DCG parvient enfin à un accord avec les créanciers de Genesis

Thomas Renault
| 3 min de lecture
DCG parvient enfin à un accord avec les créanciers de Genesis

Suite à la déclaration de faillite de Genesis ce mardi, une annonce importante a été faite concernant son avenir financier. Digital Currency Group (DCG), la société mère de Genesis, a déclaré avoir conclu un accord de principe avec les créanciers de l’entreprise

Selon cet accord, les créanciers pourraient récupérer jusqu’à 90 % de leurs investissements, marquant une étape significative dans la résolution des problèmes financiers auxquels Genesis a été confrontée ces derniers temps.

Détails de l’accord : Nouvelles facilités de dette et échéances de remboursement

Genesis, ayant déposé une demande de protection contre la faillite selon le chapitre 11 en janvier dernier, a révélé qu’il détient actuellement des passifs importants. Ceux-ci incluent le paiement d’environ 630 millions de dollars en prêts non garantis qui viennent à échéance en mai 2023, ainsi qu’une note à ordre non garantie de 1,1 milliard de dollars due en 2032.

DCG Genesis faillite chapitre 11
Fin de la procédure pour Genesis, en faillite selon le chapitre 11 aux États-Unis. Source : restructuring.ra.kroll

Dans le cadre de cet accord de principe, DCG envisage de contracter de nouvelles facilités de dette et un accord de remboursement pour régler ces obligations financières. 

Plus spécifiquement, les nouvelles conditions financières comprendront une première facilité de dette garantie de 328,8 millions de dollars avec une maturité de 2 ans, ainsi qu’une deuxième facilité de dette garantie de 830 millions de dollars avec une maturité de sept ans.

Selon les documents judiciaires, DCG prévoit également de régler un montant de 275 millions de dollars en quatre versements échelonnés. Si ce plan est mené à bien, les créanciers non garantis pourraient espérer récupérer entre 70 % et 90 % de leur investissement en équivalent en dollars américains. 

En fonction de la devise de l’actif numérique concerné, le taux de récupération en nature pourrait varier entre 65 % et 90 %.

DCG Genesis créanciers récupération 70 % à 90 %
Si finalisé, l’accord pourrait permettre aux créanciers non garantis de récupérer entre 70 et 90% de leurs investissements en équivalent USD. Source : Alvarez & Marsal

Ce plan, s’il est finalisé, offrirait donc une issue relativement favorable aux créanciers dans un contexte difficile. Il montre ainsi l’engagement de DCG à stabiliser Genesis par des moyens financiers conséquents, contribuant ainsi à la réhabilitation potentielle de la société dans le secteur de la blockchain et des services financiers décentralisés.

Aux racines de la crise : L’impact des faillites de Three Arrows Capital et FTX sur Genesis

En janvier, Genesis a demandé la protection contre la faillite selon le chapitre 11 devant un tribunal fédéral de faillite de New York, suite à des problèmes financiers liés à l’effondrement de Three Arrows Capital et de FTX l’année dernière. Ces événements ont mis en évidence les risques associés à l’industrie de la cryptomonnaie et ont conduit à une situation financière précaire pour Genesis.

Selon les informations disponibles, Genesis doit environ 3,6 milliards de dollars à ses 50 principaux créanciers. Parmi ceux-ci figure Gemini, l’échange de cryptomonnaies fondé par les jumeaux Winklevoss. Cela souligne la complexité et l’envergure des dettes que Genesis doit gérer, et ajoute une dimension supplémentaire aux efforts déployés par DCG pour stabiliser la société.

Source : The Block