Accueil Actualités

Faux volumes de trading, un problème qui persiste

Par Fredrik Vold
Faux volumes de trading, un problème qui persiste 101
Source: iStock/mgkaya

Y a-t-il des exchanges cryptos dont vous n’aviez jamais entendu parler et qui apparaissent soudainement dans les classements de CoinMarketCap? Ne soyez plus surpris.

Le phénomène fait les grands titres une fois de plus, avec Bloomberg qui a récemment questionné les possibilités pour un nouvel exchange ayant vu le jour il y a seulement trois mois d’avoir un volume de transactions plus grand que le London Stock Exchange qui existe depuis 217 ans. Le nouvel exchange en question est basé à Singapour et ne fait que du crypto-à-crypto : BitForex. Il utilise une pratique controversée connue sous le nom de « transaction mining » afin de déclarer quotidiennement des volumes de trading dépassant souvent les 5 milliards de dollars US (3,4 milliards de dollars US au moment d’écrire ces lignes). En comparaison, au moment d’écrire ces lignes, le volume de trading de Binance, un exchange majeur, est de 1,33 milliards de dollars US.

Le concept de « transaction mining » implique de retourner une partie des frais de transactions à l’utilisateur sous forme de tokens propres à l’exchange. Dans des cas extrêmes, tels que chez BitForex, les utilisateurs peuvent recevoir des tokens qui valent plus que les frais de transaction qu’ils ont réellement payés, générant ainsi des profits simplement en créant des ordres d’achats et de ventes sur la plateforme. Les utilisateurs se servent souvent d’algorithmes conçus afin de générer un grand nombre d’ordres, faisant ainsi augmenter le volume de trading de l’exchange.

Le « transaction mining » constitue une pratique controversée car elle ne fonctionne à l’avantage de l’utilisateur que parce que le token a de la valeur. Et pour garder cette valeur, le token doit attirer continuellement de nouveaux utilisateurs pour compenser les retraits des autres. Pourtant, c’est une pratique qui a été, et qui est utilisée par plusieurs exchanges.

Neil Woodfine, un ancien dirigeant de l’exchange OKCoin qui s’occupe maintenant de la direction de la start-up Clavestone, a déclaré à Bloomberg que la réflexion des exchanges est probablement « tout le monde le fait, alors je le fais aussi ».

Selon Bloomberg, BitForex a répondu aux critiques en disant que les exchanges s’opposent à toutes les formes de manipulation du marché, et que leurs programmes de récompenses devraient s’arrêter «bientôt». L’exchange n’a pas donné de réponse quant à savoir si il y avait des outils en place pour vérifier et prévenir la fraude sur sa plateforme.

Le top 10 chez BitForex:

Faux volumes de trading, un problème qui persiste 102
UTC 05:00 AM. Source: coinmarketcap.com

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles