La décision du Royaume-Uni de numériser les documents commerciaux pourrait s’appuyer sur la blockchain selon le gouvernement

Benoit de Jessey
| 3 min read

L’adoption par le Royaume-Uni de la loi sur les documents commerciaux électroniques (Electronic Trade Documents Act – ETDA) marque une étape significative dans l’évolution du commerce international. Cette loi, qui autorise l’échange de documents commerciaux sous forme électronique, pourrait bien ouvrir la voie à une adoption plus large de la technologie blockchain dans le secteur du commerce.

ETDA : une révolution pour le commerce international

La loi ETDA, récemment promulguée par le Royaume-Uni, représente une avancée majeure pour le commerce international. Elle autorise l’échange de documents commerciaux tels que les connaissements, les lettres de voiture et les certificats d’assurance sous forme électronique. Cette transition du papier à l’électronique promet d’apporter une plus grande efficacité et rapidité dans le traitement des transactions commerciales.

Avec l’adoption de la loi ETDA, le Royaume-Uni se positionne à l’avant-garde d’une transformation majeure du commerce international. Selon les projections gouvernementales, le passage aux documents numériques pourrait réduire le temps de traitement de 7 jours à seulement 10 minutes, ce qui représente une économie de temps considérable pour les entreprises et les institutions impliquées dans le commerce international.

La blockchain : une solution pour l’implémentation de la loi ETDA

Bien que la loi ETDA n’impose pas l’utilisation d’une technologie spécifique pour l’échange de documents commerciaux électroniques, la technologie blockchain se présente comme une solution idéale. En effet, la blockchain offre une transparence, une immutabilité et une sécurité qui sont particulièrement adaptées à ce contexte.

La blockchain a le potentiel de transformer l’industrie du commerce de manière significative. Elle peut remplacer le réseau complexe et opaque de transactions par un registre transparent et immuable tout en garantissant la sécurité des données échangées. De plus, elle a le potentiel de désintermédier les chaînes d’approvisionnement et de réduire considérablement le nombre de contrôles (douanes, etc.) qu’un envoi international doit subir. Le transfert de titre pourrait également être réduit de plusieurs jours à quelques minutes seulement.

Quelles implications économiques et environnementales ?

L’adoption de documents commerciaux électroniques pourrait générer d’importants bénéfices économiques. La Chambre de commerce internationale estime que la numérisation des documents commerciaux pourrait générer 25 milliards de livres sterling de croissance économique d’ici 2024 et libérer 224 milliards de livres sterling d’économies d’efficacité.

Sur le plan environnemental, le passage à des documents numériques pourrait réduire considérablement la consommation de papier et contribuer aux efforts de durabilité globale. Le gouvernement britannique estime que le secteur du commerce utilise actuellement 28,5 milliards de documents papier par an, ce qui se traduit par environ 2,5 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone dues uniquement au papier et à l’impression dans le commerce international.

De plus, la loi ETDA pourrait également avoir un impact positif sur l’inclusion financière. En facilitant l’accès aux documents commerciaux électroniques, elle pourrait permettre à un plus grand nombre d’entreprises, notamment les petites et moyennes entreprises, de participer au commerce international.

Complexe à mettre en oeuvre

Malgré les nombreux avantages de l’adoption de documents commerciaux électroniques, plusieurs défis se posent, notamment en matière de cybersécurité, de confidentialité des données et de compatibilité technique. Le gouvernement britannique devra donc mettre en place un cadre juridique et réglementaire solide pour accompagner ces changements électroniques tout en protégeant les intérêts des parties prenantes. Malgré ces défis, le mouvement du Royaume-Uni est perçu comme un catalyseur d’un changement mondial vers le commerce numérique, pouvant potentiellement déclencher un effet domino dans d’autres pays, en particulier parmi les nations du Commonwealth, dont beaucoup partagent le même cadre juridique.

Source : ETDA