Accueil Actualités

Orateurs à Davos : « Les cryptos sont trop petites pour la règlementation »

Par Sead Fadilpašić
Orateurs à Davos : « Les cryptos sont trop petites pour la règlementation » 101
Kenneth Rogoff. Source: a video screenshot

«J’ai parlé aux régulateurs et ils ont dit très franchement : Eh bien, il n’y a pas vraiment beaucoup de valeur dans les transactions [en cryptomonnaies], c’est en grande partie de la spéculation. C'est une innovation très intéressante, attendons et voyons ce qui se passe», a déclaré Kenneth Rogoff, professeur d'économie à l'Université de Harvard, qui a pris la parole lors de la deuxième journée du Forum économique mondial de Davos.

Lors du panel intitulé "Construire une crypto-architecture durable", M. Rogoff a évoqué le manque de règlementation dans le domaine des cryptomonnaies. Selon lui, cela tient en partie au fait que les transactions ne sont tout simplement pas assez importantes: «Les gouvernements ne peuvent tolérer les transactions importantes [...]. Mais pour le moment, la règlementation n’est pas encore arrivée. Les États-Unis ont commencé tout doucement à y toucher, mais le reste du monde commence juste à en parler». Il ajoute que «si l’évasion de capitaux devient trop coûteuse, [les gouvernements] ne vont pas aimer cela et ils peuvent trouver des moyens de vous empêcher de dépenser [en cryptomonnaies]».

Au printemps dernier, M. Rogoff a déclaré que «le bitcoin ne vaudra qu'une fraction infime de ce qu'il vaut maintenant dans 10 ans ... Je considèrerais qu’un pris à 100 USD est beaucoup plus susceptible que 100 000 USD dans dix ans». Il a fait valoir qu’au lendemain de la vague potentielle de règlementations sur les cryptos et de l’intérêt nouvellement trouvé des autorités fiscales à s’attaquer aux riches détenteurs de bitcoins, la valeur de la monnaie diminuerait probablement pour ne représenter qu’une petite fraction de son cours.

Dans le même temps, Jeremy Allaire, PDG et cofondateur de la société crypto Circle, a déclaré aujourd'hui que la réputation des cryptomonnaies comme étant la meilleure option pour les criminels est mal placée.

«Le plus grand crime financier que nous ayons est le dollar américain - il s’agit d’un marché de crimes estimé à deux milliards de dollars. [Sur tous] les billets de cent dollars imprimés par la Banque centrale, la moitié d'entre eux sont envoyés à l'étranger. Je me demande qui les réclame», a-t-il déclaré, ajoutant: «Les cryptos sont encore utilisées à faible échelle, et les gros bras sont concentrés sur l'argent que la [Réserve fédérale] donne à des pays du monde entier. C'est là que réside le problème».

Elizabeth Rossiello, fondatrice et PDG de la plateforme de paiements numériques BitPesa, pense qu’il n’y a pas lieu de lutter entre crypto et fiat - elles ne s’excluent pas mutuellement.

«Je suis pour la promotion des monnaies africaines, je suis pour la promotion des gouvernements africains qui retrouvent la capacité de contrôler leurs propres systèmes monétaires, mais il doit y avoir un moyen de vivre en harmonie, où nous ne disons pas que tout est soit complètement décentralisé ou soit nous vivons sous contrôle total. Il faut innover dans ce domaine et c’est là que nous luttons», a-t-elle déclaré.

Cependant, Rogoff craint toujours qu'une décentralisation complète puisse être fatale: «Si quelqu'un veut dépenser des milliards de dollars pour détruire le système financier international, il existe des moyens de le faire [en utilisant la crypto], alors qui appellerez-vous dans ces circonstances? Nous avons [tout] décentralisé».

Mais Allaire ne croit pas qu'il existe un tel risque.

«Nous vivons dans un monde où tout acteur majeur de l’État pourrait faire des ravages dans le système financier mondial en attaquant des systèmes connus. Ce n’est pas propre à la cryptomonnaie, qui est très bien documentée et comprise [...] mais le problème est qu’il s’agit d’une destruction mutuelle. Personne ne veut vraiment détruire le système économique mondial», a-t-il expliqué.

Toutefois, dans le monde entier, les gouvernements s'orientent de plus en plus vers la règlementation et la taxation du secteur des cryptomonnaies, les dirigeants d'Europe et d'Amérique du Sud étant prêts à agir.

Comme indiqué par Cryptonews.com, cette année, les gouvernements se concentreront probablement sur deux domaines: la fiscalité et la règlementation des offres / marketing au public. En outre, après avoir constaté que les cryptomonnaies sont de mieux en mieux règlementées, le grand public pourrait devenir plus disposé à les utiliser et à les adopter.

_____

Regardez toute la discussion à Davos ci-dessous:

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles