Binance supprime certains avantages sociaux de ses employés

Thomas Julia
| 3 min read

Mais que se passe t’il chez Binance? Après avoir licencié 1000 employés ces derniers mois, le très sérieux Wall Street Journal vient d’annoncer qu’elle avait supprimé un grand nombre d’avantages sociaux de ses employés. Empêtrée dans des démêlés judiciaires avec la SEC et avec une part de marché qui ne cesse de s’éroder, la société hongkongaise demeure malgré tout la plus grande plateforme d’échange de cryptos au monde. Mais le colosse est-il en péril? Décryptage. 

Une nouvelle douche froide pour les employés de Binance

Après l’annonce du licenciement de 1000 employés ces derniers mois (soit 12,5% de son effectif total) le monde de la crypto s’interrogeait sur la santé de Binance. Ce n’est pas la nouvelle annonce parue dans le Wall Street Journal qui va lever les interrogations. Les employés de plateforme créée par Changpeng “CZ” Zhao se sont vus retirer des avantages sociaux. Premièrement, les frais liés aux téléphones portables seront diminués. Ensuite, l’entreprise ne remboursera plus les dépenses de activités sportives. Un avantage très courant dans les entreprises américaines, qui partagent le mantra: un esprit sain dans un corps sain. 

La plus surprenante des décisions de l’entreprise est certainement la suppression des remboursements des frais liés au travail à domicile. Surprenante car l’entreprise fondée à Hong-Kong 3 ans avant le début du COVID s’est toujours mise en avant comme “remote-friendly”. En français, une firme favorisant le travail à domicile. 

2023, annus horribilis pour Binance 

L’année 2023 a tout d’un cauchemar pour Binance. Surtout depuis le mois de juin, et l’assignation en justice de la Security and Exchange Commission. Pour rappel, la SEC accuse Binance de ne pas avoir effectué l’enregistrement de sa plateforme aux États-Unis, ainsi que de ses propres crypto-monnaies telles que le BNB et ses autres produits financiers. 

En outre, le régulateur affirme que la filiale américaine ainsi que les fonds déposés par les clients étaient sous le contrôle direct de la société mère. De plus, Binance a également été ciblé par les organismes de réglementation boursière de plusieurs autres pays, notamment l’Australie, le Canada, le Nigéria, les Pays-Bas et la Belgique.

A ces ennuis judiciaires s’ajoute une érosion de la part du marché du géant fondé par CZ. Une érosion qui a débuté avant les poursuites lancées par la SEC, aux alentours de février. Une concurrence accrue et la réintroduction des frais sur les transactions de bitcoins semblent être les causes de ce recul spectaculaire. 

Une décision qui interroge 

L’annonce des suppressions des avantages sociaux des employés peut paraître anecdotique. Mais dans un tel contexte, elle interroge les observateurs du monde de la crypto qui disent de plus en plus tout haut ce qu’ils pensaient tout bas. Le géant de la crypto est-il en train de s’éteindre à petits feux? 

 Alors que l’entreprise a évité de peu le gel des ses actifs aux USA, ce qui aurait entraîné un arrêt total des activités de sa filiale, la question peut légitimement se poser. Sa disparition serait un cataclysme dans le monde des cryptos. La santé de la firme fondée à Hong-Kong seraa donc au centre des préoccupations lors des prochains mois.

Sources: Theblock, Cointelegraph, CNN