Cette célèbre investisseuse reste fidèle aux cryptos et affirme que le Bitcoin et l’Ethereum sont “sur la bonne voie”

Fredrik Vold
| 2 min de lecture
Source: AdobeStock / Wirestock

La célèbre gestionnaire de fonds Cathie Wood a déclaré qu’elle resterait fidèle à ses investissements en cryptomonnaie. Elle continue de faire l’éloge du Bitcoin (BTC) et de l’Ethereum (ETH) et d’avoir confiance dans ces blockchains décentralisées.

S’exprimant sur CNBC ce lundi, Cathie Wood, la PDG de la société de gestion d’actifs Ark Invest, a fait l’éloge du Bitcoin en particulier pour être la blockchain la plus décentralisée et la plus transparente dans l’univers de la crypto. Elle a également fait des comparaisons avec le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, et a déclaré qu’il y avait des raisons évidentes pour lesquelles il préférait d’autres blockchains à Bitcoin.

“Sam Bankman-Fried n’aimait pas le Bitcoin. Pourquoi ne l’aimait-il pas ? Parce que c’est complètement décentralisé, transparent, il ne pouvait pas le contrôler”, a déclaré Wood dans l’interview.

Elle a ajouté que les entreprises qui ont fait faillite pendant la crise cryptomo l’année dernière, notamment FTX, le prêteur de crypto Celsius et le fonds spéculatif Three Arrows Capital (3AC), étaient toutes “complètement opaques et centralisées”.

Les blockchains décentralisées elles-mêmes, en revanche, sont restées résilientes, a expliqué Wood :

“Les blockchains, que l’on parle de Bitcoin ou d’Ethereum et de bien d’autres, n’ont pas failli. Les transactions ne se sont pas arrêtées. Et je pense que cela nous a donné beaucoup de confiance dans le fait qu’elles sont effectivement sur la bonne voie.”

“Trois révolutions”

Cathie Wood soutient la thèse que l’univers des cryptos perturbe la finance traditionnelle et a un impact sur la société au sens large. Selon elle, il y a “trois révolutions” qui sont basées sur l’essor des cryptomonnaies.

“Il y a la révolution de l’argent, ça c’est le Bitcoin et Ethereum. Il y a la révolution des services financiers, Ethereum. Et il y a cette notion de droits de propriété numériques… ça, c’est le Web3”, a-t-elle déclaré dans l’émission Squawk on the Street sur CNBC.