Binance Japon s’appuiera sur Liquid pour la vérification biométrique de l’identité malgré les problèmes de confidentialité

Thomas Renault
| 3 min de lecture
Binance Japon s'appuiera sur Liquid pour la vérification biométrique de l'identité malgré les problèmes de confidentialité

Alors que Binance se prépare à faire son retour sur le marché japonais le 14 août, la plateforme a révélé son partenariat avec Liquid, un service d’authentification de données biométriques. Cette collaboration vise à répondre aux exigences réglementaires établies au Japon pour l’exploitation d’une plateforme d’échange de cryptomonnaies, malgré les préoccupations liées à la confidentialité.

Une adaptation aux réglementations japonaises strictes

Selon la réglementation, les plateformes d’échange de cryptomonnaies doivent se conformer à des procédures KYC (Know Your Customer) strictes. Ces mesures comprennent la mise en place de processus détaillés de vérification d’identité et la diligence requise à l’égard des clients pour prévenir le blanchiment d’argent

Hiroki Hasegawa, le PDG de Liquid, a expliqué dans une déclaration du 10 août que le service eKYC offre des technologies de reconnaissance faciale et de reconnaissance d’images de documents d’identité supérieures.

Binance Liquid KYC Japon
Source : prnewswire

La déclaration souligne la capacité du service à s’adapter aux différentes exigences réglementaires entre les nations – ce qui est crucial dans le secteur de la cryptomonnaie. Le eKYC de LIQUID offre une authentification faciale de premier ordre grâce à sa compétence unique de traitement d’images basée sur l’IA, permettant une vérification d’identité fluide conformément au cadre juridique et de sécurité respectif de chaque pays.

Le 28 mai, Binance a annoncé qu’elle mettrait fin à son soutien aux utilisateurs japonais sur la plateforme mondiale d’ici le 30 novembre. Cela donne le temps aux utilisateurs japonais de suivre le processus KYC et de migrer vers la plateforme Binance Japan conforme à la réglementation. 

Takeshi Chino, directeur général de Binance Japon, a souligné l’importance pour la plateforme de respecter les exigences réglementaires strictes du Japon en matière de KYC. 

“Nous sommes ravis de lancer notre plateforme au Japon d’une manière entièrement conforme avec des solutions eKYC strictes et complètes activées par Liquid. Binance continuera de maintenir un niveau élevé de sécurité et de conformité au Japon”. 

Malgré la mise en place de réglementations strictes, le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a récemment exprimé lors d’une conférence ses grands espoirs pour l’industrie du web3

“J’espère que l’industrie du web3 retrouvera son attention et sa vitalité, et que de nouveaux projets verront le jour”, a déclaré Kishida.

Controverse autour de la collecte de données biométriques

L’importance du KYC réside dans sa capacité à prévenir les activités criminelles liées à la cryptomonnaie. Cependant, la collecte insistante de données biométriques a dernièrement été critiquée. Worldcoin, le projet de cryptomonnaie fondé par le PDG d’OpenAI, Sam Altman, a été critiqué pour l’utilisation de la technologie de balayage de l’iris. Pour s’inscrire, les utilisateurs doivent scanner leur iris en échange de tokens Worldcoin gratuits et d’un ID numérique unique, appelé World ID. 

Ce processus est mis en place pour garantir que les utilisateurs sont vérifiés comme étant humains et qu’ils ne s’inscrivent qu’une seule fois. Cependant, des questions ont été soulevées concernant les préoccupations en matière de confidentialité et les considérations éthiques. Fondamentalement, il s’agit de payer les gens pour accéder à des données sensibles.

Les personnes aisées peuvent choisir de le faire ou non. En revanche, cela s’est avéré plus attrayant pour les personnes dans les pays du tiers monde, dont le Soudan, l’Indonésie et le Kenya. Les autorités kényanes ont apparemment perquisitionné l’entrepôt de Worldcoin à Nairobi le 2 août, saisissant des machines censées contenir des données stockées.

Source : Beincrypto