07 juin 2022 · 4 min read

Elon Musk cherche-t-il à annuler l'accord d'achat de Twitter ?

L'offre de rachat de Twitter par Elon Musk, le PDG de Tesla, pour un montant de 44 milliards de dollars pourrait ne pas aboutir, certains experts juridiques affirmant que le milliardaire pourrait utiliser la rumeur de la "prépondérance" de “bots” sur la plateforme de médias sociaux "comme excuse pour abandonner ou renégocier" son accord.

Elon Musk. Source: capture video, Future Unity / YouTube

Bloomberg a cité Andrew Freedman, partenaire et spécialiste des investissements activistes au sein du cabinet juridique Olshan Frome Wolosky :

"Il est en train de jouer au plus fin. Il essaie de créer une trace écrite. Ce qui est malheureux pour Musk, c'est que les dispositions de résiliation prévues dans les accords de fusion ne permettent pas le remords de l'acheteur."

Toutefois, le même média a cité deux sources anonymes qui ont affirmé que "dans les coulisses", l'accord de Musk pour acheter Twitter "se poursuit", les "deux parties" continuant à "se rencontrer régulièrement et à partager des informations."

En public, cependant, la situation semble très différente. AP a rapporté que l'équipe juridique de Musk avait soumis une lettre qui accusait Twitter de ne fournir que des détails sur les méthodes de test de Twitter. Musk avait plutôt demandé à voir les données sur les bots sur la plateforme et avait précédemment affirmé que jusqu'à 20% des comptes pouvaient être automatisés. La direction de Twitter a affirmé que ce chiffre ne dépassait pas 5 %.

Musk a précédemment qualifié les bots liés aux cryptomonnaies de "problème ennuyeux sur Twitter".

Les avocats de Musk ont écrit que le refus de Twitter de se conformer aux “demandes de données" de Musk représentait une "violation substantielle" de l'accord de transaction. Selon eux, cela donne à Musk le droit de se retirer de l'accord :

"Il s'agit d'une violation matérielle claire des obligations de Twitter en vertu de l'accord de fusion et M. Musk se réserve tous les droits qui en découlent, y compris son droit de ne pas consommer la transaction et son droit de résilier l'accord de fusion."

Les experts juridiques ont affirmé que les options de Musk pourraient être limitées. S'il se retire de l'opération, il devra indemniser Twitter à hauteur de 1 milliard de dollars.

Selon l'AP, Brian Quinn, professeur de droit au Boston College, a déclaré que M. Musk avait déjà renoncé à sa capacité de demander une diligence raisonnable supplémentaire, ce qui signifie que les tribunaux seraient peu susceptibles de soutenir toute tentative de renégociation de l'accord ou de lui tourner le dos.

Quin a déclaré :

"Musk cherche à se dégager de l'accord ou à obtenir un moyen de pression pour renégocier le prix. Je doute qu'il soit autorisé à se retirer. À un moment donné, le conseil d'administration de Twitter en aura assez et intentera un procès [pour obliger Musk à s'en tenir à l'accord initial]."

Mais la question des bots semble être une sérieuse pomme de discorde pour Musk. Twitter a déjà informé les régulateurs américains de ses estimations de 5 %, mais a admis que le nombre était peut-être trop faible.

Dans la lettre, les avocats de Musk ont écrit"

"Si Twitter est confiant dans ses estimations de spam rendues publiques, M. Musk ne comprend pas la réticence de la société à [lui] permettre d'évaluer ces estimations de manière indépendante."

Musk a précédemment déclaré que l'accord était "en attente", mais les experts juridiques qui se sont adressés aux deux médias ont semblé suggérer qu'il disposait de peu de marge de manœuvre.

Bloomberg a cité Jill Fisch, spécialiste des affaires et du droit à la Carey Law School de l'université de Pennsylvanie, qui a déclaré que Musk tentait "d'atteindre les marchés financiers" avec la déclaration de son équipe juridique.

Dans sa propre déclaration en réponse aux accusations de bot, Twitter a déclaré qu'il "a et continuera à partager des informations de manière coopérative" avec Musk.

Twitter a ajouté qu'il pensait que l'opération était désormais dans le meilleur intérêt de tous ses actionnaires et qu'il avait "l'intention" de "conclure la transaction et d'appliquer l'accord de fusion au prix et aux conditions convenus."

 

Suivez nos liens d'affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy
  • Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage de cryptomonnaies ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuite et à nos réseaux sociaux: