Accueil ExclusifOpinions

Les exchanges sans KYC survivront-ils dans un marché crypto régulé?

Par Alex Lielacher
Les exchanges sans KYC survivront-ils dans un marché crypto régulé? 101
Source: iStock/JohnnyGreig

Pour ceux d’entre nous qui étaient au fait des tendances cryptos au moment du grand boom de 2017, suivre des procédures KYC (know your customer ou connaissance de la clientèle) lors d’échanges d’actifs numériques était plutôt inhabituel. « Dans le temps », il suffisait d’une adresse e-mail pour s’enregistrer sur la plupart des plateformes d’échange cryptos et le tour était joué. Ce temps est désormais révolu.

Aujourd'hui, le KYC est en fait obligatoire dans tous les exchanges réputés et le nombre d’exchanges sans KYC diminue rapidement. Cela soulève la question suivante : les exchanges sans KYC survivront-ils dans un marché crypto régulé ?

La montée du KYC dans le marché crypto

Bien que la majorité des exchanges d'actifs numériques ne soient pas réglementés de la même façon que les marchés boursiers, la plupart des plateformes d’échange cryptos réputées ont pris des mesures nécessaires afin de se préparer au moment où les deux mondes fusionneront pour ne faire qu’un.

Gemini, basée à New York et pionnière parmi les plateformes d’échange complètement régulée dans le monde est l’un des exchanges instigateurs du KYC. Gemini, fondé par les jumeaux Winklevoss, a toujours mis de l’avant la conformité réglementaire et continue de le faire aujourd'hui avec les récentes offres de postes liées à la conformité et le lancement de sa propre compagnie d'assurance afin de garantir les fonds des utilisateurs.

En début d’année 2017, alors que la bulle ICO (initial coin offering ou première émission de cryptomonnaie) était en plein essor, des régulateurs financiers ont prêté une attention particulière à la protection des consommateurs contre les pertes dans les marchés des cryptos-actifs et ont pris des mesures par rapport à cette situation. Ce qui signifie que les exchanges ont été examinés de près.

Les leaders des exchanges internationaux qui étaient autrefois reconnus pour la facilité du processus d’inscription sans KYC ont suivi les traces de Gemini et ont incorporé des mesures de vérification d'identité dans leur plateforme. Dans plusieurs cas, les petits traders qui déposaient et retiraient que quelques centaines de dollars par mois n’ont pas été affectés. Alors que pour les traders et les whales (les gros portefeuilles), ils n'ont eu d’autres choix que de s’identifier au moyen de procédures KYC standards en ligne comme c’est le cas dans les sociétés de courtage.

Selon les gros volumes d’échange qui demandent une vérification d’identité, voici une liste d’exchanges classés parmi les plus fiables d’après le fournisseur de données sur le marché crypto CryptoCompare : itBit, Gemini, Coinbase, Kaken, Bitstamp,Liquid, Bitfinex, OKEx, bitFlyer, OKCoin, Binance et autres. (consultez nos analyses des exchanges ici)

Cependant, Poloniex a récemment annoncé qu'il n'exigerait pas aux traders de passer les procédures KYC, pourvu que la limite de retrait reste en dessous de 10 000 USD par jour. Cette décision a été prise peu après que l'exchange eut changé de main en passant de Circle à un groupe d'investisseurs asiatiques, y compris Tron qui a été fondée par Justin Sun, une figure très médiatisée. Les grands traders qui déposent et retirent des montants plus élevés que ce qui a été mentionné ci-dessus se verront dans l'obligation de suivre des procédures de vérification d'identité.

Un marché régulé

Si vous suivez les cryptomonnaies depuis un certain temps, vous savez également qu’au cours des dernières années la régulation a été l’un des sujets de prédilection au sein des discussions. Le G20 discute et travaille, apparemment, sur le développement d’une structure de régulation mondiale, tandis que plusieurs nations ont déjà pris des mesures afin d’encourager ou de restreindre les activités cryptos à l’intérieur de leurs frontières.

Quelle que soit la rapidité avec laquelle les législateurs agiront sur la question de la création d’une régulation crypto, nous savons qu’elle est imminente. Les marchés cryptos ont connu une croissance trop importante durant le boom de 2017 pour être ignorés. Bien que les monnaies numériques ne soient pas une menace, ou du moins pas encore, pour le système financier établi, le représentant de la Banque centrale européenne a indiqué que les marchés cryptos sont désormais reconnus comme une autre catégorie d'actifs viable pour les investisseurs.

L’objectif premier des régulateurs financiers est de protéger les consommateurs des services financiers qui leurs sont offerts. À proprement parler, la régulation des cryptos-actifs est un élément prioritaire à l’ordre du jour. Les fraudes massives, le piratage d’exchanges, ainsi que les pump and dump (type de fraude) qui rongent le marché ont laissé des millions d’investisseurs cryptos avec de lourdes pertes. Résultats, les régulateurs veulent prendre les mesures nécessaires afin de prévenir la perte d’argent chez les investisseurs potentiels due à ces types de fraudes. Le risque de blanchiment d'argent et de financement d'activités terroristes est une autre question sur laquelle les régulateurs financiers et les législateurs veulent se pencher.

Il est par conséquent difficile d'envisager un avenir sans procédures KYC.

Sam Blackmore, PDG de la plateforme d’investissement Bitcoin Vimba, est parfaitement en accord avec ce concept. Il a indiqué à l’équipe de Cryptonews.com :

« La vérité c’est que les exchanges ont besoin d’une approche pragmatique permettant au Bitcoin de réaliser son plein potentiel d’adoption. Je ne peux donc pas concevoir un avenir dans lequel les exchanges ne mettraient pas en place des procédures KYC pour survivre »

Comment les exchanges décentralisés (DEX) vont s’intégrer au marché crypto ?

Aujourd'hui, lorsqu'il s'agit d’échanger anonymement, les DEX sont de loin l’option la plus attrayante. La plupart d’entre eux fonctionnent on-chain à l’aide de contrats intelligents et n’ont même pas besoin d’une adresse e-mail pour pouvoir procéder. Les échanges réalisés sur un exchange décentralisé sont effectivement anonymes. De plus, comme les DEX sont, du moins en théorie, des protocoles qui fonctionnent indépendamment de leurs propriétaires, il est difficile de les réglementer.

Pendant combien de temps les exchanges décentralisés seront-ils autorisés à fonctionner de cette façon ?

La souveraineté financière, la liberté individuelle et l’indépendance sont les pierres angulaires du Bitcoin et de la cryptomonnaie. Il ne serait pas surprenant que les développeurs et les entrepreneurs qui partagent la philosophie crypto-anarchiste (cypherpunk) continuent de légitimer l’achat et la vente de la cryptomonnaie de façon anonyme. Toutefois, les options qui permettent de procéder ainsi deviennent de plus en plus limitées, car la cryptomonnaie est passée en mode grand public en tant que bien d’investissement.

Somme toute, pour les opérateurs d’exchange qui veulent bâtir des entreprises rentables, il faut savoir que les procédures KYC vont fort probablement devenir obligatoires partout dans le monde.

_________________________________

Suivez nos liens d'affiliés pour:

Acheter des cryptomonnaies

  • Sur Coinhouse (Zone SEPA Europe et citoyens français).
  • Sur Switchere (Achat direct par carte de crédit, sauf au Canada) 
  • Sur BitBuy (Uniquement au Canada).
  • Sur BC Bitcoin (Europe, Canada).
  • Sur eToro (Sauf au Canada).

Sécuriser vos cryptomonnaies

Payer toutes vos factures ou envoyer de l'argent vers votre banque

  • Bylls (Disponible uniquement au Canada).

Accumuler des cryptos en jouant au poker

________________

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles