CoinDesk licencie 45% de son équipe éditoriale

Thomas Julia
| 3 min de lecture

Les vagues de licenciements ne touchent pas seulement les entreprises dans la crypto, mais aussi les médias. C’est le licenciement de 20 personnes (soit 45% de son équipe éditoriale) par CoinDesk, l’un des plus gros sites d’actualité sur les monnaies numériques, qui vient nous le rappeler. L’annonce a été faite aux salariés lundi. Le but est de diminuer les charges afin d’accueillir plus facilement de nouveaux investisseurs à la barre. Tous les détails de cette décision forte qui augure de nouveaux horizons pour l’entreprise fondée en 2013. 

L’hiver des cryptos a laissé des traces 

CoinDesk a été fondé par l’entrepreneur Shakil Khan et a commencé à publier en mai 2013. En 2015, la société diversifie ses activités en organisant le premier Consensus, son sommet annuel sur les cryptos. Un an plus tard, le média est racheté par DCG (Digital Currency Group) pour un montant estimé entre 500 000 et 600 000 dollars

Aujourd’hui, DCG souhaite vendre la plupart des parts de CoinDesk à de nouveaux investisseurs. Car la société basée à Stamford, dans le Connecticut, a été impactée par l’hiver crypto de plusieurs manières. Sa filiale Genesis a déposé son bilan en janvier, n’ayant pas survécu à la faillite de Three Arrows Capital, qui avait une dette envers DCG de 1,1 milliard de dollars. 

Toujours en janvier, la Securities and Exchange Commission des États-Unis a intenté une action contre Genesis et Gemini, une autre filiale de DCG, pour vente de titres non enregistrés. Enfin, selon une note publiée début août, DCG fait également l’objet d’une enquête du département des services financiers de l’État de New York. 

Le groupe est donc à la recherche de nouveaux investisseurs. Fin juillet, le Wall Street Journal a annoncé que la société était sur le point de conclure un accord de 125 millions de dollars avec un groupement dirigé par l’investisseur en crypto Matthew Roszak. Dans le cadre de l’accord, DCG conserverait une participation minoritaire dans CoinDesk. Pour la direction du média, c’est la raison principale de ce plan de licenciements massifs. 

Un licenciement en 2 jours 

C’est en tout cas ce que confirme Kevin Worth, PDG du média. “Il s’agit d’une étape nécessaire pour garantir une entreprise financièrement saine et pour nous mettre sur la voie de la conclusion de l’accord de vente de CoinDesk Inc”. Même s’il reconnaît la difficulté humaine de cette opération, menée en 2 jours. 

Les employés ont été informés le lundi par mail et une réunion pour divulguer toutes les informations a été organisée le lendemain à 16 heures. “Le but de la réunion est d’informer tout le monde qu’aujourd’hui plusieurs rôles, principalement dans notre équipe média, ont été impactés par une réduction des effectifs” précise Kevin Worth. “C’est un message incroyablement difficile à envoyer à tout le monde par e-mail et pourtant je voulais aussi que tout le monde chez CoinDesk sache dès que possible ce qui se passe aujourd’hui.” Une volonté de se débarrasser du fardeau de manière rapide et en toute transparence pour la direction, mais qui a dû être ressentie de manière brutale par les employés. 

Sources: Theblock, Cointelegraph, Cryptoslate