Accueil ActualitésActualités Altcoin

La Libra de Facebook face à une série d'obstacles réglementaires

Par Tim Alper
La Libra de Facebook face à une série d'obstacles réglementaires 101
Source: iStock/technotr

Facebook et ses 27 partenaires se heurtent déjà à un certain nombre de problèmes liés à la réglementation aux quatre coins du monde à la suite de l’annonce du livre blanc de Libra plus tôt cette semaine.

Quelques heures après l’annonce de Libra par le réseau social, des membres d’un comité financier de la Chambre des représentants américaine se moquaient de la société et réclamaient que Facebook arrête sa crypto jusqu’à ce qu’elle mène une enquête.

Hier, un membre du même comité a convoqué une seconde audience en déclarant selon CNBC, "Il y a tellement de questions en suspens à répondre, je pense que nous devrions être mieux informés."

Jerome Powell, président de la banque centrale américaine, la Federal Reserve , a déclaré que Facebook avait contacté son organisation - et bon nombre de ses homologues - en prévision de son annonce. Selon CNBC, Powell a déclaré: "Je pense que Facebook a consulté de nombreux régulateurs à travers le monde pour discuter de leurs projets, ce qui nous inclut certainement."
Le président a parlé des “risques potentiels” avec Libra.

“Nous aurons des attentes assez élevées en matière de sécurité, de solidité et de réglementation si [Facebook] décide d'aller de l'avant.”

En Russie, Tass cite Anatoly Aksakov, le responsable de la commission financière parlementaire de la Russie (et responsable de la rédaction de ses propres lois sur la cryptographie en Russie), dit que Libra sera interdite d’opération dans le pays.

Selon l'agence de presse Tass, Aksakov a déclaré: “Mon avis est que, en Russie, Libra sera interdite” - bien qu'il soit d'avis que la Russie serait impuissante à empêcher les citoyens de l’utiliser sur des marchés étrangers.

Libra pourrait également se heurter à des difficultés de réglementation en Inde, l’un des plus grands marchés de Facebook. Selon TechCrunch, un porte-parole de Calibra, le futur projet de portefeuille de Facebook, a confirmé:

“La blockchain de Libra sera mondiale, mais ce sera aux fournisseurs de portefeuilles de garde de déterminer où ils opéreront ou non. Calibra ne sera pas disponible dans les pays sanctionnés par les États-Unis ou dans les pays interdisant les cryptomonnaies.”

Le même média a déclaré croire que Calibra serait indisponible en Inde et en Chine. La Corée du Nord et l'Iran, qui font l'objet de sanctions américaines, seraient également interdits.

Un certain nombre de médias en Inde ont souligné que les décisions en vigueur de la Reserve Bank of India (banque centrale) n’autorisaient pas les transactions via la blockchain avec le réseau bancaire du pays.

En Europe, le ministre français des Finances souhaite que le G7 et le Fonds monétaire international créent un groupe chargé d'analyser l'impact potentiel de Libra sur l'économie mondiale selon le Financial Times. Comme indiqué précédemment, Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre a déclaré que Libra devait respecter les “normes [réglementaires] les plus strictes."

Et Francesco Boccia, membre du parti démocratique italien , a appelé le gouvernement italien à "prendre position" sur le projet Libra dans un article de blog du Huffington Post.

La société elle-même a reconnu que le lancement était encore loin. La directrice de l'exploitation de Facebook, Sheryl Sandberg, a déclaré: “Les régulateurs ont des préoccupations. Nous les rencontrons. Nous savons que nous avons beaucoup de travail à faire".

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles