Le département de la justice veut empêcher les “experts” de Sam Bankman-Fried de témoigner

Thomas Julia
| 3 min de lecture

C’est un nouveau revers judiciaire que vient de vivre Sam Bankman-Fried, alias SBF, le fondateur déchu de FTX, qui attend derrière les barreaux l’ouverture de ses 2 procès pour fraude et blanchiment qui s’ouvriront respectivement en octobre 2023 et mars 2024. Dans une nouvelle requête déposée devant les tribunaux de New York lundi 28 août, le ministère américain de la Justice veut interdire tous les experts nommés par SBF de témoigner à son procès. La défense, elle, souhaite exclure un seul témoin proposé par le ministère de la Justice, un expert en analyse financière. 

7 “experts” dépêchés pour rien? 

Le Department Of Justice a décidé d’écarter les 7 témoins experts proposés par l’équipe de Bankman-Fried. SBF voulait faire venir à la barre Lawrence Akka, un avocat britannique,Thomas Bishop et Joseph Pimbley, travaillant dans des cabinets de conseil, Brian Kim, expert en analyse de données et en médecine légale, Bradley Smith, professeur de droit à la Capital University Law School, Andrew Di Wu, professeur adjoint à l’Université du Michigan et Peter Vinella, présenté comme une expert en services financiers.

Les raisons de ces rejets sont diverses. Le témoignage de Lawrence Akka devrait être refusé car il est voué à définir ce qu’est “trust” en vertu de la loi, une responsabilité qui doit normalement incomber au juge. Les dépositions préalables de Brian Kim et Thomas Bishop ne donnent pas assez de détails sur ce qu’apportent leurs témoignages en dehors de l’évocation de sujets globaux, ce qui est également interdit. Le témoignage du professeur de droit Bradley Smith n’est pas jugé nécessaire, car il évoque des faits qui ne sont pas dans les actes d’accusation. Inutile, comme la potentielle intervention de Joseph Pimbley comme expert pouvant parler du code de FTX. 

“Au procès, le gouvernement appellera… Gary Wang et Nishad Singh, qui ont participé à l’écriture du code de FTX. Ce sont des témoins qui sont compétents pour parler du code” indique le dossier du DOJ. Ce dernier est-il en train de déjouer avec fermeté une énième tentative d’enfumage de SBF? Une hypothèse renforcée par le refus du témoignage de Peter Vinella, qui selon le DOJ possède “une expérience ou une expertise suffisante” dans le domaine des cryptos. Des témoins jugés peu crédibles mais qui coûtent cher, les rémunérations allant de 400 dollars de l’heure pour Thomas Bishop à 1200 pour Bradley Smith. 

SBF et la justice américaine, une histoire pleine de rebondissements 

L’histoire entre Bankman-Fried et la justice américaine, commencée en décembre 2022 avec son arrestation à Nassau puis son extradition vers les Etats-Unis, n’en finit pas de faire parler les médias. Alors qu’il avait initialement été libéré sous caution, SBF a vu les charges contre lui être scindées en 2 procès. Il est ensuite retourné derrière les barreaux le 11 août, pour avoir divulgué des extraits du journal intime de l’ancienne PDG d’Alameda Research et principal témoin du procès, Caroline Ellison. Entre-temps, il a également été accusé par les procureurs d’avoir utilisé les fonds des clients de FTX pour effectuer une centaine de millions de dons à des organisations politiques et par son ancienne société d’utiliser les fonds de l’entreprise pour assurer ses frais de défense au tribunal. SBF n’a pas fini de faire parler de lui. 

Sources: Cointelegraph, Bitcoininsider, Coindesk