Les avocats de SBF en veulent toujours plus et demandent une mise en liberté provisoire

Siméon Allegaert
| 2 min de lecture

Les avocats de Sam Bankman-Fried demandent avec insistance à un tribunal de district américain d’accorder à l’ancien directeur général de la plateforme FTX une libération temporaire. 

Ces derniers réclament une autorisation de sortie pour leur client avec un minimum de cinq jours par semaine, cela afin d’avoir des réunions privées dans le but d’organiser sa stratégie de défense. D’après les avocats, cette procédure a pour objectif principal de permettre à SBF d’examiner des documents dans un cadre favorable en vue de son prochain procès.

Sam Bankman-Fried : les avocats demandent une libération temporaire pour préparer la stratégie de défense

De son côté, Sam Bankman-Fried peut actuellement rencontrer ses avocats dans une salle du palais de justice seulement deux jours par semaine, ce qui, selon ces derniers, est très loin des sept jours par semaine qu’il consacrait jusqu’à maintenant à la préparation de son procès prévu dans le courant du mois d’octobre 2023. À ce propos, les avocats du directeur déchu ont déclaré par l’intermédiaire d’une lettre datant du vendredi 25 août :

« Pour préparer de manière efficace sa stratégie de défense, M. Bankman-Fried a besoin d’un accès permanent à un ordinateur connecté à Internet, notamment pour faire des recherches en ligne et examiner les documents de la procédure, cela en plus de communiquer correctement avec ses avocats. »

Les avocats ont également fait valoir que l’ordinateur portable remis à Sam Bankman-Fried disposait d’une autonomie relativement limitée, qu’il n’y avait pas de prise de courant dans la cellule de leur client pour le recharger et que la connexion Internet mise à la disposition de SBF était particulièrement faible. Toujours selon les avocats de l’ancien directeur, Sam Bankman-Fried pouvait consacrer entre 80 et 100 heures par semaine à sa défense avant qu’il ne soit placé en détention à la suite de la révocation de sa caution.

Pour rappel l’ancien milliardaire a été envoyé en prison en attendant son procès au début du mois, après que les procureurs en charge l’aient accusé de subornation de témoins. Cela en divulguant au New York Times le journal intime de son ancienne collègue et ex-petite amie Caroline Ellison ainsi qu’en utilisant une application de messagerie cryptée pour contacter un témoin potentiel.

Sam Bankman-Fried risque plus de 100 ans de prison s’il est reconnu coupable d’une série de chefs d’accusation, notamment de fraude, à la suite d’allégations selon lesquelles lui et d’autres dirigeants de FTX auraient utilisé des milliards d’actifs de clients pour réaliser leurs propres investissements qui ont échoué. Face à cette situation catastrophique, la plateforme FTX s’est placée sous la protection de la loi sur les faillites à la fin de l’année dernière.

De son côté, le juge Lewis Kaplan a ordonné lundi au gouvernement de répondre à la lettre de Sam Bankman-Fried datée du 25 août au plus tard le mardi 29 août.

Source : The Block