Accueil Actualités

Les exchanges cryptos de plus en plus surveillés en 2019

Par Tim Alper
Les exchanges cryptos de plus en plus surveillés en 2019 101
Source: iStock/aluxum

Les régulateurs et américains et internationaux et les cyberpoliciers ont intensifié leur surveillance des échanges cryptos l'année dernière, la plateforme Kraken a déclaré avoir reçu 710 demandes d'information d'application de la loi en 2019.

L'entreprise a déploré son sort, affirmant que la conformité devient de plus en plus coûteuse et lourde pour les échanges.

Kraken a déclaré,

“La tendance est évidente. Les coûts augmentent, même dans un marché relativement stable."

Dans un tweet qui présentait une infographie de son dernier rapport de conformité, Kraken a souligné une tendance massive à la hausse dans les services de police. Kraken indique qu'il a reçu 475 demandes semblables en 2018 contre seulement 160 en 2017.

Bien que les autorités britanniques aient déposé 86 demandes, la grande majorité des demandes provenaient des États-Unis. Kraken a déclaré par ailleurs que "d'autres pays gagnent rapidement du terrain".

Lire aussi: Une cliente de la Société Générale critique sa banque, celle-ci répond en fermant ses comptes.

Le plus grand organisme demandeur était le FBI, avec 116 demandes. L'American Drug Enforcement Agency a présenté 73 demandes, tandis que la Securities and Exchange Commission (SEC), organisme de réglementation, et l'Internal Revenue Service, autorité fiscale, ont également présenté un nombre important de demandes.

Certains utilisateurs de Twitter ont spéculé sur l'escalade des coûts pour rester en phase avec les questions liées à la conformité.

Quoi qu'il en soit, Kraken semble être en mauvaise santé ; après tout, ce n'est que récemment que l'entreprise a conclu l'acquisition du bureau de vente OTC Circle Trade en décembre.

Kraken a ajouté les services de staking de Tezos en décembre - bien qu'au cours des dernières semaines, il ait dû faire face à un procès civil intenté par un ex-employé qui dit que l'échange a "violé les sanctions internationales".

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles