Binance souhaite que Gary Gensler se retire du procès intenté par la SEC

Siméon Allegaert
| 3 min de lecture

Les avocats de Binance ont réaffirmé devant la justice que Gary Gensler, le président de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, devrait se dessaisir de l’affaire qui l’oppose à la plateforme en raison de son implication passée qui compromet fortement sa position. Gary Gensler aurait en effet tenté de décrocher un emploi au sein de Binance il y a de ça plusieurs années.

Les représentants légaux de la plateforme ont officiellement fait part de ces préoccupations dans une lettre destinée au tribunal à la date du dimanche 4 juin, tout en expliquant que ces remarques avaient déjà été prononcées au mois de février dernier. À ce propos, ces derniers soulignent et déclarent :

« Comme nous l’avons déjà fait savoir il y a près de quatre mois, Gary Gensler aurait dû être écarté de cette affaire au regard de ses antécédents et du fait de son implication personnelle avec la plateforme d’échange. »

Il reste pour le moment difficile de savoir avec certitude quel sera l’impact réel de cette annonce sur la procédure en cours. À noter que la Securities and Exchange Commission (SEC) est dotée d’une division spécifiquement chargée de l’application des lois, celle-ci étant composée d’employés de longue date qui supervisent des affaires complexes telles que celles intentée contre Binance et son directeur, Changpeng Zhao.

La SEC a déclaré au tribunal du district de Columbia, dans des documents déposés précédemment au cours de la semaine, que son enquête sur la version américaine de Binance était déjà en cours à la fin de l’année 2020, à savoir quelques mois avant que Gary Gensler ne soit nommé à la présidence de l’agence de régulation américaine. Face à ce problème, un porte-parole de la SEC indique :

« Le président est parfaitement au courant de ses obligations éthiques et est en conformité absolue avec ces dernières, cela y compris en ce qui concerne la réglementation relative à la récusation. L’agence tient à rappeler qu’elle considère très sérieusement les règles en matière de déontologie, et c’est quelque chose qui est également très important pour le président Gary Gensler à titre personnel. »

De son côté, Binance a soutenu que Gensler avait un jour proposé de servir en tant que conseiller au service de la plateforme quelques temps avant sa nomination au gouvernement. Il a par ailleurs déjeuné avec le PDG de Binance, Changpeng Zhao, lors d’un voyage au Japon au mois de mars 2019, où ils ont discuté de la version américaine de la plateforme Binance, mais également de l’avenir du Binance Coin (BNB) et du secteur crypto en général.

Source : CoinMarketCap

À la date de rédaction de cet article, le BNB évolue aux alentours de 263,29 dollars avec un volume de trading de 516,74 millions de dollars sur les dernières 24 heures (ce qui équivaut à une baisse de 45.79% en comparaison avec les chiffres de la veille d’après les données de CoinMarketCap) ainsi qu’une capitalisation boursière totale fixée à 41,03 milliards de dollars, plaçant la cryptomonnaie à la 4ème place de l’écosystème.

Ces rebondissements interviennent alors que Changpeng Zhao juge d’un oeil favorable les démarches actuellement en cours au sein de l’Union européenne avec les dernières mesures liées à la réglementation MiCA. Le directeur de la plateforme Binance a ainsi fait savoir via un message publié sur Twitter qu’il considérait ce cadre légal comme une potentielle source d’opportunités à venir en raison de sa clarté. D’après un grand nombre d’observateurs, il s’agit d’un point central qui fait cruellement défaut pour les entreprises crypto implantées sur le territoire américain.