23 juin 2022 · 5 min read

Do Kwon déclare qu'il n'est pas un escroc et réitère sa confiance dans Terra 2.0

Do Kwon, le cofondateur de Terraform Labs, s'est exprimé sur Terra 2.0, lancé à la suite du crash dévastateur de Luna classic (LUNAC) et de TerraUSD (UST) le mois dernier.

S'adressant au Wall Street Journal, M. Kwon a déclaré avoir “totalement confiance" dans la "capacité de son équipe à reconstruire un réseau encore plus solide qu'il ne l'était auparavant". Il a ajouté que de nombreuses applications étaient actuellement en train de redémarrer sur la nouvelle chaîne.

Do Kwon. Source: capture video, Terra / Youtube 

Kwon a déclaré au média qu'il avait personnellement perdu de l'argent dans le crash, mais a réfuté les affirmations selon lesquelles Terra était une "fraude" :

"J'ai fait des paris et fait des déclarations au nom d'UST parce que je croyais en sa résilience et en sa proposition de valeur. J'ai depuis perdu ces paris, mais mes actions correspondent à 100% à mes paroles. Il y a une différence entre échouer et monter une escroquerie."

Kwon a ajouté qu'il n'avait jamais vraiment évalué à combien s'élevait ses avoirs en LUNAC, même lorsque le jeton était à sa valeur maximale d'environ 116 USD. Il a expliqué qu'il avait perdu "presque toute" sa "valeur nette" dans le crash. Mais, dit-il, les pertes "ne le dérangent pas" car il mène "une vie assez frugale".

Néanmoins, il a déclaré :

"J'ai été dévasté par les récents événements et j'espère que toutes les familles qui ont été touchées prennent soin d'elles-mêmes et de ceux qu'elles aiment."

Beaucoup de ces "familles" ne se contenteront pas d'excuses. Un certain nombre de procès civils ont été intentés contre Terraform, Kwon et ses partenaires commerciaux en Corée du Sud.

Et le Wall Street Journal a souligné qu'un cabinet d'avocats représentant un investisseur de Terra 1.0 basé à Chicago avait "déposé une plainte en vue d'obtenir le statut de recours collectif contre Kwon, Terraform Labs et plusieurs autres entreprises, les accusant de fraude et de vente de titres non enregistrés".

Terraform Labs a déclaré qu'elle ne ferait aucun commentaire sur les enquêtes en cours, mais a qualifié la plainte de "sans fondement" :

Kwon a également exprimé des regrets quant à son comportement antérieur sur les médias sociaux. Lorsque la "crypto-sceptique" Frances Coppola l'a interpellé, Kwon a répondu :

"Je ne débats pas avec les miséreux sur Twitter, et désolé, je n'ai pas de petite monnaie pour elle en ce moment".

Coppola a affirmé que Kwon s'était montré "très grossier" avec elle.

Kwon a déclaré :

"Est-ce que je regrette certaines des choses que j'ai dites dans le passé ? Oui."

Des personnalités du secteur ont également été citées dans le même article, certaines adoptant un ton cinglant.

Cory Klippsten, le directeur général de Swan Bitcoin, a déclaré :

"Il était juste évident, en voyant comment ce type tweetait, et comment il s'exprimait devant la caméra, et comment il se comportait, que c'était un escroc."

Mati Greenspan, le fondateur du chercheur en crypto Quantum Economics, aurait opiné :

"Je ne comprends pas pourquoi une personne saine d'esprit voudrait investir dans Luna 2.0 après avoir vu Luna 1.0 exploser de façon aussi spectaculaire."

Certains, cependant, se sont montrés plus compréhensifs. Ronald AngSiy, un cadre d'Intellabridge Technology, aurait déclaré :

"J’ai un peu pitié pour Do Kwon, vu la façon dont son nom est traîné dans la boue en ce moment."

Pendant ce temps, le ministère public sud-coréen poursuit son enquête sur Terraform Labs et sur un certain nombre de ses partenaires nationaux et de ses sociétés affiliées. Au moins 10 personnes (employés actuels et anciens de Terraform et des entreprises affiliées) ont reçu une interdiction de quitter le territoire sud-coréen, tandis que Kwon résiderait désormais à Singapour, où Terraform a été fondée en 2018.

Le gouvernement et le parti au pouvoir, le People's Power Party, organisent aujourd'hui à l'Assemblée nationale une réunion d'orientation "post-incident Terra/LUNA". Le thème de la réunion sera la "promotion de l'équité sur le marché des actifs virtuels et la protection des investisseurs", a rapporté Yonhap.

Le Parti démocratique, le plus grand parti à l'Assemblée nationale, a accusé le gouvernement de "négliger" le secteur crypto, affirmant que LUNAC était "effectivement devenu sans valeur."

Selon Newsis, le chef de file du parti a déclaré :

"Malgré les évènements de Terra/LUNA, les mesures visant à protéger les investisseurs se développent toujours à un rythme d'escargot, et les enquêtes et actions judiciaires sur les jetons frauduleux s'avèrent inefficaces."

Suivez nos liens d'affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy
  • Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage de cryptomonnaies ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuite et à nos réseaux sociaux: