CoinShares : le gestionnaire européen de cryptomonnaies va lancer son propre hedge fund

Siméon Allegaert
| 3 min de lecture

CoinShares

CoinShares, le principal gestionnaire d’actifs crypto à l’échelle européenne, a récemment lancé un hedge fund pour ses clients basés aux États-Unis. Le directeur général de CoinShares, Jean-Marie Mognetti, envisage cette nouvelle stratégie comme une progression naturelle qui correspond à l’évolution du paysage macroéconomique. Décryptage des implications de cette initiative particulièrement ambitieuse au cours de cet article.

CoinShares : le gestionnaire européen de cryptomonnaies va lancer son propre hedge fund


La nouvelle a officiellement été annoncée par les représentants de CoinShares le vendredi 22 septembre, déclarant que l’entreprise déploierait ses offres pour les investisseurs américains qualifiés pour la toute première fois. La nouvelle division, appelée CoinShares Hedge Fund Solutions, est la réponse de la société à la demande croissante des acteurs institutionnels et des gros portefeuilles pour des produits financiers basés sur certains crypto-actifs, tels que le Bitcoin et l’Ethereum.

CoinShares est un groupe qui profite d’une position dominante sur le secteur de l’investissement et du trading d’actifs numériques. Ce dernier propose une large gamme de service financiers à travers le monde pour des clients individuels, des entreprises et des institutions financières. À noter que le siège social de CoinShares est basé à Jersey et que le groupe est à la fois présent en France, en Suède, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Avant de poursuivre, il apparait comme crucial de noter que CoinShares Capital est une filiale à part entière de CoinShares, il s’agit d’un courtier officiellement enregistré auprès de la Financial Industry Regulatory Authority des États-Unis et qui mènera des activités de marketing auprès des investisseurs américains qualifiés pour les produits de CoinShares Hedge Fund Solutions.

 

Un porte-parole de CoinShares a déclaré au média Cointelegraph que le nouveau fonds spéculatif a commencé ses activités dès le début du mois d’août 2023, mais que l’information n’avait pas encore été communiquée jusqu’à présent. À ce propos, Lewis Fellas, responsable de CoinShares Hedge Fund Solutions, souligne et ajoute :

« Le secteur crypto est un espace plein de promesses et d’opportunités pour les investisseurs. Nous sommes convaincus que ce dernier progresse à une vitesse fulgurante vers une adoption massive auprès du grand public. Les exigences des investisseurs institutionnels vis à vis de cet écosystème sont en constante mutation en raison de l’évolution des risques. »

La décision de CoinShares apparait comme téméraire à l’égard du contexte régulatoire aux États-Unis


Depuis le début de l’année, Lewis Fellas et le reste de l’équipe de développement ont mis en place une série de stratégie afin de mettre en place une plateforme disposant d’une performance inégalée. Pour ce faire, la nouvelle division dédiée à la gestion de fonds spéculatifs va proposer une large gamme de produits d’investissement adossés à des crypto-actifs. Cette dernière assure que ses services seront à la fois sécurisés et adaptés aux besoin des clients institutionnels, qui diffèrent parfois très fortement de ceux des traders individuels.

Cette nouvelle intervient en dépit d’un contexte difficile où la réglementation en matière de crypto-actifs devient de plus en plus stricte dans le pays. Notamment en raison des attaques répétées des agences de régulation comme la Securities and Exchange Commission (SEC) et de son président actuel, Gary Gensler, sur l’entreprise Ripple Labs, ainsi que des plateformes majeures de l’écosystème comme Coinbase et Binance.

Cette dernière a récemment fait les gros titres en raison d’une demande de sa filiale américaine et de son fondateur, Changpeng Zhao, qui ont officiellement déposé une motion afin de demander le rejet de la plainte de la SEC. Les responsables de la plateforme ayant affirmé que le régulateur n’a pas allégué de manière plausible les diverses violations relatives aux valeurs mobilières qui lui sont reprochés.

Source : Cointelegraph