. 3 min read

L’exchange de cryptomonnaies OKX prévoit de développer ses activités en Inde

L’exchange de cryptomonnaies OKX prévoit de développer ses activités en Inde

L’essor de la technologie Web3 ouvre de nouvelles portes pour l’industrie des cryptomonnaies, et OKX, l’une des principales plateformes d’échange de cryptomonnaies au monde, ne souhaite pas rester en marge. Selon des déclarations récentes de leur Chief Marketing Officer, la société projette d’accélérer considérablement ses services de portefeuille en s’adressant à la communauté de développeurs indiens, qui fait de plus en plus parler d’elle.

Stratégie d’expansion d’OKX en Inde, un enjeu Web3

L’entrée d’OKX sur le marché indien est mûrement réfléchie et repose sur des objectifs clairs. Selon le Chief Marketing Officer de l’entreprise, Haider Rafique, OKX souhaite se concentrer sur les applications Web3, une technologie qui fait beaucoup parler d’elle en Inde.

En Inde, OKX vise un marché déjà dynamique dans le domaine Web3. Le pays compte à son actif plus de 550 startups spécialisées en Web3, représentant environ 11 % du vivier global de talents dans ce domaine

D’autre part, l’Inde n’est pas en reste en matière d’expertise, avec plus de 75 000 professionnels de la blockchain. Le tout est soutenu par un investissement massif d’environ 1,3 milliard de dollars dans ce secteur.

Déjà présents dans plusieurs hubs régionaux comme Hong Kong, Singapour, Dubaï et en Australie, la société prévoit de multiplier “exponentiellement” ses services de portefeuille numérique en ciblant la communauté de développeurs indiens.

Le chiffre actuel de 200 000 utilisateurs de portefeuilles OKX en Inde pourrait sembler modeste, mais il représente seulement 5 % des utilisateurs Web3 du pays. Ceci illustre le potentiel énorme que présente le marché indien pour l’entreprise.

Haider Rafique insiste sur le fait que leur approche ne sera pas “d’agir en cow-boys”, mais de comprendre la communauté et de travailler avec des acteurs locaux pour apporter une réelle valeur ajoutée. La société explore diverses possibilités, allant du sponsoring de conférences Web3 à la mise en place d’une semaine dédiée à la blockchain OKX, afin d’établir des relations fructueuses avec la communauté de développeurs indienne.

Le dilemme réglementaire : un frein ou un catalyseur ?

Le paysage réglementaire en Inde présente un certain nombre de défis pour les échanges de cryptomonnaies comme OKX. Bien que la cryptomonnaie ne soit ni totalement illégale ni totalement légale en Inde, l’absence de législation claire crée une atmosphère d’incertitude. Malgré cela, l’Inde a déjà mis en place des taxes sévères sur le trading de cryptomonnaies et des règles strictes contre le blanchiment d’argent.

Ce contexte réglementaire ambigu a dissuadé la plupart des grandes plateformes d’échange de s’implanter en Inde. À titre d’exemple, Coinbase a vu ses opérations de trading suspendues en Inde seulement trois jours après son lancement

Haider Rafique mentionne que les régulateurs semblent de plus en plus désireux de séparer Web3 de la finance centralisée, une évolution qui pourrait jouer en faveur d’OKX, surtout s’ils parviennent à opérer sans utiliser de “fiat on-ramps” (passerelle vers la monnaie fiduciaire) dans le pays.

L’entreprise, qui n’a pas de plan immédiat pour ouvrir un bureau en Inde, cherche néanmoins à recruter une équipe locale pour diriger ses efforts.

La collaboration récente d’OKX avec la plateforme blockchain Neo pour son hackathon APAC à Bengaluru en Inde témoigne de l’intérêt de la société à comprendre la culture locale et à soutenir l’écosystème.

Cette récente initiative de collaboration entre OKX et Neo semble déjà porter ses fruits. Selon un tweet de Neo, des experts de OKX, StackOS et Neo ont partagé leurs connaissances et leurs conseils lors de sessions d’hacking intensives. Ces sessions ont offert une plateforme pour le partage d’expertise, soulignant l’engagement commun des deux entreprises à nourrir et à développer le talent local dans le domaine du Web3 et de la blockchain.

Sources : Coindesk, Twitter (X)