Accueil ActualitésActualités Bitcoin

Bottom pour les cryptos et silence des institutions financières

Par Sead Fadilpašić
Bottom pour les cryptos et silence des institutions financières 101
Source: iStock/PeopleImages

Il semble que Wall Street soit dans le flou en ce qui concerne ses projets pour les cryptomonnaies, même lorsque certains acteurs de la scène crypto annoncent le bottom. Cependant, ce silence des acteurs institutionnels pourrait être une illusion. Joseph Lubin, co-fondateur de la plate-forme Ethereum et fondateur de la société de technologie logicielle blockchain, ConsenSys, a récemment tweeté:

Traduction: “J’annonce le cryptobottom de 2018. Il est marqué par une quantité épique de peur, d'incertitude et de doute (FUD) de la part de nos amis du 4ème et du 5ème pouvoir".

Dans une série de tweets, il poursuit en expliquant que la récente annonce de la réduction des effectifs de ConsenSys 2.0 a provoqué une “quantité épique de conjectures et de paranoïa préventive”, mais que la société continue de prospérer. En conclusion, ajoute-t-il, “À l'apogée de 2019, si vous pouviez voir le paysage à travers mes yeux, vous devriez porter des lunettes de soleil”.

Changpeng Zhao (CZ), PDG du plus grand exchange crypto au monde, a également exprimé son optimisme dans une récente interview: “Je pense que les acteurs du secteur ont toujours une grande confiance en l'avenir".

La communauté crypto peut être optimiste, mais les traditionalistes semblent méfiants. Selon des sources proches du dossier, le géant bancaire Goldman Sachs n'a que peu progressé dans ses projets en ce qui concerne la crypto, n'ayant recruté que 20 clients, a rapporté Bloomberg. Daniel H. Gallancy, président-directeur général de SolidX Partners, société basée à New York, qui envisage de lancer des ETF Bitcoin aux États-Unis, a déclaré aux médias: "Le marché avait des attentes irréalistes selon lesquelles Goldman ou l'un de ses équivalents pourrait démarrer immédiatement le trading de Bitcoin. C’était une pensée exaltante”.

D’autres sources qui connaissent bien l’affaire, affirment qu’un autre géant, Morgan Stanley, est techniquement prêt à offrir des swaps permettant de suivre les contrats à terme Bitcoin depuis au moins septembre, mais n’a pas encore tradé un seul contrat.

Des rumeurs ont également couru sur sur la banque britannique Barclays qui explorerait les possibilités d’intégrer les cryptos, mais un porte-parole a déclaré à Bloomberg que la banque ne prévoyait pas actuellement de bureau de trading crypto.

Cependant, les professionnels de la cryptographie voient des signes que les institutions se préparent à intervenir si elles en ont besoin. “Ce qu’il faut voir c’est que toute l’infrastructure est actuellement construite pour permettre le trading institutionnel”, a déclaré à Bloomberg Ben Sebley, ancien trader du Credit Suisse Group AG, actuellement responsable des activités de courtage à NKB Group.

Eugene Ng, ancien négociant de la Deutsche Bank AG à Singapour et qui a mis en place le fonds spéculatif crypto Circuit Capital, a ajouté "il semble que les progrès s'arrêtent, mais en même temps rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité".

"Le marché baissier va permettre à beaucoup de ces institutions de construire les fondations appropriées sans se précipiter et mettre en place les infrastructures sans avoir le syndrome FOMO, la peur de rater une ruée vers l'or", a déclaré Ng.

De plus, l’Intercontinental Exchange (ICE), la société mère de la Bourse de New York, lancera probablement sa plateforme Bakkt de trading et de conservation de contrats à terme Bitcoin en janvier, malgré un possible retard de quelques jours. Bakkt a longtemps été considéré comme un grand pas en avant des investisseurs traditionnels vers les cryptos qui pourrait favoriser l’adoption de Bitcoin.
_____

Regardez Henri Arslanian (en anglais), spécialiste fintech pour l'Asie chez PricewaterhouseCoopers, discuter des perspectives des marchés de la cryptomonnaie. Il s’attend à "des choses excitantes" pour l'écosystème crypto en 2019.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles