la société de paiement australienne émergente Afterpay, constituent la plus grosse opération de rachat de l'histoire des entreprises australiennes.

Jack Dorsey. Source: vidéo

Elle dépasse les 32 milliards de dollars australiens que le géant européen de l'immobilier commercial Unibail-Rodamco a accepté de payer pour la Westfield Corporation de Frank Lowy en 2017.

Cette transaction marque un parcours extraordinairement réussi pour Afterpay, une société fondée en 2014 et cotée à la Bourse australienne en mai 2016 à 1 dollar par action.

À la fin de la semaine dernière, avant l'annonce de cette opération, le cours de son action était de 96,66 dollars australiens, ce qui lui confère une capitalisation boursière d'environ 27,5 milliards de dollars australiens.

Square, qui à la fin de la semaine dernière avait une capitalisation boursière d'environ 123 milliards USD, pourrait payer 1% de son offre de rachat en espèces, mais le reste sera en actions, donnant aux actionnaires d'Afterpay 0,375 action de Square pour chaque action ordinaire d'Afterpay.

L'échange d'actions signifie que le prix implicite payé par Square pour l'action Afterpay est d'environ 126,21 dollars australiens, soit une prime d'environ 30,6 % par rapport au cours de clôture de vendredi dernier.

Pourquoi une telle valeur ? Cela tient à la rentabilité du marché "Buy Now Pay Later" (BNPL), sur lequel Afterpay a été un pionnier. Ce marché est devenu encore plus rentable en raison de la pandémie de COVID-19, qui a accéléré l'utilisation des paiements en ligne et des paiements sans cash.

Comment fonctionne Afterpay

Les sociétés BNPL sont appelées ainsi car elles fonctionnent différemment des sociétés de crédit traditionnelles. La raison pour laquelle elles sont apparues en premier en Australie peut être attribuée à la fois à "l'inventivité des secteurs australiens de la vente au détail et de la finance" et à une bizarrerie de la législation australienne sur la réglementation du crédit.

En vertu de la loi australienne sur la protection du crédit à la consommation, le crédit est défini (conformément à la définition du dictionnaire) comme une méthode de paiement des biens, le fournisseur de crédit réalisant son bénéfice en facturant des intérêts.

Afterpay ne facture pas d'intérêts aux consommateurs. La majorité de ses revenus provient des frais des commerçants, qui prélèvent une commission de 4 à 6 % sur la valeur de la transaction, plus 30 cents pour chaque achat. Le reste de ses revenus provient de la facturation de frais de retard lorsque les clients n'effectuent pas leurs remboursements à temps.

Le plan de remboursement standard d'Afterpay prévoit quatre versements égaux tous les quinze jours sur deux mois. Un paiement manqué entraîne une pénalité initiale de 10 dollars. Si le solde est toujours impayé au bout d'une semaine, une nouvelle pénalité de 7 dollars est appliquée.

Avec Afterpay, il est très facile d'acheter maintenant et de payer plus tard. Il fait payer aux commerçants une commission sur la transaction ainsi que des frais de retard si les clients manquent leurs paiements prévus. Sam Bianchini/Shutterstock

On pourrait dire que ces pénalités de retard sont l'équivalent d'un paiement d'intérêts - et d'un paiement d'intérêts élevé en plus. Des frais de retard de 10 $ sur une dette de 150 $ se traduisent par un taux d'intérêt effectif de 6,67 % par quinzaine.

Mais comme elles ne facturent pas explicitement des intérêts, Afterpay et les autres sociétés de BNPL ne sont pas sous le coup des lois sur le crédit.

Cela a suscité des inquiétudes quant aux fournisseurs de BNPL qui profitent au détriment des consommateurs les plus vulnérables financièrement. En 2018, la Commission australienne des valeurs mobilières et des investissements a appelé à une réforme pour combler cette faille juridique. Elle souhaitait que les fournisseurs de BNPL fonctionnent selon les mêmes règles que les fournisseurs de crédit - y compris les mêmes obligations de prêt responsable pour effectuer une vérification de crédit et vérifier que les clients peuvent se permettre d'assumer la dette.

Cependant, cela ne s'est pas produit. Une enquête du Sénat a décidé l'année dernière qu'aucune réglementation n'était nécessaire, et a plutôt approuvé l'autoréglementation. Afterpay et ses rivaux ont signé un code de conduite volontaire au début de l'année.

Des bénéfices florissants

Malgré ces inquiétudes, la facilité d'utilisation de la technologie d'Afterpay en a fait un moyen très pratique d'effectuer des achats. Son logo est en train de devenir omniprésent. Au cours de l'année écoulée jusqu'au 30 juin, le nombre de commerçants proposant cette option de paiement a augmenté de 77 % pour atteindre 98 200, et le nombre de clients de 63 % pour atteindre 16 millions.

Au cours des six premiers mois de 2021, le bénéfice brut d'Afterpay s'est élevé à 284 millions de dollars, soit environ 150 % de plus que le bénéfice de 113 millions de dollars qu'elle a enregistré au cours des six mois précédant la pandémie de COVID-19 (juillet-décembre 2019).

Le marché du BNPL s'avérant très lucratif, les sociétés de cartes de crédit, les banques et les entreprises technos ont cherché à s'y implanter. Visa a annoncé ses plans BNPL en juillet 2019, et ne fait que déployer sa technologie auprès des commerçants. La Commonwealth Bank of Australia est également en train de mettre en place son offre "StepPay". Paypal a lancé son service "Pay in 4" le mois dernier. Le mois dernier, Apple a également annoncé ses propres plans.

Square, cofondé par Dorsey et Jim McKelvey en 2009, a choisi la voie la plus simple en rachetant le pionnier du marché.

Le conseil d'administration d'Afterpay a recommandé à l'unanimité aux actionnaires d'accepter l'offre. Les actionnaires d'Afterpay et de Square doivent encore approuver l'opération. Il en va de même pour le trésorier Josh Frydenberg, conformément aux lois australiennes sur les investissements étrangers.

Mais tout cela ne sera probablement qu'une formalité. C'est une offre trop belle pour être refusée.

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l'article original ici.

________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant:

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Si vous voulez en apprendre plus sur le Bitcoin et l’investissement dans les cryptomonnaies, voici deux livres parfaits: “Comprendre Bitcoin en 2h" et “Investir dans Bitcoin".

Regardez la dernière vidéo “Les 5 actus cryptos de la semaine”:

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:
Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR
Notre podcast audio: https://www.buzzsprout.com/1111262
Notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCEu7E2wqP3t3QzAWTWF9weg
Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR
Instagram: https://www.instagram.com/fr_cryptonews
Facebook: https://www.facebook.com/cryptonewsFR
Telegram: https://t.me/cryptonews_FR

_________