Binance va délister les ” privacy tokens ” présents sur la plateforme dans quatre pays européens dont la France

Antoine Palloteau
| 4 min de lecture

Binance, la plus grosse plateforme d’échange de crypto-monnaie au monde, va bientôt retirer 12 privacy tokens de sa plateforme dans quatre pays européens que sont  l’Espagne, l’Italie, la Pologne et surtout, la France

A partir du 26 juin prochain, des cryptos comme dash ($DASH), verge ($XVG), beam ($BEAM), navcoin ($NAV), firo ($FIRO), horizen ($ZEN), secret ($SCRT), zcash ($ZEC), pivx ($PIVX), decred ($DCR), mobilecoin ($MOB) ou encore monero ($XMR) seront indisponibles à l’achat sur Binance. 

Les privacy tokens posent problème pour certains régulateurs européens

Un privacy token est une forme de cryptomonnaie qui vise à protéger la vie privée des utilisateurs, encore plus qu’avec le pseudo-anonymat que fournissent des réseaux décentralisés classiques comme Bitcoin ou Ethereum. Les détails d’une transaction en privacy token sont masqués, préservant ainsi l’anonymat des utilisateurs. 

Les protocoles associés aux privacy tokens font usage de techniques de confidentialité avancée pour assurer la sécurité et l’opacité des échanges financiers. Parmi ces techniques, on retrouve des mécanismes de mélange des transactions (transaction mixing), l’utilisation de signatures cryptographiques particulières et des protocoles de chiffrement complexe

Cependant, ces solutions de transactions anonymes posent problème aux yeux de certains régulateurs européens. En effet, les privacy tokens sont pointés du doigt car leurs réseaux pourraient abriter des transactions liées à des activités illégales ou du blanchiment d’argent. Les transactions étant totalement anonymisées, les autorités espagnoles, polonaises, italiennes et françaises craignent que des réseaux clandestins passent sous le radar

L’Europe pousse de plus en plus pour une régulation des crypto-actifs dans l’Union. La décision par certains membres de bannir les privacy coins intervient alors que l’UE fait avancer son cadre réglementaire des marchés des crypto-actifs” MiCA” (Markets in Crypto Assets). Son entrée en vigueur prévue pour 2024, la réglementation MiCA pourrait bien empêcher les plateformes d’échange crypto de soutenir les privacy tokens, et ce, à l’échelle de toute l’Union Européenne. 

Binance a fait connaître la nouvelle à ses utilisateurs

La crypto-bourse va devoir retirer ses privacy tokens en Espagne, en Italie, en Pologne et en France. Binance a donc entrepris de contacter les utilisateurs concernés

Binance veut se conformer aux exigences des régulateurs locaux. Dans une interview donné à The Block, un porte-parole de la célèbre plateforme d’échange déclare :

“Dans le cadre du processus de mise en conformité de Binance, nous avons contacté les utilisateurs concernés pour les informer qu’ils ne pourront plus acheter ou échanger de privacy tokens sur notre plateforme après le mois de juin” 

En effet, dans un e-mail envoyé aux utilisateurs français, Binance explique : 

Une mauvaise nouvelle pour les privacy tokens  ? 

L’annonce a fait du bruit dans la communauté crypto. Si les principaux privacy tokens ont vu leur prix daily baisser au moment de l’annonce par Binance ce mercredi, les mouvements de fonds semblent également augmenter. Par exemple, Monero (XMR) a vu son volume de transaction augmenter de 14% sur les dernières 24 heures

Néanmoins, pas certain que cela soit corrélé à l’annonce faite par Binance, car dash ($DASH) deuxième privacy token du marché en terme de capitalisation boursière, a lui, vu son volume d’échange légèrement baisser, d’environ 2%, lors des 24 dernières heures. 

Enfin on notera que le cours des privacy tokens semblent suivre le cours du marché des crypto-monnaies en général. 

Le prix du Monero (XMR) semble toujours suivre les fluctuations du Bitcoin (BTC). Même chose pour le Dash (DASH). 

Si le retrait des privacy token de Binance ne semble pas encore avoir de conséquence significative sur le prix des crypto-monnaies concernées, les régulations progressives de ce type d’actif numérique en Europe pourraient avoir des conséquences dans le futur. Un abandon par le marché européen de ce type d’actifs impactera probablement les écosystèmes concernés qui devront, très certainement, à l’avenir, faire face à des contraintes de plus en plus pesantes, notamment avec MiCA en 2024. 

 

Source : The Block