Breaking : la police kényane perquisitionne l’entrepôt de Worldcoin

Thomas Julia
| 3 min de lecture

Le conflit entre le Kenya et Worldcoin vient de franchir une nouvelle étape. Après avoir suspendu au début du mois les activités du projet initié par Sam Altman, un des fondateurs d’Open AI, dans le pays, la police kényane vient d’annoncer avoir effectué une perquisition dans l’entrepôt de la société.  Elle a saisi des documents et des machines et les a rapportés au siège de la Direction des enquêtes criminelles pour analyse, selon un communiqué. Quid de l’avenir du projet alors que des investigations similaires pourraient avoir lieu en Europe? 

Worldcoin, c’est quoi?

Pour rappel, Worldcoin a été lancé fin juin par la société Tools for Humanity. Le projet ambitionne de devenir un passeport digital basé sur la blockchain, offrant à ses utilisateurs la capacité de confirmer leur identité sans divulguer d’informations personnelles. Pour celà, l’utilisateur doit se prêter à une analyse de son iris via un “orb”, un dispositif biométrique. En échange de ce scan d’iris, l’utilisateur obtient un passeport et une part de Worldcoin, la monnaie numérique associée au projet.

Des scans d’iris par milliers au Kenya 

Cependant, il semble que le succès du projet ait dépassé toutes les attentes au Kenya. A partir de fin juillet, on a pu assister à la formation de queues interminables dans de nombreux centres commerciaux du pays. Chaque personne voulant se faire scanner l’iris afin de recevoir 7 000 shillings (soit environ 45 euros), une somme importante pour de nombreux kenyans affectés par la crise économique. Des cryptos que la plupart des utilisateurs ont revendues dans les jours suivants. 

Un succès qui semble avoir ébranlé les autorités du pays, qui ont suspendu les activités de Worldcoin début août, afin de s’assurer que le projet respecte bien la loi sur la protection des données promulguée en 2021. Dans la foulée de cette décision, une perquisition a donc été effectuée dans l’entrepôt de la société. 

Le gouvernement kenyan reprend la main 

La nouvelle, qui fait l’effet d’une bombe, a été annoncée par le média Kahawatungu. “Les officiers soutenus par des responsables de plusieurs agences se sont rendus dans les bureaux le long de Mombasa Road armés d’un mandat de perquisition et ont fait irruption samedi avant de repartir avec des machines qui, selon eux, stockent les données recueillies par l’entreprise”. Aucune autre information n’a été publiée pour le moment. 

L’ODPC (Office of the Data Protection Commissioner), après avoir conclu en avril que les activités de Worldcoin étaient conformes aux lois kényanes sur la protection des données, est revenu plus tard sur cet avis. Après un deuxième examen, il a été trouvé “un certain nombre de préoccupations réglementaires légitimes” autour du projet. Les autorités britanniques , françaises et allemandes se questionnent également sur le projet pour des motifs similaires.

Worldcoin n’a pas encore communiqué sur le sujet. Le cours du jeton (WLD) est resté inchangé sur les dernières 24 heures à 2,07 dollars, selon les données de CoinMarketCap.

Sources: Coindesk, Protos, Techcabal